Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Jérusalem

Rapport de l’Unesco sur les travaux de la rampe de la Porte des Maghrébins (Jérusalem)
23/03/2007

15 mars 2007

Rapport de UNESCO sur les travaux de fouilles

entrepris par l’Autorité Israélienne des Antiquités (IAA)
dans la Vieille Ville de Jérusalem

 

Pages 1 à 6 du Rapport de la mission technique (27 février - 2 mars 2007)

 

Nota : Le Haram ash-Sharif désigne le lieu qui constitue, pour les juifs et les chrétiens, le Mont du Temple, et pour les musulmans, l’Esplanade des Mosquées.

 

A propos de cette polémique, voir, entre autres, l’article de N. Shragai, "Fouilles, mensonges et rampe d’accès à l’esplanade du Temple". Tous les détails sur ces travaux figurent, illustrés par de nombreuses photos de qualité, dans le rapport établi par le rabbin R. Dufour : « Mensonges médiatiques à propos des fouilles de Jérusalem en 2007 ».


I. Contexte

1. Début février 2007, sous la responsabilité de lAutorité israélienne des antiquités (IAA), des travaux de fouilles ont été entrepris dans la Vieille Ville de Jérusalem, sur la rampe conduisant de la place du Mur occidental à la Porte des Maghrébins du Haram ash-Sharif.

2. Devant les préoccupations exprimées au plan international concernant la nature et aux objectifs des travaux entrepris par les autorités israéliennes, le Directeur général a décidé de dépêcher à Jérusalem une mission technique chargée détudier les travaux de reconstruction et les fouilles archéologiques de la montée des Maghrébins conduisant à laccès au Haram ash-Sharif et de lui remettre ses conclusions à ce sujet.

3. Conduite par M. Francesco Bandarin, Directeur du Centre du patrimoine mondial de lUNESCO, la mission était composée de M. Mounir Bouchenaki, Directeur général de lICCROM, M. Michael Petzet, Président de lICOMOS et Mme Véronique Dauge, du Centre du patrimoine mondial. La mission a séjourné à Jérusalem du 27 février au 2 mars 2007.

4. La rampe conduisant de la place du Mur occidental à la Porte des Maghrébins du Haram ash-Sharif est ce qui subsiste du Quartier des Maghrébins, démoli par Israël à la suite de la Guerre des Six jours, de juin 1967.

5. Cette rampe ascendante est composée de plusieurs strates de structures archéologiques (allant de lépoque dHérode à celle du Mandat britannique) ainsi que de terre et de gravats.

6. Longue denviron 75 mètres, cette rampe permet aux piétons de franchir la dénivellation de six mètres entre la place du Mur occidental et la Porte des Maghrébins. La dénivellation entre la Porte des Maghrébins et le niveau « romain » au pied du Mur occidental est de 15 à 17 mètres.

7. Au début des années 1970, après la démolition du Quartier des Maghrébins, des murs de soutènement ont été construits sur les flancs nord et sud de la rampe, et une structure de béton a été construite au-dessus pour permettre la pose de la chaussée et linstallation dun auvent de protection.

8. Depuis, cette rampe constitue la principale voie daccès au Haram ash-Sharif pour les visiteurs et pour la police israélienne, ainsi que, depuis 2004, pour les fidèles juifs accompagnés de policiers israéliens. La Porte des Maghrébins nest pas ouverte aux musulmans et se trouve sous le contrôle exclusif des autorités israéliennes.

9. Toutes les autres portes du Haram ash-Sharif par lesquelles peuvent accéder les fidèles musulmans sont sous le contrôle du Waqf, mais laccès y est réglementé par la police israélienne.

10. La section de la rampe qui se trouve le plus près du Mur occidental comprend les structures restantes dune maison qui sert actuellement de salle de prière aux femmes juives, parce quelle est adjacente à la section des femmes du Mur occidental. Cette maison bloque lentrée de ce quil est convenu dappeler la Porte de Barclay, qui est peut-être lune des portes antiques du temple dHérode, et est située directement en dessous de la Porte des Maghrébins. De lautre côté du mur, à lintérieur du Haram ash-Sharif, il existe une salle de prière, sacrée pour les musulmans, qui aurait abrité Al-Buraq, le cheval qui servit de monture au Prophète Mohamed lors du voyage nocturne.

12. En février 2004, fragilisé par les fortes pluies et la neige, le mur de soutènement nord de la rampe sest effondré, rendant risqué le passage par cette voie. Leffondrement de ce mur a exposé les voûtes des structures sous-jacentes.

13. En juillet 2005, un pont provisoire en bois, encore utilisé aujourdhui, a été construit pour permettre laccès à la Porte des Maghrébins. Depuis, les autorités israéliennes ont commencé à planifier les études archéologiques et le plan dune nouvelle rampe.

