Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Lavage de cerveaux d'enfants sur TV5, chaîne publique française, M. Macina
10/11/2003

Update 04/03/04

L'article figure toujours sur le site de TV5, mais à un autre lien : monkanar.france3.fr/journal_archive.php3?id_article=245
L'introduction a été modifiée (comme le prouve l'allusion à la condamnation du mur par l'ONU, qui n'était pas d'actualité début novembre 2003), en ces termes :
"Israël et Palestine : toujours la guerre entre ces 2 peuples qui n'arrivent pas à faire la paix.
Israël a commencé la construction d'une clôture de sécurité pour se protéger des attentats. Cette clôture se trouve en Cisjordanie, l'un des territoires où vivent les Palestiniens.
L'ONU a condamné la construction de cette clôture qui ressemble à un mur et est contraire au plan de paix."



10/11/03

Lentement mais sûrement, les choses se mettent en place, notre travail tenace d'information et d'analyse, nos appels réguliers à témoignages et à informations comment à porter leurs fruits. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous signaler des événements ou des propos qui, sans votre vigilance, nous auraient échappé, tant est vaste le champ événementiel, qu'une seule personne, pas même une équipe de collaborateurs, si durs au travail qu'ils soient, ne peuvent couvrir entièrement.
Voici ce que j'ai trouvé dans mon escarcelle d'e-mail ? ce matin. Merci à cet informateur – qui désire rester anonyme (le nom mentionné est un pseudonyme). Lisez bien et le texte de cette émission et mon commentaire : vous en aurez la chair de poule… Menahem Macina


«Je pense utile de vous faire passer l'info suivante, que vous pourrez certainement véhiculer efficacement. Vendredi matin (7 novembre), je suis tombé complètement par hasard sur un reportage scandaleux, dans l'émission "monKanar", produite par FR3 (ciblée 8-12 ans), sur la "barrière de sécurité", avec animation et explication en langage adapté aux plus petits, du genre: "on met les petits enfants en prison", "la pauvre dame qui ne peut plus aller voir ses enfants à cause du mur", ou "ce pauvre agriculteur" qui ne peut plus cultiver son champ à cause de ces méchants Israéliens, etc... L'émission passe du lundi au vendredi à 17heures 30, depuis septembre 2002. Elle est rediffusée tous les matins sur TV5. Vous pourrez trouver ce reportage sur leur site Internet…
La rédactrice en chef du programme, à l'époque de sa création, était Eve Baron, la responsable du journal serait Catherine Sebbag (!) et son présentateur est François Pécheux.
Je vous laisse le soin d'alerter le ban et l'arrière-ban sur ce remake de Télé-Hamas en France !»

Louis Bordenave

------------------------

Pour exprimer des réactions à la médiatrice de FR3, Geneviève Guicheney, procéder aux opérations suivantes :
1) Cliquer sur le lien qui mène à sa page Web:
[url]http://www.francetv.fr/france3/srt/mediatrice_intro.htm#[/url]
2) Sur cette page, cliquer sur le lien "Ecrire à la médiatrice", qui se trouve en haut de la page, à droite de la photo de la médiatrice.
3) Remplir soigneusement les champs de correspondance proposés et envoyer le message.


Autre e-mail pour réagir : jeunesse@france3.fr

------------------------

1. Le résumé sur le site de FR3

[img]http://www.upjf.org/fichiers/monkanar_entete.jpg[/img]


monkanar.france3.fr/journal_archive.php3?id_article=245

Jeudi 6 novembre 2003

SALUT LES KANARS!

À la Sainte Bertille, les yeux des kanars brillent !

Et pourtant ce n'est pas drôle tous les jours ! En Israël et en Palestine en tout cas ce n'est pas vraiment la joie.

Surtout depuis que les Israéliens se sont mis en tête de construire un mur autour de la Palestine pour être tranquilles.

Autrement dit, si votre voisin vous fait des misères, [et bien faites un mur autour de son jardin, ça lui fera les pieds et il ne pourra plus vous embêter

[C'est ce texte qui a été modifié et remplacé par celui qui figure en tête de ce document]

……………………


Israël et Palestine, 22000e acte, 3e scène !

