Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Liberté d’offenser ? Position vaticane
09/02/2006

Une internaute nous a fait remarquer que, dans un article antérieur mettant en cause une déclaration de la Salle de Presse du Vatican, nous n’avions pas rendu justice aux nuances du texte. Nous réparons ce préjudice involontaire en publiant ici l’intégralité de cette déclaration. (Menahem Macina).
Déclaration de la Salle de Presse du Saint-Siège

Texte repris du site du Vatican.

Pour répondre aux différentes demandes de précisions sur la position du Saint-Siège face aux récentes caricatures qui offensent les sentiments religieux de personnes ou de communautés tout entières, la Salle de Presse du Saint-Siège déclare: 

1) Le droit à la liberté de pensée et d’expression, ratifié par la Déclaration universelle des Droits de l’homme, ne peut pas impliquer le droit d’offenser le sentiment religieux des croyants. Ce principe vaut, bien évidemment, en ce qui concerne toutes les religions.

2) La coexistence humaine exige ensuite une atmosphère de respect mutuel, pour favoriser la paix entre les hommes et les nations. En outre, certaines formes de critique exaspérée ou de dérision des autres dénotent un manque de sensibilité humaine et peuvent constituer, dans certains cas, une provocation inadmissible. La lecture de l’histoire enseigne que ce n’est pas en empruntant cette voie que l’on guérit les blessures existant dans la vie des peuples.

3) Il faut cependant s’empresser d’ajouter que les offenses faites par une seule personne ou par un organe de presse ne peuvent pas être imputées aux institutions publiques du pays concerné, dont les Autorités pourront et devront, éventuellement, intervenir selon les principes en vigueur dans la législation nationale. Les actions violentes de protestation sont donc également à déplorer. En effet, pour réagir face à une offense, on ne peut pas faillir au véritable esprit de toute religion. De plus, l’intolérance réelle ou verbale, d’où qu’elle provienne, en tant qu’action ou en tant que réaction, constitue toujours une sérieuse menace à la paix.

Du Vatican, le 4 février 2006.


© L’Osservatore Romano - 7 février 2006