Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Jérusalem

Saint_Siège_OLP_Jerusalem_accord_fondamental
01/01/1970



" Accord fondamental " entre le Saint-Siège et l'OLP

 

Vatican, 15 février 2000 (CIP)


Ce 15 mardi février a été signé au Vatican un " Accord fondamental" entre le Saint-Siège et l'Organisation pour la Libération de laPalestine. Cet accord en douze articles, s'il a pour but de définir le statutjuridique de l'Église catholique dans les territoires dépendant de l'Autoritépalestinienne, évoque aussi la question du statut de Jérusalem et celle duconflit israélo-palestinien.
"Une solution équitable pour la question de Jérusalem, basée sur desrésolutions internationales, est fondamentale pour une paix juste et durable auMoyen-Orient, peut-on lire en effet dans le préambule." Des décisionsunilatérales et des actions modifiant le caractère spécifique et le statut deJérusalem sont moralement et légalement inacceptables." Il faut, précisel'accord, "un statut spécial pour Jérusalem" qui soit "garantiinternationalement", et permette de sauvegarder "la liberté dereligion et de conscience pour tous, l'égalité devant la loi des troisreligions monothéistes, de leurs institutions et de leurs fidèles dans laville, l'identité propre et le caractère sacré de la ville, la significationuniverselle de son héritage religieux et culturel", ainsi que "la libertéd'accès et de culte pour les lieux saints".

A propos du conflitisraélo-palestinien, le Saint-Siège et l'OLP lancent "un appel pour unesolution pacifique" qui puisse réaliser "les droits nationauxlégitimes et inaliénables et les aspirations du peuple palestinien". Ilssoulignent l'importance du respect de la "loi internationale"exprimée dans les résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Lasolution du conflit doit être trouvée sur des bases "de justice etd'équité", insistent-ils, "par des négociations et des accords".

Concernant les relations entrel'Église catholique et la législation palestinienne, l'accord affirme que tousles citoyens palestiniens sont "des membres égaux de la sociétépalestinienne", à quelque religion qu'ils appartiennent. L'OLP s'engagedonc à lutter "contre toutes les formes de discrimination" - enparticulier religieuse - et "contre les menaces de la vie et de la dignitéhumaine". Elle reconnaît par ailleurs la "personnalité légale del'Église catholique dans les territoires dépendant de l'Autorité palestinienne,ses droits dans les domaines économique, légal et fiscal, et sa liberté d'agirdans les domaines spirituel, religieux, moral, caritatif, éducatif etculturel".

Enfin, l'accord soulignel'importance de la Terre Sainte comme "un espace privilégié pour ledialogue interreligieux entre les fidèles des trois religionsmonothéistes". L'OLP et l'Église catholique "continueront àencourager le dialogue interreligieux pour la promotion d'une meilleurecompréhension entre les peuples de différentes religions", explique letexte, et le Saint-Siège affirme, "une fois encore", le"respect" de l'Église catholique pour les fidèles des autresreligions.

Signé au Vatican ce 15 février par le sous-secrétaire du Saint-Siège pour les relations avec les États, Mgr Celestino Migliore, et par un membre du Comité exécutif de l'OLP, Emile Jarjoui, cet accord peut être comparé à celui qui avait été signé le 10 novembre 1997 à Jérusalem concernant la reconnaissance juridique de l'Église catholique par l'État israélien. À l'époque, cet accord avec Israël n'avait toutefois pas mentionné la question du statut de Jérusalem. (cip-imed)