Israël et Palestine ! Encore et toujours la guerre entre ces 2 peuples qui n'arrivent décidément pas à faire la paix. Et toujours le même cycle infernal: quand les terroristes palestiniens posent des bombes, Israël répond de plus belle à coup de missiles. Et dans les deux cas, des innocents sont tués. Pas si simple tout ça…

Et comme ils n'arrivent pas à discuter et à s'entendre, devinez quelle nouvelle solution ont-ils trouvé ? ……………… Un mur !

Eh oui, un mur de 8 mètres de haut, avec des clôtures électrifiées, pour entourer les territoires palestiniens. Quel meilleur moyen de ne plus entendre parler de ses voisins !

Mais c'est surtout un vrai désastre pour la population palestinienne qui se trouve tout simplement enfermée, comme dans une prison. En tout cas, ce n'est sûrement pas de cette manière que la paix reviendra !

Une seule solution, le dialogue ; et à travers un mur c'est quand même pas très facile… Vous ne trouvez pas ?

------------------------

2. Le clip-vidéo du reportage sur le 'mur'-barrière de de sécurité

a) Introduction du présentateur :

«Une histoire de mur qui fait grand bruit : Israël construit un mur autour des territoires palestiniens - ils appellent ça la barrière de sécurité. Explication : Antoine Pinet [inaudible]. »

b) Le reportage :

« Imaginer le mur que les Israéliens construisent entre eux et les territoires palestiniens, c'est un peu comme imaginer un mur entre la France et la région parisienne. Cela paraît incroyable, et pourtant c'est ce qui est en train de se passer.

En Israël, le territoire que vous voyez, en jaune sur la carte, s'appelle la Cisjordanie. C'est le pays des Palestiniens. C'est le long de ce territoire, sur près de 150 km, que les Israéliens ont construit un mur. Pour eux, c'est un mur de sécurité, fait pour empêcher les terroristes palestiniens de passer dans leur pays pour poser des bombes, comme l'explique cet Israélien :

"Nous pensons que, sans ce mur [l'interviewé a utilisé le terme fence, 'barrière, mais la traduction dit : 'mur'], nous ne pouvons pas nous défendre, parce que les Palestiniens envoient, chaque semaine, des kamikazes pour tuer des Israéliens."

Le problème, c'est que les 1.800.000 Palestiniens qui habitent ce territoire ne sont pas tous des terroristes, et pourtant ils sont traités comme des criminels avec ce mur qui ressemble à celui d'une prison ; il fait 8 mètres de haut ; certaines parties sont faites de clôtures électrifiées et il y a même des miradors, des tours, pour les surveiller, comme dans une prison.
En plus, le mur leur prend toute une partie de leur pays, que vous voyez en bleu sur la carte. Quand il sera fini, il les coupera complètement du reste du monde.

Aujourd'hui, déjà, des milliers de Palestiniens sont bloqués : comme leurs champs sont de l'autre côté du mur, ils ne peuvent plus aller travailler. C'est le cas, par exemple, de cette femme. Elle nous raconte que ses terres sont de l'autre côté de la clôture, que les Israéliens l'empêchent d'aller sur ses terres, et que personne ne lui a demandé son avis.

Pour cet Israélien, ami des Palestiniens, c'est un vrai scandale. Noam est avocat, il défend les Palestiniens :

«Si la barrière, cette séparation, est la meilleure solution pour la sécurité, il faut peut-être la construire, mais pas en mordant sur les frontières des territoires, ni en transformant la vie de ces centaines de milliers de Palestiniens de façon aussi grave.»

Ce mur n'est donc pas une solution pour ramener la paix entre les deux pays, et c'est même devenu une nouvelle source de guerre entre les deux peuples.

[Fin du reportage]


c) Conclusion du présentateur :

Et l'organisation des Nations unies, l'ONU, a, pour l'instant, condamné ce mur, mais la construction continue.

