Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

«Qu’il m’embrasse à pleine bouche!» Le rabbin qui profane le Cantique des Cantiques, M. Macina
15/01/2007

15/01/07

 

 

 

Sous le titre "Ahmadinejad kisser’s wife files for divorce" [La femme de l’embrasseur d’Ahmadinejad demande le divorce], Chaim Levinson, relate, sur YnetNews.com, la mésaventure conjugale de Moshe Aryeh Friedman, membre important de la secte des Netourei Karta.

 

En effet, la débauche de démonstrations publiques d’affection, auxquelles s’est livré ce rabbin fanatique envers l’un des tyrans les plus cinglés et les plus dangereux de notre époque, au cours de son séjour prolongé en Iran après sa participation à la conférence négationniste sur l’Holocauste, organisée par le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, a eu raison de la patience de son épouse.

 

Apparemment incapable, dorénavant, de se laisser embrasser par un mari qui s’est livré à au moins un bouche à bouche passionné avec le tyran antisémite, dont le plus cher désir est d’effacer Israël de la carte, madame Friedman s’est réfugiée, sur le conseil de sa famille, auprès de la communauté hassidique Satmar, de Williamsburg, à New York City. Elle a demandé aux rabbins de l’aider à obtenir le divorce en raison de la mauvaise conduite de son époux.

 

On connaît le célèbre verset du Shir haShirim (le Cantique des Cantiques, ou, plus littéralement, ’le poème par excellence’) : Yishaqeni mineshiqot pihou… Qu’il m’embrasse à pleine bouche (littéralement : Qu’il m’embrasse des baisers de sa bouche). Pour la tradition juive, ce poème célèbre les épousailles mystiques d’Israël, la fiancée, avec son Dieu. Quant aux mystiques chrétiens, spécialement Jean de la Croix et Thérèse d’Avila, ils ont vu, dans ce verset et dans tout le poème, le symbole des ébats amoureux de l’âme avec son céleste Epoux, le Christ.

 

S’il ne s’est pas référé - et pour cause - à ce joyau littéraire et mystique de l’Ecriture pour justifier ces exhibitions répugnantes d’une affection contre nature, Monsieur Friedman, a tout simplement exposé ce texte sacré au ridicule et à la profanation par les impies.

 

Et comme si cela ne suffisait pas, il a jugé utile de préciser :

 

« Il se trouve qu’il n’existe qu’une seule photo où l’on nous voit nous embrasser [Ahmadinejad et moi],

mais, en fait, nous nous sommes embrassés vingt ou trente fois ! » (Haaretz).

 

 Beurrrk...

 

 

Menahem Macina

 

© upjf.org

 

 

[Sur base d’une information aimablement fournie par Rachel Samoul - Service d’Information de l’Ambassade d’Israël en Belgique et au Luxembourg www.ambisrael.be].

 

 

Mis en ligne le 15 janvier 2007, par M. Macina, sur le site upjf.org