Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Jérusalem

Jaeger_Jerusalem
01/01/1970



Extrait d’une interview du P. David Jaeger [1], franciscain, à l’occasion de la visite du pape en Israël

Question du journaliste de l’agence Fides, deRome 

Le Mairede Jérusalem, M. Ehud Holmert, a averti le Pape de ne pas remettre endiscussion le statut de la ville comme « capitaleéternelle » de l’État d’Israël…

Réponse du P. Jaeger

Je suis opposé à ce fétichisme des « capitales éternelles » :les capitales sont toujours historiques et politiques, et non pas éternelles.Dieu seul est éternel. Et l’État d’Israël s’est engagé à trouver une solutionjuste et négociée à ce problème. Et c’est là aussi la position du Saint-Siège.Le problème de Jérusalem doit être résolu au plan international et non pas demanière unilatérale. L’avenir territorial de Jérusalem et le sort politique dela ville peuvent être trouvés de pair par Israël et les Palestiniens. Du reste,Israël s’est engagé à Oslo en faveur d’une solution négociée pour Jérusalem.

De la part de l’Église, nous disons que, quel que soit son avenirpolitique, elle doit être la part de tous et pas divisée. De plus, nous autrescatholiques, nous demandons que certains aspects soient garantis au planinternational, selon les principes de l’ONU. Ces aspects sont lessuivants : la sauve­garde du patrimoine culturel et religieux de laville ; le statu quo pour les sanctuaires ; la liberté de religion etde conscience ; l’égalité juridique des institutions des troisreligions ; l’accès pour tous aux sanctuaires. La résolution de l’ONU de1947 se proposait les mêmes finalités, mais en envisageantl’internationalisation du territoire. Cette internationalisation ne semble pasréalisable. Pour cette raison, les mêmes finalités peuvent trouver une autresolution non territoriale, d’un accord commun entre Israéliens et Palestiniensd’une part, et la communauté Internationale de l’autre. Un signe d’espérance,c’est que les Palestiniens ont déjà fait leur cette vision. Rien n’empêche queles amis israéliens ne fassent eux aussi de même. Les juifs et les Palestiniensde bonne volonté pensent désormais à une ville « co-partagée », nonpas divisée, où, espérons-le, Jérusalem Ouest resterait Capitale de l’Étatd’Israël , et Jérusalem Est Capitale de la Palestine. Du reste, même siIsraël a déjà fait de Jérusalem sa capitale, l’État s’est aussi engagé àtrouver une solution négociée pour Jérusalem : la seule voie de sortie estle partage de la Capitale.

Fides-CIP,21 mars 2000



[1]Le Père David Jaeger, Juif d’Israël né en 1955 et devenu Frère Franciscain en 1981, est professeur à l’Athénée Pontifical « Antonianum » de Rome. Il est aussi un grand connaisseur de la situation humaine, religieuse et politique de la Terre Sainte. Ayant été également juriste, il compte parmi les membres de la Délégation du Saint-Siège à la Commission bilatérale avec l’État d’Israël. Il a été parmi les premiers rédacteurs de l’Accord entre le Saint-Siège et l’État d’Israël, et le premier commentateur de l’Accord de base avec l’Autorité Pales­tinienne. L’agence vaticane Fides lui a demandé d’éclairer le sens de la visite de Jean Paul II en Terre Sainte. (CIP).