Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)

Enderlin, dénigreur de son peuple : 2. Reportage sur la pauvreté en Israël
29/03/2006

Voir aussi : Enderlin, dénigreur de son peuple : 1. Reportage sur l’échec d’une immigration
 
 
Journal télévisé de France 2, lundi 27 mars, 20 h
 
 
Enderlin : En Israël, tous les indicateurs sociaux sont au rouge, et le nombre de soupes populaires augmente au fil des mois. En moins d’un an 120 nouveaux restos du cœur ont ainsi vu le jour. Il y en a aujourd’hui 450 dans le pays. A Jérusalem aussi, le nombre de repas gratuits servis quotidiennement est en hausse constante.
 
Responsable d’un resto du coeur : 400 personnes à peu près passent par ici. Donc, c’est énorme. Et c’est vrai qu’avec la pauvreté du pays, ça va de pire en pire.
 
Enderlin : En plus des repas servis ici, 200 repas sont servis dans les écoles à des enfants dont les parents ne peuvent pas payer la cantine, et aussi au domicile de retraités qui n’osent pas faire le déplacement. Et ce n’est pas tout.
 
Eliahou, responsable d’un resto du cœur à Jérusalem : Nous avons commencé les inscriptions pour le repas traditionnel de la Pâque juive dans 20 jours. Il y en a déjà plus de 1800. L’année dernière, ils étaient 500.
 
Enderlin : Tous rejettent la responsabilité de cette crise sociale sur la politique économique de Benyamin Netanyahou. Ministre des finances jusqu’en juillet dernier, il a comblé le déficit de l’Etat en réduisant les aides sociales. Les retraités et les familles monoparentales sont particulièrement touchées. Par exemple, Cigal, divorcée, mère de trois petites filles.
 
Cigal : On paye à crédit et en faisant un découvert à la banque, qu’après, j’essaie de couvrir, J’ai pas le choix, j’ai des enfants et ils doivent manger.
 
Propriétaire du magasin où Cigal fait ses achats : Il y a des gens qui me doivent de l’argent et qui ne peuvent pas payer. Par exemple, celle-là qui est devant moi [Cigal], qu’est-ce que je peux faire ? C’est la situation dans le pays, il n’y a pas le choix.
 
Enderlin : Avec ses filles, Cigal habite chez sa mère, qui est au chômage. C’est un trois pièces où vit également son frère.
 
Cigal : Il y a trois ans, avant les lois Netanyahou, j’avais le droit à un logement social. L’allocation familiale était plus élevée. Et quand mon mari ne me versait pas la pension alimentaires, c’est l’Etat qui me la versait.
 
Enderlin : Les choses vont encore se compliquer à la fin du mois. Cigal va perdre son emploi. Elle ne votera pas pour le Likoud de Netanyahou et espère que le nouveau gouvernement rétablira l’aide sociale.
 
-------------------
 
Du même, et dans le même style, voir : "L’insincère et les serres" : énième plaidoyer pro-palestinien de Charles Enderlin.
 
-------------------
 
© France 2
 
Mis en ligne le 29 mars 2006, par M. Macina, sur le site upjf.org