------------------------

3. Mes commentaires sur le résumé introductif

Les mots et expressions blessants, infamants, ou qui induisent des réactions de condamnation
  • "se sont mis en tête" :
    - La construction de cet ouvrage de défense est présentée comme une tocade. Pas le moindre rappel des circonstances qui ont amené ce peuple à se protéger ainsi. Il faudra attendre l'évocation, un peu plus bas et comme en passant, des attentats perpétrés par les Palestiniens, pour comprendre qu'il y a une raison à la construction de cette barrière, mais le lien entre les deux n'est nulle part mentionné explicitement. Pourtant, ne l'oublions pas, il s'agit d'enfants de 8 à 12 ans. A cet âge on ne comprend pas intuitivement les choses. Il faut expliquer clairement.
  • "si votre voisin vous fait des misères… faites un mur autour de son jardin, ça lui fera les pieds et il ne pourra plus vous embêter"
    - Ici, par contre, on sait se mettre à la portée des enfants, en parlant même leur langage… Mais c'est pour ramener un conflit sanglant et son corollaire: des attentats barbares aux dimensions d'une querelle de voisinage. Et l'expression enfantine "ça lui fera les pieds", n'a rien d'innocent dans ce contexte. Autrement dit, les Israéliens construisent cet ouvrage défensif POUR PUNIR LES PALESTINIENS.
  • "…la population palestinienne… tout simplement enfermée comme dans une prison… ce n'est sûrement pas de cette manière que la paix reviendra!"
    - Voilà le grand mot lâché : 'prison'. Il reviendra comme un leitmotiv. Et la chute – ironique – vise à montrer aux enfants à quel point les Israéliens manquent d'intelligence, ou sont définitivement butés, car, même un jeune peut comprendre que ce n'est pas en enfermant des innocents derrière une barrière qu'on parviendra à la paix. Ainsi, par le biais d'une ironie facile, on détourne l'attention de ce qui est à la base même de cette construction : la nécessité absolue, pour les Israéliens, de se protéger des attentats.
  • "22000e acte" : A nouveau, l'ironie malséante. Pourquoi ce chiffre exorbitant ? Sinon pour accentuer, dans l'esprit des enfants, la perception de l'inanité de la guerre d'autodéfense que mène Israël pour se protéger des attentats barbares dont est victime sa population civile ; les enfants doivent comprendre que TOUT CELA NE SERT A RIEN et qu'il y a trop longtemps que cela dure. Nul besoin de souligner qui est responsable de cette situation : ce qui précède aura suffi à désigner LE coupable : Israël.
  • "Quel meilleur moyen de ne plus entendre parler de ses voisins !"
    - Décidément, l'ironie joue un rôle capital dans la 'pédagogie' de cette émission 'hautement éducative'. Son réalisateur a déjà fait plus que de nécessaire pour amener les enfants à comprendre que les Israéliens sont agressifs et barbares, puisqu'il mettent des innocents 'en prison' derrière un mur ; ils ont prouvé qu'ils sont têtus et peu intelligents, puisqu'ils s'obstinent à se défendre alors que cela ne fait que rendre leurs assaillants plus agressifs ; il ne reste qu'à parfaire le tableau diabolisant en convaincant ces jeunes consciences françaises que les Israéliens NE VEULENT PLUS ENTENDRE PARLER DE LEUR VOISINS, et donc NE VEULENT PAS LEUR PARLER. Israël comme paradigme de l'arrogance brutale et intraitable. Israël comme repoussoir de la paix entre les peuples… Bonjour l'enseignement de la haine !
  • "En tout cas, ce n'est sûrement pas de cette manière que la paix reviendra !" :
    - re-ironie inutile et malsaine. Quant à l'allusion perfide à la paix qui ne risque pas de revenir, outre qu'elle omet de préciser que cette paix n'a jamais vraiment existé, elle ancre un peu plus, dans l'esprit crédule des enfants destinataires de cette propagande de haine, que les Israéliens NE VEULENT PAS LA PAIX, ou, en tout cas, n'en prennent pas les moyens. Dommage que ne soit pas abordée (ne serait-ce que par souci d'équilibre et d'objectivité) la question 'explosive' des moyens 'énergiques' et hautement ‘moraux' auxquels recourent les Palestiniens pour qu'advienne cette paix, qu'à en juger par la 'force' de leurs arguments, ils désirent tant.
  • "Une seule solution, le dialogue ; et à travers un mur c'est quand même pas très facile… Vous ne trouvez pas ?"
    - A nouveau, la dérision ironique. Elle ne mérite pas que j'ajoute quoi que ce soit à mes réflexions précédentes sur son caractère malsain et malséant.

