Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (défense - apologie d')

Un musulman: "liens entre Mont du Temple et Juifs, indiscutables"

Par Etgar Lefkovits,
Jerusalem Post

26 janvier 2001

Traduction française par Menahem Macina pour CJE

Jérusalem, le 26 janvier 2001

Titre complet : "Pour le Conseil musulman de 1930, «Les liens du Mont du Temple avec les Juifs sont indiscutables»".

Alors qu’actuellement les responsables du Wakf islamique nient que le Mont du Temple ait le moindre rapport avec le peuple juif, une brochure de 1930 consacrée au site et publiée à l’époque du Mandat britannique par la plus haute autorité musulmane de Jérusalem, affirme catégoriquement que l’identification de l’emplacement avec le premier Temple est indiscutable.



Publié par le Conseil musulman Suprême, ce guide touristique de neuf pages, en langue anglaise, intitulé «Bref Guide du al-Haram al-Sharif», et dont le Jerusalem Post a pu obtenir une copie, affirme :

«Le site est un des plus anciens du monde. Sa sainteté remonte aux époques les plus reculées. Son identification comme étant le site du Temple de Salomon est sans discussion possible. C’est aussi, d’après une croyance universelle, l’endroit sur lequel David bâtit un autel pour le Seigneur et offrit des holocaustes et des offrandes pacifiques» .

Une note en bas de page renvoie le lecteur à 2 Samuel 24, 25.

Le Conseil suprême musulman «était l’organisme suprême musulman chargé par le Gouvernement britannique, durant la période du Mandat, d’administrer les affaires musulmanes en Palestine, y compris celles qui relevaient du Wakf», précise le Dr Eli Reches, expert en affaires arabes à l’Université de Tel Aviv.

La brochure se concentre sur le rapport musulman au site, et les auteurs affirment clairement : «... pour les besoins de ce Guide, qui se limite à la période musulmane, le point de départ est l’année 637 après J.C.»

Mais le rapport sans équivoque du Judaïsme avec le Mont du Temple est à nouveau mentionné dans la dernière page de la brochure, qui traite des «infrastructures» du Dôme du Rocher. Décrivant l’emplacement des Écuries de Salomon, que les dirigeants du Wakf islamique ont transformé en une nouvelle mosquée en 1996, le guide affirme :

«...on ne sait rien de certain au sujet de l’histoire primitive de la cavité elle-même. Elle remonte probablement à l’époque de la construction du Temple de Salomon... D’après Josèphe, elle existait encore et servit de refuge aux Juifs au temps de la conquête de Jérusalem par Titus en 70 après J.C.»

Le guide mentionne en passant la connexion chrétienne avec les Écuries de Salomon.

«Nous savons aussi que cet espace fut utilisé par les Templiers comme écuries, et les orifices auxquels ils attachaient leurs chevaux sont encore visibles dans la maçonnerie des parois... Le contraste entre les cours inférieures et supérieures des plus grandes parois semble indiquer qu’elles appartiennent à deux périodes différentes, et que les parties supérieures et les voûtes de construction arabe [sont] superposées aux anciennes fondations.»

Le guide fait également référence au lien du Christianisme avec une petite chambre, dans la vaste structure souterraine, «dont on croyait, au Moyen Âge, qu’elle était associée à l’enfance de Jésus Christ, croyance qui était répandue longtemps avant la venue des Croisés, et qu’ils acceptèrent par la suite.»

Publié par les Presses de l’Orphelinat musulman comme guide des visiteurs du site, au prix de 200 mils, la brochure contient sept photographies pleine page du Dôme du Rocher, dont le guide précise qu’elles ont été reproduites avec la gracieuse permission de la Colonie américaine.

Cette semaine, le mufti de l’Autorité palestinienne, Ikrima Sabri, interviewé par le journal allemand Die Welt, (texte anglais), affirmait :

«Il n’y a pas la plus petite indication qu’un temple juif ait existé à cet endroit dans le passé. Dans la ville entière, il n’y a pas une seule pierre qui témoigne de l’histoire juive.» [Texte français mis en ligne sur le site de CJE].