Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme

Le pamphlet antisémite du député européen, Maciej Giertych, révulse l’Europe, J. Quatremer
21/02/2007

17/02/07 

Sur le blog de Jean Quatremer : Coulisses de Bruxelles, UE.

 

L’indignation est générale après la révélation, ici même, de la publication d’un opuscule violemment antisémite signé par le député européen, Maciej Giertych, l’un des fondateurs de la Ligue des familles polonaises (LPR) [1]. Si l’antisémitisme de la LPR, qui participe au gouvernement polonais, n’est pas un mystère, le fait que ce livre ait été officiellement présenté et distribué à Strasbourg, en marge d’une session plénière, et que le logo du Parlement européen figure en bonne place en couverture, a choqué les opinions publiques. L’Union financerait-elle des publications affirmant froidement que la « civilisation juive » n’a pas sa place en Europe ?

Catherine Colonna, la ministre française aux affaires européennes, a été particulièrement choquée par l’affaire : « il serait intolérable que les institutions européennes financent de tels ouvrages, même involontairement », a-t-elle immédiatement réagi. « La lutte contre toute discrimination fondée sur la race, l’origine ethnique ou la religion, figure au rang des valeurs fondamentales de l’Union européenne et est inscrite dans les traités européens qui lient chacun des Etats membres. L’antisémitisme n’a pas sa place dans la démocratie européenne ». Le groupe socialiste de l’europarlement est sur la même longueur d’ondes : il juge « tout à fait inacceptable que des fonds publics européens aient pu contribuer au financement de ce livre, qui a été publié avec le logo de notre institution ». Le Congrès juif européen, qui « dénonce avec véhémence cette publication moyenâgeuse et se réserve le droit de poursuivre en justice l’auteur de ce pamphlet antisémite », « exige le remboursement au Parlement européen des frais d’impression et de diffusion ».

Sortant de son silence, le président du Parlement européen, Hans-Gert Pöttering (Allemagne, PPE-DE) a publié tout à l’heure un communiqué pour faire savoir qu’il était « profondément perturbé » par l’affaire et qu’il « condamnait fortement une brochure contraire aux valeurs européennes ». Il fait aussi savoir qu’il a « demandé une enquête à l’administration du Parlement » afin de vérifier comment cette brochure avait été financée.

Car c’est peu dire que les services du Parlement ont totalement été pris par surprise. Ils ont mis deux jours pour voir si des fonds européens avaient déjà été déboursés au profit du député antisémite. Soulagé, le porte-parole du Parlement, Jaume Duch, m’a affirmé tout à l’heure, qu’en dépit des apparences, tel n’était pas le cas : « Giertych n’a pour l’instant pas présenté de demande de remboursement. Et s’il le fait, elle sera rejetée car ce livre n’a aucun rapport avec l’activité parlementaire. Il y a quelques mois, il avait voulu, en vain, se faire rembourser des affiches représentant des avions nazis bombardant la Pologne ».

Le problème est que les règles internes du Parlement exigent que toute publication, pour prétendre au remboursement au titre du généreux budget de la politique de communication, affiche préalablement son logo… Or, en cas de refus, le mal est déjà fait, même si le député en est de sa poche : pour les citoyens, tout se passe comme si le Parlement avait bel et bien donné sa bénédiction. De même, Giertych a bel et bien utilisé les infrastructures du Parlement pour sa conférence de presse de présentation et pour distribuer son livre. « Giertych a abusé de la bonne foi du Parlement », s’emporte le libéral polonais Jan Kulakowski, qui prépare une déclaration commune des députés polonais condamnant leur « hélas ! collègue ».

« Cette affaire pose une question politique plus que juridique », reconnaît Jaume Duch. Comme le dit un fonctionnaire européen, « on avait tout prévu sauf que la bête immonde siégerait parmi nous. Il va falloir revoir nos règles internes pour éviter l’utilisation abusive de notre institution ». L’affaire, qui est loin d’être terminée, va sans doute occuper le Parlement la semaine prochaine, afin d’éviter que ce genre de détournement ait lieu à l’avenir. Cela étant, alors que l’extrême droite siège au Parlement depuis 1979, on peut se demander pourquoi personne n’a jamais jugé utile, au nom du principe de précaution, de prévoir un contrôle a priori des brochures portant le logo de l’institution ou [une vérification] de l’objet des conférences de presse.

© Jean Quatremer

 

[1] Voir : Jean Quatremer, "L’opuscule antisémite qui secoue le Parlement européen", Libération, 16 février 2007.

 

 

Mis en ligne le 20 février 2007, par M. Macina, sur le site upjf.org