------------------------

4. Mes commentaires sur le reportage (clip-vidéo)

Les explications et les critiques qui font bon marché des faits, du contexte, et des positions israéliennes officielles, qui ne sont jamais évoquées.

  • "Ils appellent ça la barrière de sécurité"
    - Seule mention du caractère véritable de ce que le reportage appellera systématiquement le 'mur'. Mais le clin d'œil de l'expression introductive : ""Ils appellent ça…", en ruine aussitôt le crédit.
  • "Un mur entre la France et la région parisienne" :
    - Est-il nécessaire d'insister sur l'inadéquation de cette comparaison, qui frise le ridicule ? En effet, la région parisienne n'est pas en guerre contre le reste de la France. Il n'en part pas des commandos poseurs de bombes dans les lieux publics et contre les civils français. On peut se demander quel but poursuit l'auteur de ce grossier scénario, et même s'il sait seulement ce qu'il dit. Et l'exclamation subséquente sur le caractère "incroyable", de ce qu'on affirme, pourtant, comme "en train de se passer", ne vise qu'à accentuer, dans l'esprit de l'enfant, l'ENORMITE du DELIT israélien qu'on va lui exposer en détail, en commençant par une affirmation, assenée à ces jeunes cerveaux comme une vérité qui ne supporte même pas la discussion.
  • "C'est le pays des Palestiniens" :
    - Vous entendez bien : la Cisjordanie (en termes historiques, la Judée et la Samarie) EST le pays des Palestiniens. Je reconnais qu'il est difficile d'exposer, dans sa complexité, l'épineuse question – non résolue, à ce jour – de ce que les Palestiniens et leurs partisans appellent "territoires occupés", tandis que les Israéliens et leurs partisans les considèrent comme des "territoires disputés". Raison de plus pour ne pas trancher dans un sens défavorable aux positions israéliennes, au profit d'une thèse propagandiste, mais qui est loin de correspondre à l'état de la jurisprudence internationale, en matière de territoires conquis par un pays agressé, suite à une guerre d'extermination que l'agresseur a perdue. La problématique est encore plus complexe, si l'on veut bien se souvenir que les territoires dont il est question n'ont JAMAIS appartenu aux Palestiniens (qui, d'ailleurs n'étaient pas, alors, constitués en Etat ni en entité nationale autonome), mais à la Jordanie et à l'Egypte, qui n'en revendiquent d'ailleurs pas la propriété – qu'ils ont cédée, fait sans précédent dans le droit international, aux Palestiniens. Telle est donc la question dans toute sa complexité. Alors, par quelle autorité ces géopoliticiens amateurs et spécialistes autoproclamés de la jurisprudence internationale en matière de guerre et de problèmes territoriaux, s'arrogent-ils le droit redoutable de conditionner de jeunes esprits à la condamnation inconditionnelle d'un pays démocratique qu'aucune décision internationale indiscutable n'a encore mis en demeure d'évacuer ces territoires, au motif qu'ils sont Palestiniens ?
  • "Nous pensons que, sans ce mur [l'interviewé a utilisé le terme fence, 'barrière, mais la traduction dit : 'mur'], nous ne pouvons pas nous défendre." :
    - Remarquons l'intelligence du reportage. Deux témoins israéliens sont appelés à la barre. Le premier est pour le 'mur'. Fait remarquable : son affirmation n'est pas contestée. Mais "c'est pour mieux te manger, mon enfant !" En effet, elle est tout simplement NULLIFIEE par ce qui suit.
  • "Le problème, c'est que les 1.800.000 Palestiniens qui habitent ce territoire NE SONT PAS TOUS DES TERRORISTES, et pourtant ils sont traités comme des CRIMINELS avec ce mur qui ressemble à celui d'une PRISON."
    - Voilà. Tout est dit dans cette simple phrase. Commencée ironiquement (une fois de plus !) par la formule "le problème, c'est que…" - expression d'étonnement, purement rhétorique, du fait que celui qui l'emploie n'a pas de problème du tout, pas plus d'ailleurs que l'affirmation qu'il conteste subrepticement ne pose problème -, cette longue 'période' n'a d'autre but que de dirimer, d'écarter le 'vrai problème', que posait, en toute simplicité, le premier intervenant israélien, à savoir, en substance : Sans ce mur, nous sommes morts.
    - Alors, tel un nouvel Alexandre, notre héros du reportage racoleur tranche, d'autorité, le 'nœud palestinien", en des termes, que je paraphraserai à la manière d'un juge rendant son arrêt : «Attendu que les Palestiniens qui habitent ce territoire ne sont pas tous des terroristes, il est interdit aux Israéliens de prendre des mesures d'autodéfense, et encore davantage de lancer des opérations préventives pour se protéger des massacres que quelques individus, totalement irresponsables, perpètrent périodiquement.»
  • "Il y a même des miradors, des tours, pour les surveiller, comme dans une prison." :
