Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Jérusalem

Concessions Mont du Temple non israélien
01/01/1970

 

Israël : non à des concessions concernant le Mont du Temple

L’esplanade des Mosquée, « le lieu le plus sacré dujudaïsme »

 

Jérusalem, 26 décembre 2000 (CIP)

 

Plusieurs grands rabbins israéliens se mobilisent contre des concessions éventuelles, dans le cadre des négociations israélo-palestiniennes, concernant l’esplanade des Mosquées, le troisième lieu saint de l’islam, conquis par les armes lors de la Guerre des Six jours en 1967, que les juifs appellent pour leur part le Mont du Temple, car en bordure du site s’élève aussi un mur de l’ancien temple juif de Jérusalem.

Le grand rabbin de Haïfa She’ar Yashuv Cohen a lancé un appel urgent ce week-end pour convoquer le Conseil du Grand rabbinat d’Israël pour discuter de ce qu’il a appelé la menace sur le Mont du Temple et le Mur occidental, le Mur des lamentations. Cohen s’est dit inquiet par les informations de presse selon lesquelles les négociateurs israéliens seraient prêts à concéder à l’Autorité palestinienne la souveraineté sur le Mont du Temple, « le lieu le plus sacré du judaïsme ».

She’ar Yashuv Cohen a souligné que le contrôle sur le Mont du Temple pourrait aussi affecter le Mur occidental, un lieu de prière fondamental pour les juifs d’aujourd’hui, étant donné que des pierres ont déjà été lancées sur les fidèles en prière depuis l’esplanade des Mosquées. Le grand rabbin ashkénaze Israël Meir Lau a déclaré qu’aucun gouvernement israélien ni aucun grand rabbin - en bref aucun juif - n’a le droit de faire des concessions concernant le Mont du Temple.

Soulignant que le premier et le second temple de Jérusalem existaient avant la venue de l’islam, Lau a mis en garde contre la cession de la souveraineté sur le Mont du Temple, qui signifierait la négation biblique et historique des prétentions d’Israël sur Jérusalem et l’entièreté d’Israël. Le grand rabbin d’Haïfa a exprimé sa profonde tristesse que les négociateurs israéliens aient été prêts à sacrifier « l’honneur national du judaïsme » et poursuivi leurs tractations durant le jour du sabbat. Cohen a déclaré avoir lancé cet appel avec les autres grands rabbins qu’il appelle les membres « sionistes » du Conseil du Grand Rabbinat. (cip-apic)