Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Ces miettes médiatiques qui tombent de la table des maîtres, M. Macina
19/07/2006

19/07/06
 
On le sait, les déclarations plus ou moins officielles, les propos de table, les réponses impromptues à des questions de journalistes, sont un peu les miettes qui tombent de la table des Grands. Avidement recueillies par les journalistes, et, conjuguées à d’autres éléments plus substantiels extraits d’articles de fond et d’analyses de spécialistes, elles alimentent les chroniques et les éditoriaux de la presse.
 
Mais elles ont également une autre fonction – de loin la plus importante -, celle de semer la confusion et d’entretenir la certitude sur les intentions des Puissants face à la crise régionale actuelle, et de tester les réactions de l’ennemi.
 
Il faut donc les prendre cum grano salis, comme dit l’adage latin, ou, pour le formuler plus platement, en français: avec prudence.
 
En voici un bref florilège, picoré dans les auges des Agences de presse et dans la cour des grands quotidiens.
 
On voudra bien excuser son caractère exclusivement américain. Mais, à tout seigneur [de la guerre] tout honneur, c’est sur l’Oncle Sam que se focalise l’attention, car, comme chacun sait, c’est lui qui, en définitive, jugera s’il faut siffler la fin de la partie (et donc la fin de l’opération israélienne au Liban), ou jouer les prolongations.
 
George Bush :
"La cause fondamentale de cette instabilité actuelle est le terrorisme et les attaques terroristes d’un pays démocratique… Et une partie de ces attaques terroristes sont inspirées par des pays comme la Syrie et l’Iran."
 
 "Afin de pouvoir faire face à cette crise, le monde doit s’occuper du Hezbollah, de la Syrie, et continuer d’oeuvrer à l’isolement de l’Iran".

"La Syrie tente de revenir au Liban à ce qu’il me semble".

"On suppose que l’instabilité créée par les attaques du Hezbollah va inciter certains, au Liban, à inviter la Syrie à revenir".
 
Tony Snow, porte-parole de la Maison Blanche :
"Le président pense qu’à ce stade, le président Assad ne fait pas ce qu’il peut pour créer la stabilité, à savoir : cesser d’héberger des organisations terroristes, de leur donner asile et de permettre à des gens de mener des opérations terroristes, ou au moins de les préparer, sur son territoire."

"Le Hezbollah a provoqué le conflit, et la Syrie et l’Iran, les soutiens du groupe, devraient user de leur influence pour y mettre un terme."

"Un cessez-le-feu qui maintiendrait intacte une infrastructure terroriste serait inacceptable… Le Hezbollah y verrait une justification de sa tactique."
 
Condoleezza Rice, Secrétaire d’Etat américaine :
A propos d’un éventuel cessez-le-feu, C.R. a souhaité qu’il ait lieu "dès que possible", mais seulement, a-t-elle précisé, "quand les conditions seront favorables".

"Quand cela sera approprié et quand cela sera nécessaire et pourra aider à améliorer la situation, je serai plus qu’heureuse de me rendre dans la région", a-t-elle ajouté.
Tels sont les ingrédients de la recette du jour. A vos fourneaux intellectuels, chers internautes, pour transformer cela en une opinion – la vôtre.
 
Et si le résultat n’est pas à la hauteur de vos attentes, pas de panique : lisez vos quotidiens et surfez sur Internet. Vous en saurez autant que les faiseurs d’opinion.
 
 
Menahem Macina
(avec les agences de presse et les principaux quotidiens).
 
© upjf.org
 
Mis en ligne le 19 juillet 2006, par M. Macina, sur le site upjf.org