    - Ne nous appesantissons pas, comme le réalisateur de ce reportage, sur le vocabulaire carcéral dont il abuse dans le but d'abuser ces enfants, qui ne sont pas à même de percevoir le détournement de ces métaphores au service du mensonge. Car, s'il est bien vrai qu'il y a des "miradors" et des "tours", et que ces ouvrages ont bien pour but de "surveiller", ce n'est pas le peuple palestinien qui est l'objet de cette surveillance, mais les terroristes, qui désormais seront – eux et eux seuls – à découvert et exposés à la mort, et non plus leurs innocentes victimes israéliennes, ou célébrant un Seder pascal, ou se rendant à leur travail ou à leurs loisirs en autobus, ou dînant tranquillement dans un restaurant. Ce qu'il eût fallu expliquer à ces enfants, c'est que la présence de CRS ou de policiers, ou tout déploiement de force armée dans un secteur quelconque d'une ville ou d'un territoire, quel que soit le pays où ces mesures sont mises en œuvre, ne sauraient être interprétées comme destinées à intimider ou à tenir sous surveillance tatillonne TOUTE la population de ce pays ou de cette zone, mais uniquement de veiller à ce que ceux qui menacent la sécurité publique soient repérés et mis hors d'état de nuire.
  • "Le mur leur prend toute une partie de leur pays… Quand il sera fini, il les coupera complètement du reste du monde.» :
    - Cette fois, si le ridicule tuait encore, je ne donnerais pas cher de la peau des réalisateurs. En effet, loin d'être complètement coupés du reste du monde, non seulement les habitants palestiniens de la Cisjordanie qui seront de l'autre côté du mur pourront, sans problème, se rendre à leurs champs et à leur travail éventuel en Israël, par les nombreuses portes et accès déjà existants et ceux qui seront construits au fur et à mesure de l'avancement de la barrière de sécurité, mais encore un simple coup d'œil sur une carte de géographie leur permettra de réaliser qu'il est facile d'atteindre la Jordanie, toute proche, voire de rejoindre la Bande de Gaza et son accès sur la mer. Donc, pas "coupés" du tout "du reste du monde", les Palestiniens. Mais qu'importe aux réalisateurs ? L'essentiel est de faire partager aux dizaines de milliers d'enfants français qui les écoutent, leur certitude (ou leur volonté de croire) que les Palestiniens sont "bantoustanisés" - formule à la mode, aussi diabolisante des Israéliens que son pendant inévitable : "apartheid".
  • "Comme leurs champs sont de l'autre côté du mur, ils ne peuvent plus aller travailler :
    - Il a été fait justice, ci-dessus, de cette affirmation. Je n'y reviendrai donc pas. Mais elle sert d'introduction à l'inévitable séquence de la, ou du pauvre Palestinien(ne), dont une maudite frontière (barrière, mur, ou tout autre obstacle) coupe en deux le bien foncier. Qui dira à ces enfants que cette situation a été et est encore celle de centaines de milliers de gens dans le monde, au hasard des conflits nationaux ou internationaux ? Mais, pas plus jadis que maintenant, il n'y a, ailleurs qu'en Israël/Palestine, des centaines de cameramen et de reporters en mal de tranches de vie dramatiques pour faire pleurer les Margot de toutes les chaumières du monde - et des françaises en particulier…
  • "Pour cet Israélien, c'est un vrai scandale…"
    - Quiconque écoutera la vidéo que je transcris, le constatera : le second israélien - appelé à la rescousse 'pour l'équilibre du reportage' – n'émet pas cette exclamation. Elle est surajoutée par les réalisateurs du reportage. Mieux, à lire ce qu'il déclare, on ne peut qu'être frappé par le fait qu'il ne condamne pas la barrière de sécurité – outre qu'il ne la nomme pas 'mur', lui -, il en envisage même la construction, "Si… elle est la meilleure solution pour la sécurité", sous réserve qu'elle ne lèse pas l'intégrité des territoires palestiniens, ni ne transforme leur vie en parcours du combattant… Gageons seulement que le précédent Israélien eût dit la même chose si on lui en avait laissé le temps, ou si on avait fait allusion au tracé disputé de cet ouvrage défensif… Mais cela, comme d'autres vérités de même nature, les jeunes auditeurs de «monkanar» ne le sauront jamais. Tant il est vrai que, le 'la' de l'émission, ayant été donné, dès le début, par le présentateur, il est capital que l'harmonie n'en soit pas compromise par quelque fausse note événementielle indiscutable, ni autre dissonance de vérité, au cri étouffé. Rien, donc, ne doit venir infléchir la ligne du parti pro-palestinien - celui des faibles, donc opprimés, des celui des mal armés – donc 'contraints' au terrorisme, celui des perdants, donc 'humiliés'. Et afin que nul n'en ignore, la dernière phrase du reportage enfonce le clou.
  • "Ce mur n'est donc pas une solution pour ramener la paix entre les deux pays, et c'est même devenu une nouvelle source de guerre entre les deux peuples." . Tout ce laïus pour assener cette fausse vérité démagogique des pacifistes démagos, dans le style : Les guerres ne résolvent pas tous les problèmes. Sauf que…
    1. Sans celle de 40, Hitler eût imposé à l'Europe, voire au monde, son idéologie meurtrière de malade mental.
    2. Sans celle du Kosovo, Miloseviç eût réussi son nettoyage ethnique.
    3. Sans celle d'Irak-1, Saddam Hussein eût fait main basse sur toutes les richesses pétrolières du Golfe.
    4. Sans celle d'Afghanistan, le régime obscurantisme et brutal des Mollahs serait encore en place.
    5. Sans celle d'Irak-2, le régime de Daddam Hussein n'aurait pas été renversé et avec lui l'une des plus dures et inhumaines dictatures du monde…