14. Le Comité du patrimoine mondial, lors de sa 30e session, en juillet 2006, a examiné la question de la reconstruction de cette rampe (document WHC-06/30.COM/7A.Add.Rev et décision30 COM 7A.34). Au paragraphe 6 de cette décision, le Comité « demande aux autorités israéliennes de fournir au Centre du patrimoine mondial toutes les informations utiles concernant les nouveaux bâtiments prévus sur et autour de la place du Mur occidental, incluant les plans de reconstruction de laccès au Haram ash-Sharif ».

15. En janvier 2007, le Premier Ministre israélien, M. Ehud Olmert, a approuvé le démarrage des fouilles archéologiques menées actuellement sur la rampe, sur la base de plans de travail qui navaient pas été communiqués au Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le 6 février 2007, le Directeur général a adressé au Premier Ministre israélien une lettre dans laquelle il rappelait les termes de la décision 30 COM 7A.34 du Comité du patrimoine mondial, exprimait « la grave préoccupation de lUNESCO devant cette situation », et demandait au Premier Ministre de communiquer au Centre du patrimoine mondial des informations sur les activités se déroulant « à proximité immédiate de lEsplanade des Mosquées ».

 

II. La situation constatée en février 2007


16. Au cours de sa visite, le 28 février 2007, la mission a constaté que des fouilles archéologiques auxquelles participaient environ 40 personnes étaient menées sur toutes les sections de la rampe, sous la supervision de deux archéologues de l
IAA.

17. Les travaux observés concernent des zones extérieures au Mur occidental et se limitent à la surface de la rampe et à son flanc nord, où le mur de soutènement sest effondré en 2004. La mission a relevé quaucun travail nétait effectué à lintérieur du Haram ash-Sharif et que la nature des travaux entrepris ne pouvait être considérée, à ce stade, comme constituant une menace pour la stabilité du Mur occidental et la Mosquée dal-Aqsa.

18. La zone de travaux se termine à 10 mètres environ du Mur occidental. Les travaux sont effectués avec du matériel léger, des pioches et des pelles, et ils sont supervisés et documentés conformément aux normes professionnelles.

19. Cette activité est qualifiée par lIAA d« archéologie préventive » et, à ce titre, nest pas centrée sur la recherche archéologique ; il est dit quelle viserait à identifier les conditions structurelles de la rampe afin de permettre sa consolidation.

20. Les cybercaméras situées au-dessus de la rampe permettent un visionnement continu sur le site Web de lIAA. Dautres études archéologiques ont été également effectuées sur la partie sud de la rampe et vers lentrée sud de la place, à lintérieur du « Jardin archéologique », afin de planifier les futures structures d’accès.

21. Il est prévu que les travaux archéologiques durent six mois environ, pendant lesquels le plan du nouvel accès sera finalisé. Il na pas encore été déterminé si le projet final consistera à consolider la rampe, ou à construire une passerelle.

22. Quelques engins lourds, qui servent également pour dautres activités archéologiques sur la place, sont utilisés pour enlever les gravats retirés de la rampe, mais ils opèrent à partir de zones extérieures aux structures archéologiques de cette dernière.

 

III. Consultations avec les autorités concernées

23. La municipalité de Jérusalem est responsable de laménagement et de la construction dans la Vieille Ville, ainsi que de linfrastructure et de son entretien.

24. En sa qualité dinstitution responsable de lensemble du projet, la municipalité est en train délaborer, en consultation avec lIAA, le plan final de la structure daccès.

25. Dans la procédure adoptée, il est prévu que des experts extérieurs soient consultés toutes les deux semaines. Une fois les plans finalisés, le maire décidera sil faut ouvrir une consultation publique sur le projet.

26. La municipalité sest dite préoccupée aussi par la gestion du trafic de véhicules dans cette zone et a déclaré que le plan de la nouvelle rampe daccès offre aussi loccasion de réorganiser lensemble du secteur afin dinterdire la place du Mur occidental à tous les véhicules, réorganisation rendue nécessaire par laccroissement des flux touristiques, qui atteignent actuellement les deux millions de visiteurs par an.

27. LAutorité israélienne des antiquités est lentité gouvernementale responsable des fouilles archéologiques et des sites antiques en Israël.

28. LIAA a déclaré avoir pleins pouvoirs sur la zone et être seule responsable de toutes les décisions concernant les études archéologiques et la consolidation de la rampe, la municipalité de Jérusalem étant chargée des travaux de conception et de construction de la nouvelle structure daccès. LIAA a aussi déclaré que cet accès devait demeurer sous le contrôle exclusif des autorités israéliennes, pour des raisons de sécurité et afin de permettre aux visiteurs daccéder au Haram ash-Sharif.

