Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Contentieux palestino-israélien

Oui israélien à la feuille de route, avec réserves, A7
25/05/2003

Sur le site d'Aroutz7, 3 dépêches dans l'ordre chronologique.
www.a7fr.com/

25/05/03

1. (16 h 23) Le gouvernement adopte la feuille de route américaine

A l'issue d'une réunion particulièrement houleuse, qui a duré plusieurs heures, le gouvernement a finalement adopté la feuille de route américaine. C'est la première fois qu'un gouvernement israélien accepte officiellement le principe d'un Etat palestinien qui, d'après le plan américain, devrait voir le jour avant la fin de l'année. Douze ministres l'ont approuvée et sept s'y sont opposés. Quatre autres, appartenant tous au Likoud, se sont abstenus : il s'agit de Binyamin Netanyahou (Finances), Limor Livnat (Education), Dany Naveh (Santé) et Tsahi Hanegbi (Sécurité intérieure).

Les opposants à la feuille de route sont : Benny Elon, (Tourisme), Avigdor Lieberman (Transports), tous deux représentant le Ihoud Léoumi, Effi Eitam, (Construction et Logement) et Zevouloun Orlev (Travail et Affaires sociales), du Parti national religieux, Ouzi Landau (sans portefeuille) et Israël Katz (Agriculture), du Likoud, et Nathan Tcharanski, (chargé du dossier de Jérusalem) d'Israël Baaliya.

Dans la résolution entérinée par la majorité du gouvernement, il est indiqué que les ministres adoptent les positions du Premier ministre, qui a accepté les clauses de la feuille de route en y joignant les quatorze réserves émises par Israël. A la demande du ministre des Affaires étrangères Sylvan Shalom, le gouvernement a voté une nouvelle fois pour dénier aux réfugiés palestiniens le droit de revenir en Israël mais ces derniers auront la possibilité de s'établir dans un futur Etat palestinien.
Cette résolution a été adoptée presque à l'unanimité, le seul opposant étant Benny Elon qui a souligné qu'il refusait dans son ensemble le plan proposé par le président américain George Bush.

A la suite de ce vote, l'administration américaine doit décider d'un sommet tripartite qui réunira le Premier ministre israélien, le président Bush et le chef de l'Autorité palestinienne, Abou Mazen.

Les Palestiniens n'ont pas caché, dès samedi soir, leur satisfaction lorsqu'ils ont appris que le gouvernement israélien s'apprêtait à approuver la feuille de route. Le responsable de l'information, Nabil Amar, a déclaré qu'il s'agissait d'une «démarche positive dans la bonne direction et qu'il espérait qu'Israël respecterait ses engagements !»

CDP (25/05 16 h 23)


2. (18 h 01) Des émissaires américains en Israël

Le secrétaire d'Etat américain Colin Powell s'est entretenu hier par téléphone avec son homologue israélien, Sylvan Shalom, pour débattre de la feuille de route.
C'est la troisième fois que les deux hommes débattent cette semaine de la question. Les Etats-Unis envisagent d'envoyer prochainement au Proche-Orient des fonctionnaires de leur administration, dotés d'une grande expérience dans le domaine des renseignements.
Ils seront chargés de veiller à l'application du plan américain par Israël et par les Palestiniens. Powell a déclaré que cette délégation comprendra au départ une dizaine de personnes qui s'établiront à Jérusalem. D'après un proche de Powell, une partie d'entre eux seront, en fait, des experts dépêchés par Washington pour surveiller les événements sur le terrain et servir d'intermédiaires entre Israël et les Palestiniens.

La Maison Blanche a publié un communiqué dans lequel elle indique qu'elle «reconnaît l'importance des réserves émises par les Israéliens sur la feuille de route». Elle ajoute que l'administration américaine «en tiendra compte prochainement avec le plus grand sérieux».
Le secrétaire d'Etat Powell et la conseillère en Sécurité nationale Condoleezza Rice ont précisé, dans une annonce commune, que le gouvernement américain «partageait les inquiétudes d'Israël et en tiendrait compte lors de l'application de la feuille de route qui réaliserait les aspirations du président Bush exprimées au mois de juin 2002».

Le porte-parole de la Maison Blanche, Ari Fleischer, a déclaré qu'il était clair que la feuille de route était «pour le moment, le moyen que veulent utiliser les Etats-Unis pour relancer le processus diplomatique entre Israël et l'Autorité palestinienne».

Le ministre Ouzi Landau a vivement réagi aux déclarations américaines. Il a déclaré : «Non seulement ils ne nous prennent pas au sérieux et ne publient pas la feuille de route, mais en plus, ils font mine de nous écouter attentivement et de tenir compte de nos remarques pour ensuite agir comme bon leur semble».

CDP (25/05 18 h 01)



3. (20 h 47) Le « oui » israélien est insuffisant

Après une première réaction relativement enthousiaste à l'adoption par Israël de la feuille de route, les responsables palestiniens n'ont pas caché leur déception devant les réserves apportées par le gouvernement d'Ariel Sharon.
Ils espéraient vraisemblablement un « oui » sans conditions. Nabil Abou Roudeira, conseiller de Yasser Arafat, a déclaré : « Nous voulons que les Israéliens appliquent à la lettre la feuille de route, comme l'ont fait les Palestiniens ».

Bien conscients du fait que ce vote en faveur du plan de paix international est une première, en ce sens qu'il engage clairement Israël dans un processus qui conduira à la création de l'Etat palestinien d'ici 2005, les officiels palestiniens n'ont pas été trop virulents. Ils ont assuré qu'ils ne feraient pas échouer cette occasion qui leur est offerte d'accéder à l'indépendance.

Abou Mazen, craignant une manoeuvre israélienne pour modifier la feuille de route, a tenu à recevoir la promesse du quartet (Etats-Unis, Europe, Onu, Russie) qu'aucun changement n'y serait apporté.

Les Palestiniens ont annoncé qu'ils livreraient bataille pour que l'étape concernant le retour des réfugiés palestiniens soit appliquée et ne s'émeuvent pas davantage de la réserve israélienne à ce sujet.

Pour le Hamas, l'approbation des Israéliens à la feuille de route n'est qu' « un nouveau piège qui se refermera sur le peuple palestinien », « un moyen de faire arrêter la lutte armée contre Israël ».

(HA) (25/05 20 h 47)