Terminons sur cette demi-vérité qui masque à peine une manipulation de plus des jeunes cerveaux sans défense, laissés à la merci de la vision manichéenne et définitivement pro-palestinienne , qu'ont les réalisateurs de «monkanar », du conflit entre Israël et les Palestiniens :
  • "L'organisation des Nations unies, l'ONU, a, pour l'instant, condamné ce mur, mais la construction continue.
  • Les jeunes enfants ne sauront jamais que la 'condamnation' en question est en fait une simple recommandation, de même nature que les centaines d'autres qui ont été adoptées à l'encontre de dizaines de pays infiniment plus problématiques qu'Israël, par l'Assemblée Générale des Nations unies, dont les résolutions, contrairement à celles du Conseil de Sécurité n'ont pas de caractère contraignant (1).
  • Par contre, de la 'chute' laconique "mais la construction continue" – qui sonne comme un cri de scandale -, ils retiendront sans aucun doute que, même condamné par une instance internationale aussi considérable et respectable que l'ONU – qui traduit tout de même la volonté de l'ensemble des peuples du monde -, ce petit pays arrogant, n'en fait qu'à sa tête.
  • De quoi les persuader, s'ils ont prêté attention à la nouvelle, désormais largement relayée par les médias, que le résultat du sondage européen commandé par l'Union européenne, selon lequel Israël vient en tête des pays du monde qui sont une menace pour la paix, est indiscutable.

    ------------------------

    5. Non contents de biaiser l'esprit des jeunes, on leur désapprend l'orthographe

    J'ai relevé trois fautes : c'est pas mal pour un texte si court!
    1) Quelques fois, au lieu de quelquefois
    2) Dans la phrase : "devinez quelle nouvelle solution ont-ils trouvé ? - il y a deux fautes:
    - l'interrogation ont-ils n'a pas lieu d'être, ni d'ailleurs le point d'interrogation;
    - l'accord du participe passé est passé à la trappe: trouvé, au lieu de trouvée.
    - La phrase doit donc s'écrire : "devinez quelle nouvelle solution ils ont trouvée !"