29. Aucune consultation na été organisée avec le Waqf avant le démarrage des travaux, étant donné quil ny a aucun échange régulier dinformation ni coopération entre les autorités israéliennes et le Waqf depuis 2000. LIAA a clairement indiqué quelle compte mener ces travaux dans le seul but détudier les conditions structurelles de la rampe et non à des fins de recherches archéologiques.

30. Aussi bien lIAA que les autorités religieuses consultées par la mission ont clairement indiqué et répété quaucune fouille nest envisagée sous le Haram ash-Sharif.

31. La Commission nationale israélienne pour lUNESCO a envoyé, le 28 février 2007, un rapport au Centre du patrimoine mondial, comme suite à la demande formulée par le Comité du patrimoine mondial au paragraphe 6 de sa décision 30 COM 7A.34. Ce rapport contient des informations sur les fouilles et les travaux, comme indiqué ci-dessus. Il y est précisé ce qui suit :

« 1. L’Autorité israélienne des antiquités (IAA) poursuit les travaux « d’archéologie préventive » jusquau dégagement des strates supérieures afin dévaluer la situation et la stabilité des structures de la rampe daccès. Une fois atteint ce niveau critique et avant que des travaux irréversibles puissent éventuellement être effectués, lIAA procédera à une évaluation. Les fouilles visant à mettre au jour les fondations des poutres dune rampe « non existante » ont été arrêtées.

« 2. La municipalité de Jérusalem soumettra à la Commission daménagement la proposition concernant un nouvel accès à la Porte des Maghrébins et recommandera de désigner une équipe de spécialistes pour évaluer les différentes solutions possibles, y compris lutilisation des structures existant sur le site, dans le cadre dune procédure de consultation publique.

« 3. À ce stade, le Centre du patrimoine mondial sera informé et consulté sur la démarche envisagée par les spécialistes, avant que les recommandations ne soient soumises à lIAA et à la municipalité.

« 4. Des spécialistes, des universitaires et toutes les parties prenantes seront associés à la consultation. »

32. Le Waqf de Jérusalem, qui est responsable de lensemble du Haram ash-Sharif ainsi que dun nombre considérable de biens dans la Vieille Ville, a déclaré que les fouilles entreprises par les autorités israéliennes étaient illégales, car, en vertu du droit international, aucuns travaux ne devraient être entrepris dans une ville occupée.

33. En outre, le Waqf a déclaré que lensemble du périmètre de lancien Quartier des Maghrébins et la rampe daccès sont sa propriété et que, depuis 1967, il avait réclamé, mais en vain, que lui soient rendues les clés de la Porte des Maghrébins. Au cours des trois dernières années, la Porte a été ouverte aux touristes et aux fidèles juifs escortés par la police.

34. Depuis 2004, le Waqf a informé, à maintes reprises, les autorités israéliennes quil était prêt à entreprendre à ses propres frais les travaux de réparation et dentretien de la rampe daccès, mais il na reçu aucune réponse.

35. Le Waqf craint que les fouilles archéologiques ne détruisent les derniers vestiges du Quartier des Maghrébins et nenlèvent les témoignages archéologiques des périodes ayyoubide et mamelouk. Il craint également que les autorités israéliennes ne procèdent à lenlèvement des objets qui pourraient être mis au jour au cours des fouilles.

36. Le Waqf a aussi évoqué lengagement pris par les autorités israéliennes, dans le cadre de laccord de paix signé entre Israël et la Jordanie, aux termes duquel aucuns travaux ne seraient entrepris sans des consultations appropriées.

37. Le Waqf a demandé à lUNESCO dintervenir auprès des autorités israéliennes pour quil soit mis un terme aux travaux actuellement en cours. Il a également déclaré que la volonté de respecter les Lieux saints de lislam, toujours affichée en paroles par les autorités israéliennes, nétait pas honorée dans la pratique. Le Waqf serait favorable à une solution impliquant dautres parties prenantes, telles que la Jordanie et lUNESCO, au cas où cette possibilité se présenterait.

38. Une déclaration écrite a été publiée par le Waqf de Jérusalem, en février 2007. Dans ce document, il « en appelle à toutes les parties pour quelles sacquittent des obligations qui leur incombent en vertu des conventions et des accords internationaux pertinents », en particulier « la Convention de La Haye, de 1954, la Convention de 1972 pour la protection du patrimoine mondial, le Traité de paix entre la Jordanie et Israël, ainsi que la Déclaration de Washington reconnaissant le rôle spécial du Royaume hachémite de Jordanie dans les Lieux saints de lislam à Jérusalem ».

