Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Jérusalem

Grand Mufti sur Jerusalem
01/01/1970



Jérusalem, pierre d’achoppement pour les deux grandes religions monothéistes

 

 

Après la rencontre interreligieusetendue de Jérusalem... 1

Jérusalem : le Grand Muftiamorce une violente polémique : L’État d’Israël accusé d’exploiterl’Holocauste  1

 

 

Après larencontre interreligieuse tendue de Jérusalem

Jérusalem, 25 mars 2000 (CIP)

Le porte-parole du Saint-Siège, JoachimNavarro-Valls, a commenté vendre­di l’atmosphère très tendue de la rencontreinterreligieuse à laquelle Jean-Paul II avait participé la veille à Jérusalem. « Le pape est très conscient desproblèmes qui sont apparus lors de cette rencontre », a-t-il affirmé.

Au cours de cette soirée, le représentant juif, le rabbin ashkénaze Meir Lau, avait remercié Jean-Paul II d’avoir « reconnu Jérusalem comme capitale éternelle des Israéliens ». « Ce n’est pas vrai, il n’a pas dit cela ! », avait protesté une voix dans l’assistance. La tension était montée à son comble quand le juge islamique de tous les tribunaux palestiniens, qui représentait les musulmans, avait pris la parole en arabe d’un ton virulent, pour décrire cette fois Jérusalem comme « la capitale éternelle des musulmans et des Palestiniens », puis, semblant ignorer le rabbin, avait quitté la salle avant la fin de la rencontre, prétextant l’heure de sa prière qui approchait. Le pape et le rabbin s’étaient donc retrouvés seuls pour planter symboliquement un arbre en signe de paix, à l’issue de leurs échanges de discours.

« Cette rencontre a été d’un très grand réalisme, a relevé Joachim Navarro-Valls. Si la réalité est telle malheureusement, il vaut mieux qu’elle apparaisse. On parlerait sinon d’une paix théorique en niant les difficultés sans les résoudre. »

« Si le pape a conscience de ces problèmes, ce n’est pas à lui, comme il l’a dit lui-même, de proposer des solutions politiques pour les résoudre », a encore affirmé le porte-parole du Saint-Siège. « Il est venu à Jérusalem avant tout pour un pèlerinage. Et il pense que les rencontres comme celles-ci peuvent contribuer à créer un climat permettant ensuite d’aider les différentes parties à accepter les éventuelles solutions politiques qui pourront être adoptées. » (cip-imed)

 

 

Jérusalem : leGrand Mufti amorce une violente polémique : L’État d’Israël accuséd’exploiter l’Holocauste

 

Jérusalem, 26 mars 2000 (CIP)

 

Le plus haut responsable musulman de la villesainte de Jérusalem, Cheikh Ikrimah Sabri, émettant des doutes sur le nombre desix millions de juifs exterminés par les nazis, a accusé l’État d’Israëld’exploiter la Shoah à des fins politiques. Ces chiffres exagérés sont utiliséspour gagner la sympathie internationale, a-t-il lancé samedi, suscitant lacolère des officiels israéliens.

La radio israélienne a rapporté des propos attribués au Grand mufti, qui aurait déclaré qu’Israël avait exagéré l’étendue de la Shoah pour obtenir le soutien de la communauté internationale. Il a remarqué qu’il n’était pas responsable de la haine de Hitler envers les juifs, relevant que « les juifs sont haïs partout dans le monde ». « Ce n’est pas mon problème. Les musulmans n’ont rien à avoir avec cette affaire, c’est l’œuvre de d’Hitler qui haïssait les juifs », a déclaré le chef spirituel des musulmans de Jéru­salem, ajoutant qu’avec la Shoah, « le peuple juif a trouvé un formidable moyen de gagner la solidarité du monde ». Le maire de Jérusalem Ehoud Holmert a pour sa part déploré « les expressions de violente haine » du Grand mufti, en relevant que les juifs « ont l’habitude d’entendre de tel propos ».

Selon le quotidien israélien « The Jerusalem Post », le porte-parole du Vatican, J. Navarro-Valls, était au courant des propos du mufti, mais n’a pas l’intention d’y répondre dans l’immédiat. Le Grand mufti avait boycotté la rencontre interreligieuse de jeudi avec le pape pour bien marquer l’opposition des musulmans à l’annexion par les Israéliens de la partie arabe de Jérusalem. Cheikh Ikrimah Sabri a fait savoir que le Conseil Suprême Islamique, qui a la haute main sur les affaires religieuses musul­manes dans la région, a interdit les contacts avec les responsables religieux juifs israéliens en raison justement de l’occupation de Jérusalem-Est par les Israéliens suite à la Guerre des Six Jours

Le Grand Mufti, qui dépend de l’Autorité palestinienne, a demandé dimanche matin l’aide du pape pour mettre un terme à l’occupation israélienne et aux souffrances du peuple palestinien. Interrogé par l’agence de presse britannique Reuters, Sabri a indiqué qu’il ne voulait pas nier l’existence de  la Shoah, mais il pense que l’ampleur en a été exagérée. « Nous dénonçons tous les massacres, mais je ne vois pas pourquoi un certain massacre en particulier devrait être utilisé pour obtenir des avantages politiques et faire du chantage », a-t-il déclaré. (cip-apic-jpost)