    6. Vos réactions et commentaires

    Je les attends à cje@pi.be (préciser dans le champ Objet/Subject : « Réaction ‘Monkanar' »

    Merci


    © upjf.org

    (1) Voir : "Contrevérités et manipulation anti-israéliennes à TV 5"

    Mis en ligne le 10 novembre 2003 sur le site www.upjf.org VOS REACTIONS

    ----- Original Message -----
    From: Fabien Gozlan
    To: cje@pi.be
    Sent: Tuesday, November 11, 2003 4:02 PM
    Subject: reaction "monkanar"


    comment TV5 peut laisser la responsabilites de telles emissions a des ignares au mieux ou a des antisionistes notoires au pire? Ces gens la ne sont ils pas capables de gagner leur vie dignement?..Au fait ...un partie de notre redevance ne contribue t elle pas a payer le "salaire" des ces individus ?
    Autre question : pourquoi persoone ne porte t il plainte contre ces gens haineux et malhonnetes?

    --------------------------

    ----- Original Message -----
    From: bruno spinazzola
    To: cje@pi.be>
    Cc: jeunesse@france3.fr
    Sent: Wednesday, November 12, 2003 12:40 AM
    Subject: canardons monKanard (de mails)
    france3 > emissions > monkanar

    Jeudi 6 novembre 2003

    france3 > emissions > monkanar

    Jeudi 6 novembre 2003

    L' autoroute

    Je suis tout à fait d'accord, c'est quand même incroyable ces juifs israéliens qui refusent de se laisser tuer tranquillement... et en silence.
    Un bon juif est un juif silencieux, de préférence mort.
    C'est incroyable tout ce barouf qu'ils font!
    Ils ne trouvent rien de mieux à faire que d'essayer d'arrêter leurs assassins en construisant un mur!
    A l'époque, le ghetto était construit par les non-Juifs. Cette fois-ci, [les Juifs] ont la délicatesse de le construire eux-mêmes! On savait les juifs pingres, mais alors là c'est incroyable ! Qu'est ce qui leur prend? Un mur si cher!
    Mais c'est mieux comme ça: ça coûte moins cher aux Palestiniens (qui n'ont pas beaucoup d'argent, tellement occupés qu'ils sont à construire des bombes, les pauvres !).

    France3 a bien raison (Ah ! la France! délicieux pays, pas antisémite du tout), pas de mur, pas de frontière, pas de défense, pas d'armée, pas de tank, pas de méchants militaires et surtout pas de barrage, non, non, non, l'autoroute.
    L'autoroute directe Khalkilya -Tel aviv ! (et gratuite! parce que les bombes ça coûte cher! et ils ne leurs reste pas beaucoup d'argent, les pauvres !)
    Voilà, on construit des autoroutes pour aller plus vite, parce que la paix dans le monde c'est maintenant, tout de suite, des autoroutes sans péage, ni barrages, et on attend un peu... Et tous les problèmes du monde seront résolus... Il n'y aura plus de méchants !

    Bizarre que les israéliens ne comprennent pas tout ça?
    Pourtant, ils ont plein de gentils voisins qui se suicident de temps en temps... pour leur montrer l'exemple.... Mais, rien à faire : ils ne comprennent pas! On les disait intelligents pourtant? Peut-être qu'ils ne le sont pas tellement, après tout?

    Heureusement qu'il y a France 3 pour nous expliquer tout ça!
    Merci France3
    Merci pour la tranquillité que France3 nous donne pour les générations futures de Juifs français.

    Eux, au moins, savent ce que c'est "le dialogue destructif" (de mur)

    Bruno Spinazzola

    ---------------------

    ----- Original Message -----
    From: Laurent
    To: cje@pi.be
    Sent: Tuesday, November 11, 2003 10:35 PM
    Subject: Monkanar

    Non mais de quoi je me mêle !!!???
    Que chacun se mêle de ses problèmes ... ça résoudra certainement pas mal de chose !!!

