Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Évacuer des Juifs durant le deuil de Tisha‘ be-Av ?
Menahem Macina
18/04/2005

Se peut-il que les instances gouvernementales chargées de l'évacuation des Juifs de la Bande de Gaza, n'aient pas prévu le choc, tant religieux que psychologique, que ne manquera pas de causer cette opération – déjà si impopulaire dans les milieux juifs orthodoxes -, si elle se déroule durant les commémorations de Tisha be-Av (9 Av) ?

Rappelons que, selon la tradition, c'est à cette date fatidique qu'eut lieu la destruction, par les Chaldéens, du premier Temple de Jérusalem, en 586 avant notre ère, celle du second, par les Romains, en 68 de notre ère.

Ruine du Temple
Destruction du Temple de Jérusalem, Nicolas Poussin, 1640

Si le gouvernement s'en tient à la date initialement prévue pour le désengagement – soit fin juillet -, l'opération coïncidera avec les trois semaines du deuil de Tisha be-Av, durant lesquelles, selon la tradition juive, il est interdit, précisément, d'emménager dans une nouvelle habitation.

Il n'est pas nécessaire d'être un sociologue averti, ni un spécialiste des mentalités religieuses pour comprendre qu'il serait extrêmement maladroit et malavisé de procéder à l'évacuation forcée des résidents Juifs de la Bande de Gaza, précisément durant cette période.

D'autant que les irréductibles, prêts à voir des signes et des symboles dans les faits les plus minimes et les plus fortuits de l'existence, ne manqueront pas de tirer parti de cette conjonction chronologique pour affirmer que les événements eux-mêmes témoignent de la malédiction qui s'attache à ce "scandaleux déracinement de Juifs" chassés de leur foyer et de la terre juive sur laquelle les gouvernements israéliens successifs les avaient encouragés à s'installer, puisque l'événement se produit précisément, comme la destruction des lieux juifs les plus sacrés, à Tisha Be-Av.

Yonatan Bassi, l'administrateur du gouvernement chargé de la compensation et de la réinstallation des résidents des implantations vouées à l'évacuation, en est tellement conscient, qu'il a appelé à retarder l'opération, qui devait débuter fin juillet.

Problème : Tisha be-Av tombe le dimanche 14 août, et les trois semaines durant lesquelles il est interdit aux Juifs observants de s'installer dans une nouvelle demeure ne prendront fin que vers le 4 septembre. Or, le gouvernement a fixé comme date-butoir pour le désengagement la fin du mois de septembre, et en tout cas avant Rosh ha-Shanah, qui tombe, cette année, les mardi 4 et mercredi 5 octobre.

Ce qui laisse moins d'un mois à Tsahal et à la police pour venir à bout d'une tâche dure et complexe.

Décidément, rien n'est jamais facile pour les Juifs !

Menahem Macina

© upjf.org


Mis en ligne le 18 avril 2005, par M. Macina, sur le site www.upjf.org.