Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (défense - apologie d')

Israël, modèle de liberté et de tolérance, Reda Mansour
13/02/2007

05/02/07

 

Atlanta Journal

 

 

Mon grand-père, qui a vécu jusqu’à plus de 100 ans, avait l’habitude de dire : « J’en ai vu beaucoup, mais aucun comme les Juifs. »


Notre petite ville druze est restée, de fait, la même pendant des siècles sous statut ottoman puis, plus tard, britannique. Quand Israël fut créé, en 1948, un développement rapide s’est ensuivi, et, pour la première fois, nos maisons ont eu l’électricité et l’eau courante, et tous les enfants ont bénéficié d’une éducation gratuite et de qualité.
 
Malgré toute cette modernité et ce luxe relatif, les plus grandes louanges de mon grand-père vis-à-vis d’Israël allaient à la manière dont le jeune Etat traitait ses citoyens les moins chanceux. Pour la première fois de sa vie, mon grand-père, un ouvrier retraité, a reçu une pension et a eu accès à une assistance médicale de qualité. Il disait que l’on juge une société sur sa façon de traiter les personnes âgées, les malades et les chômeurs, et il ajoutait qu’Israël s’était montré fort et bienveillant. Assurément, disait-il encore, une telle nation triomphera.

 

C’est l’histoire non racontée d’Israël, une nation qui mesure sa force non par sa richesse ou ses prouesses militaires, mais par la vitalité de sa société civile et la diversité de son système démocratique. Dans un pays où l’orchestre symphonique, le théâtre et l’université ont été fondés avant les institutions politiques de l’Etat, il y a maintenant plus de 40.000 associations civiles indépendantes. Elles renforcent notre système éducatif, protègent notre environnement et œuvrent pour la paix et la justice dans notre région.

 

Israël est une société d’immigrés avec une population diversifiée : 1,3 million de ses citoyens sont arabes et appartiennent à divers groupes religieux et ethniques. Certains, en réalité, souffrent de la pauvreté et d’un manque d’investissement équitable pour leurs communautés de la part du gouvernement ; mais les Arabes israéliens ont néanmoins un niveau de vie plus haut qu’aucun de leurs frères vivant dans la région. Ils sont des citoyens à part entière, qui peuvent voter et se faire élire à des postes publics. Ils ont la liberté de culte, le droit de se rassembler et de parler librement, sans risque d’intimidation ou d’oppression. Depuis l’établissement de notre jeune pays, les Arabes les plus libres du Moyen-Orient résident dans l’Etat juif d’Israël.

 

Malgré tous les défis auxquels il fait face, Israël demeure la seule démocratie du Moyen-Orient. Cela seul ne fait pas du système politique israélien un système parfait, mais c’est la recherche sans fin d’une plus grande égalité qui distingue Israël de ses voisins. Dans ma ville natale, j’ai vu l’accomplissement du rêve israélien : des jeunes professionnels de toutes confessions ont réussi, avec succès, des carrières en droit, en médecine, en affaires et en diplomatie. Nous venons tous de familles de classes moyennes qui ont eu accès à l’école publique et aux universités d’Etat, ce qui leur a permis de créer un avenir meilleur pour leurs enfants. Aucun d’entre nous n’aurait eu cette opportunité ailleurs que dans la société libre et ouverte dans laquelle nous vivons.

 

Aujourd’hui, notre liberté est menacée par l’odieuse idéologie de haine déversée par le Hamas, le Hezbollah et autres organisations du même acabit. Avec l’aide de leurs soutiens à Téhéran et à Damas, ces extrémistes font pleuvoir des roquettes sur les villages israéliens et envoient des bombes humaines dans nos bus et sur nos marchés. Leurs partisans s’inventent une histoire mensongère et éternellement victimaire, ils tentent de justifier chaque acte de brutalité et de rendre Israël responsable de chacune de leurs épreuves. Cette rhétorique creuse ne change pas le fait que leurs obus ne connaissent ni l’âge, ni l’appartenance ethnique. Et la violence qui en résulte affecte chaque Israélien, quels que soient son groupe [ethnique] ou sa religion.

 

Se défendre contre cet assaut exige une action militaire, mais la solution aux problèmes complexes qui nous ont menés là où nous sommes réside dans le lien fort qui s’est développé entre Arabes et Juifs en Israël. Si nous coexistons pacifiquement à Haïfa et Asifiya, pourquoi ne le ferions-nous pas à Gaza, Beyrouth, ou dans le reste de la région ?

 

Il y a peu, j’ai assisté à une cérémonie au Capitole de l’Etat de Géorgie, pour commémorer la vie et l’œuvre de Martin Luther King Jr. Comme Anouar el-Sadate et Itzhak Rabin, il a donné sa vie pour défendre le rêve de la coexistence. Grâce à ce que mon grand-père a vu, mes enfants peuvent vivre ce rêve comme citoyens d’Israël. Aujourd’hui, nous regardons nos frontières en nous demandant quand nos voisins choisiront le rêve de la paix plutôt que le cauchemar de la guerre.

 

Reda Mansour *

 

© Atlanta Journal

 

* Reda Mansour est Consul général d’Israël pour les Etats-Unis du sud-est.)

 

-----------------

 

Source :

 

COMMUNIQUÉ ISRANET, Volume VI, Numéro 272, 9 février 2007
Un service de L’I.C.R.J. L’Institut canadien de recherches sur le Judaïsme

Professeur Frederick Krantz, Directeur
B.P. 175, succursale H
Montréal, Québec H3G 2K7
Courriel : cijr-french@isranet.org

Internet : http://www.isranet.org/

-----------------

 

Mis en ligne le 12 février 2007, par M. Macina, sur le site upjf.org