    Que la France rende la Corse aux Corses !!! et qu'elle protège son peuple, car elle sera bientôt colonisée !!!

    ---------------------

    ----- Original Message -----
    From: Albert Abitboul
    To: cje@pi.be
    Sent: Tuesday, November 11, 2003 6:27 PM
    Subject: Telé-Hammas


    Le présentateur de telé-canard n'est, en fait, qu'un personnage sans grande importance, mais qui fait beaucoup de mal à notre peuple. Un antisemite, comme tous ceux qui, en France, se trouvent entre les Juifs et les Arabes, et qui ont choisi leur voie.... celle de la lâcheté, qualité première des Français depuis la nuit des temps.

    A. Abitboul

    ---------------------

    ----- Original Message -----
    From: Guy Guetta
    To: cje@pi.be
    Sent: Tuesday, November 11, 2003 3:49 PM
    Subject: reaction monkanar

    Et cela vous surprend?
    Il y a longtemps que le stade de la naiveté et de l'incrédulité m'est passée.
    Nous avons radio-Palestine avec France-info, et TV-Ramallah avec les chaînes publiques France 2 ,3 et TV 5.
    Et après, on "s'étonne" que la communauté juive soit inquiétée dans ce pays....
    Dans le temps, certains disaient que des populations antisémites nourissaient leurs bébés avec ce venin dans les biberons.
    Nous y sommes maintenant en France! Et nous y vivons....
    Où sont donc les réactions des représentants de la communauté juive?
    Pour moi, ce genre de reportage adressé à des enfants est un signal d'alerte de tempêtes à venir... L'est il pour eux?

    Cordialement

    ---------------------

    ----- Original Message -----
    From: Dray David
    To: cje@pi.be
    Sent: Tuesday, November 11, 2003 12:52 PM
    Subject: reaction fr3 monkanar

    Je vous adresse le lien * à la page de la médiatrice de FR3. Voici le texte du message que je lui ai adressé :

    Cette émission destinée aux 6/8 ans décrit le mur construit par les israéliens, d'une façon inacceptable. Jusqu'à présent, j'étais persuadé que le lavage de cerveau était une spécialité de la télévision palestinienne, mais si, maintenant, fr3 s'y met!...
    Il suffira de visionner le mini-reportage pour vous en rendre compte (disponible sur leur site) je ne pense pas que ce genre de reportage contribuera a faire chuter le taux d'antisémitisme en France. J'espère obtenir une réponse de votre part car, en règle générale, tout mail adressé à Radio France/Télévision reste sans réponse.
    Salutations.
    M. Dray David

    * Nous avons placé ce lien en tête de notre reportage :
    [url]http://www.francetv.fr/france3/srt/mediatrice_intro.htm#[/url]

    ---------------

    ----- Original Message -----
    From: Lacaumy
    To: cje@pi.be
    Sent: Tuesday, November 11, 2003 10:30 AM
    Subject: réaction "monkanar"

    Je ne supporte plus de voir et d'entendre de telles expressions imbéciles et haineuses à la télévision ou ailleurs. Je remercie celles et ceux qui ont ce courage et me font part, sur le Web, de ces scandales.
    Je regarde de moins en moins la télé, ma santé me l'impose, car je ne décolère pas devant l'antisionisme, l'antijudaïsme, l'antisémitisme, l'anti-Israël. Cette attitude m'a déjà attiré le mépris de certains et le mot "fanatisme" a été employé à mon sujet.
    Qu'importe, "je sais que mon rédempteur est VIVANT" (Jb 19, 25). "Il fera de Yéroushalaïm une coupe de vertige pour tous les peuples alentour" (Za 12, 2). "Il fera de Yéroushalaïm une pierre pesante pour tous les peuples, tous ceux qui la soulèveront seront meurtris, et toutes les nations de la terre s'assembleront contre elle" (Za 12, 3). "L'Eternel paraîtra, et Il combattra ces nations..." (Za 14, 3). "Yeroushalaïm sera élevée et restera à sa place..." (Za 14, 1). Yéroushalaïm sera en sécurité" (Za 14, 11).

    Je vous souhaite bon courage, et merci pour votre site si complet, Shalom, shalom, shalom !

    M. Lacaumy

    ------------------------------