 

IV. Évaluation de la situation par la mission

IV.1 Les travaux sur laccès à la Porte des Maghrébins

39. Le rapport soumis par la Commission nationale, le 28 février, fournit des informations importantes pour lexamen des prochaines phases du projet. Toutefois, la mission a noté que ce rapport détape [sic] avait été soumis après le démarrage des travaux.

40. Tout en reconnaissant que les travaux archéologiques en cours sont effectués conformément aux normes professionnelles applicables en la matière, la mission sest dite préoccupée par labsence dun plan dopérations fixant clairement les limites de lintervention, ce qui ouvre la possibilité de fouilles étendues et non nécessaires.

41. La mission estime que tous les travaux devraient viser à conserver la structure existante, à la consolider et à la réparer. Les autorités israéliennes devraient publier un communiqué sans ambiguïté dans ce sens. Les fouilles archéologiques devraient être limitées strictement aux opérations permettant dobtenir les informations sur la stabilité de la structure nécessaires pour exécuter les travaux de consolidation. Il semble que lon dispose désormais de ces informations ; par conséquent, il devrait être mis un terme aux fouilles.

42. Deux études préliminaires de laménagement futur de la rampe daccès ont été présentées à la mission par lIAA, mais aucun plan définitif na été soumis à la mission.

43. La mission estime également que des discussions et consultations devraient se dérouler entre toutes les parties concernées avant quune décision ne soit prise sur ce sujet.

IV.2 Coopération entre les parties prenantes

44. La mission a indiqué clairement à toutes les parties concernées que la valeur patrimoniale de laccès à la Porte des Maghrébins, qui fait partie intégrante du site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial, ne peut se limiter aux structures archéologiques mais doit englober aussi ses importantes dimensions culturelle, religieuse et symbolique ; celles-ci devraient donc être dûment prises en compte dans toutes les phases du processus de consolidation et de restauration.

45. Étant donné que le projet intéresse différentes communautés religieuses et culturelles, il est de la plus haute importance quun dialogue et une communication sinstaurent afin que les vues de toutes les parties concernées soient prises en considération.

46. La mission est consciente que, dans la situation actuelle, il nexiste pas de dialogue entre les autorités israéliennes et le Waqf. Étant donné quun tel état de choses est à lorigine de la crise actuelle, toutes les parties devraient être invitées à contribuer à lexamen et à la résolution de cette question dans un esprit de coopération.

47. La participation du Gouvernement jordanien, dont le rôle de supervision sur le Haram ash-Sharif est reconnu par Israël, serait des plus opportunes. La coopération avec le Gouvernement hachémite a permis de résoudre le problème de la restauration du Mur sud du Haram ash-Sharif en 2004 ; un cadre analogue pourrait donc être envisagé. LUNESCO pourrait apporter un concours technique pour ce processus et contribuer à le faciliter.

 

V. Recommandations finales adressées au Directeur général par la mission

48. Le Gouvernement israélien devrait être invité à se conformer à ses obligations concernant les fouilles archéologiques et la conservation du patrimoine sur les sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial telle la Vieille Ville de Jérusalem, et en particulier à la décision 30 COM 7A.34, adoptée à ce sujet par le Comité du patrimoine mondial, à Vilnius, en juillet 2006.

49. Le Gouvernement israélien devrait être invité à mettre immédiatement un terme aux fouilles archéologiques, étant donné que les fouilles entreprises ont été jugées suffisantes pour permettre dévaluer létat des structures de la rampe daccès.

50. Le Gouvernement israélien devrait ensuite définir clairement la conception finale de la structure daccès, qui devrait viser essentiellement à restaurer la rampe daccès à la Porte des Maghrébins sans en modifier de façon majeure la structure et la forme, afin de préserver lauthenticité et lintégrité du site. Un plan dopérations précis devrait donc être communiqué au Comité du patrimoine mondial dans les plus brefs délais.

51. Le Gouvernement israélien devrait être invité à engager immédiatement des consultations avec toutes les parties concernées, en particulier les responsables du Waqf et les autorités jordaniennes, ces dernières ayant signé un accord de paix, le 26 octobre 1994, et de convenir dun plan dopérations avant de prendre toute nouvelle mesure ou décision à ce sujet.

52. Ce processus devrait être supervisé par une équipe internationale dexperts coordonnée par lUNESCO et à laquelle participeraient des ingénieurs du génie civil spécialisés dans les travaux de consolidation de sites archéologiques, de façon à garantir la solution la plus appropriée pour la restauration de la rampe daccès à la Porte des Maghrébins.

 

[Avec nos chaleureux remerciements à Yigal Palmor, qui nous a transmis ce document important.]

 

Mis en ligne le 23 mars 2007, par M. Macina, sur le site upjf.org