Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Nouveauté dans les lycées israéliens: étude du christianisme au bac
20/10/2006

Editorial de la Rédaction du site « Un écho d’Israël »
 
Depuis la dernière rentrée, il est possible de passer son baccalauréat avec option « christianisme », matière avec coefficient 5. Pour l’heure, cette possibilité n’est ouverte qu’aux lycéens arabes israéliens, et particulièrement aux chrétiens, mais la ministre de l’Education, Yuli Tamir, envisage d’ouvrir cette option à tous les lycéens israéliens (Juifs, chrétiens, musulmans et druzes) qui le désirent.
 
Pour obtenir le baccalauréat en Israël, il faut passer au minimum 21 unités. Une matière importante comme les mathématiques peut être de 5 unités au maximum, ce qui correspondrait, dans le système français, à une matière avec coefficient 5.
 
En Israël, il y a aujourd’hui près de 30 000 élèves chrétiens, majoritairement des arabes. Pour l’heure, les lycéens juifs n’ont pas la possibilité de prendre cette option, alors que les musulmans le peuvent déjà. Cette nouvelle matière fait partie de l’ensemble des matières religieuses obligatoires en Israël, comme c’était déjà le cas pour l’étude de la Bible.
 
Le programme de cette discipline, qui s’étale sur 3 ans (de la seconde à la terminale) a été préparé par une commission spéciale composée de représentants de l’Eglise orthodoxe, des Eglises catholiques orientales, de l’Eglise latine et des Eglises de la Réforme. La commission a travaillé pendant deux ans pour que le programme soit acceptable par tous les courants des Eglises présentes en Israël.
 
Depuis la rentrée, la commission travaille pour préparer les programmes scolaires portant sur le christianisme des classes de collège. Le père Elias Abbed Yasser, membre de la commission, déclare : « Il était nécessaire de faire un programme d’étude, car jusqu’à maintenant c’était le tohu-bohu et chacun enseignait ce que bon lui semblait. Jusqu’à cette année, le christianisme n’avait jamais été enseigné de façon officielle. En Israël nous formons une minorité face à la religion juive. Le programme comprend les domaines suivants : données de base, questions de foi, valeurs chrétiennes, tolérance et pluralisme dans le contexte de la Terre Sainte. »
 
Le programme certes présente les points communs qui existent entre le christianisme, le judaïsme et l’islam, mais il insiste surtout sur les particularisme de la vie chrétienne, comme les sacrements, la vie de prière, la famille chrétienne...
 
Source : Ynet, 7 octobre 06