Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Judaïsme

Hanoukah et soufganiot : Voeux de l’Ambassade d’Israël en Belgique et au Luxembourg
15/12/2006

15/12/06

Toute l’équipe de l’Ambassade d’Israël

en Belgique et au Luxembourg

 vous souhaite de bonnes fêtes

de Hanoucca et de Noël

 

Miracle de Hanoucca, chameaux volants et soufganiot diététiques

« Non loin, un peu à l’ouest, s’ouvrait, en 1932, la première Foire du Levant, avec pour logo, le chameau volant. J’avais neuf ans. A l’entrée de la Foire flottaient au vent de Tel Aviv les drapeaux des contrées et des nations qui nous avaient envoyé leurs produits. Des haut-parleurs, s’échappait un chant composé spécialement pour la circonstance. Je dois être l’un des derniers à me souvenir des paroles :

La Foire du Levant nous chanterons,
le chant de demain entonnerons.
Grain, vin et huile nos navires
ont transporté vers Ophir.
Depuis que l’Ecclésiaste imposa sa loi,
le fils de David, Salomon, le grand roi,
notre terre fut une porte ouverte
sur les terres du couchant.

Et le refrain, qui a un bel air de fête :

Vole, chameau
plus haut plus haut
au-dessus des sept mers planant
souhaite la paix à toutes les contrées
et conduis-les à la Foire du Levant.


C’est ainsi que Haïm Goury décrit, dans son texte « Aux sources du souvenir », la première Foire du Levant, qui s’est déroulée à Tel Aviv, en avril 1932. Une foire internationale avec la participation de représentants de 24 pays, qui fut un vrai succès commercial. Pour l’occasion, on construisit, au nord de Tel Aviv, à l’emplacement de ce qui allait devenir le port de Tel Aviv, les pavillons des nations présentes, en style moderne, le style de la Ville blanche. La Foire du Levant, inaugurée par le Haut-commissaire britannique et par le maire de Tel-Aviv, Meir Dizengoff, eut un franc succès et servit de vitrine à l’architecture moderniste de Tel-Aviv.

L’idée du « Chameau volant », le logo de la Foire, vint d’une remarque du maire de Yafo; il traita ses collègues juifs de rêveurs, leur prédisant qu’ils auraient une foire « quand les chameaux auront des ailes », une adaptation orientale du dicton bien connu « quand les poules auront des dents ». La Foire devint une réalité, et le chameau volant fut choisi comme logo, preuve palpable que les rêves peuvent se réaliser. C’est le chameau volant qui accueillit les visiteurs de la Foire du Levant et qui accueille toujours les visiteurs des nombreux événements commerciaux organisés au « Jardin des expositions », situé aujourd’hui à Ramat-Aviv.

La Foire du Levant a laissé la place au port de Tel Aviv, qui est devenu aujourd’hui l’un des endroits les plus fréquentés de Tel Aviv, le Namal [port], avec ses cafés, ses bons restaurants, sa promenade de bord de mer, ses boutiques, son spa, ses galeries, ses discothèques. Les vieux hangars du port sont rénovés, les uns après les autres, mais on peut apercevoir les restes très dégradés de certains vieux pavillons de la Foire du Levant. Notamment ceux du pavillon belge. Arie Sivan, dans une conférence donnée dernièrement au CIVA, a soulevé l’idée d’une rénovation de ce bâtiment par la Belgique, à l’occasion des 100 ans de Tel-Aviv, que nous célébrerons en 2009. Idée utopique, irréalisable ? Mais la Foire du Levant ne nous a-t-elle pas enseigné que les chameaux peuvent voler…

En cette période de Hanoucca, croyons au miracle: les pâtissiers israéliens seraient en train de développer des soufganiot diététiques. En Israël, la soufgania, du grec soufgan qui signifie frit et gonflé, le beignet de Hanoucca, est incontournable et, chaque année, il présente son lot de nouvelles saveurs (à noter, cette année, le beignet à la crème de roquefort), mais aussi d’innovations, pour contrecarrer son principal défaut : un nombre de calories à faire exploser les balances ! Selon un sondage, seuls 20% des Israéliens ne toucheraient pas du tout aux soufganiot pendant Hanoucca, alors qu’en moyenne, l’Israélien mange environ quatre soufganiot pendant la semaine de la Fête des Lumières.

On cherche désormais à rendre le beignet moins calorique et surtout plus sain. Cette année, la première innovation est le passage à la friture à l’huile de colza, plus saine que l’huile de soja, et qui contribue à réduire le cholestérol. C’est la chaîne Roladin qui a pris cette initiative. Elle offre, cette année, des mini-beignets fourrés au toffee, à la crème aux fruits des bois, au chocolat blanc et cassis, à la noix de coco et expresso, au chocolat blanc, à la chantilly vanille et noix de pecan. Les beignets contiennent entre 170 et 240 calories. Selon le directeur de la chaîne, 90% des beignets produits par Roladin seront des « mini », cette année.

Evidemment, huile de colza ou pas, le beignet est, par définition, un aliment pas très diététique. D’où la décision de Lehem Erez, de ne pas frire les beignets, fourrés de crème à l’orange ou au chocolat, mais de les cuire au four, ce qui en fait des brioches. Mais les brioches, en apparence plus légères, contiennent quand même un tiers de beurre ! Où est donc le bénéfice pour la santé ? Selon l’un des propriétaires de la chaîne, le beurre est plus sain que la margarine, parce qu’il ne contient pas d’acides gras trans-saturés.

Mais la véritable innovation, c’est la diminution de la taille du beignet, le miracle du « mini » qui est passé de 100 à 50 g, et a, de ce fait, moitié moins de calories. Cette année, il existe même une soufgania de taille petit-four, sur le marché !

Donc,

  • même si le Hamas persiste à ne pas reconnaître Israël,
  • même si les partisans de Nasrallah essaient de faire tomber le gouvernement libanais,
  • même si le Hezbollah continue à recevoir des armes d’Iran par la frontière syrienne,
  • même si l’Iran est à quelques mois de devenir une puissance nucléaire,
  • même si Ahmadinejad organise des conférences internationales pour nier la Shoah,
  • même si Israël est considéré par beaucoup comme le problème du monde,

ne perdons pas espoir :

  • en 1932, la Foire du Levant a eu lieu,
  • en 2006, les soufganiot deviennent diététiques,
  • à Hanoucca, la fiole d’huile destinée à allumer la Menorah dans le temple de Jérusalem, qui n’aurait dû durer qu’un seul jour, a duré huit jours…

Alors, en 2007, prions que les forces de la lumière l’emportent sur celles des ténèbres.

En tous cas, continuons à avoir confiance, car, oui…

les chameaux peuvent voler.


H
ag sameah !

Rachel Samoul

 

Service d’Information

Ambassade d’Israël en Belgique et au Luxembourg

www.ambisrael.be

 

 

Mis en ligne le 15 décembre 2006, par M. Macina, sur le site upjf.org