Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme
Antisémitisme arabo-musulman

Pour ce musulman modéré de Tunis, l’antisémitisme n’est pas une fatalité
15/06/2007

Ci-après, le texte intégral d’un message reçu d’un internaute de Tunis, vraisemblablement musulman. Il se peut que nous ayons affaire à une manipulation (bien que l’auteur du texte indique son e-mail). Mais tout est possible de nos jours. Quoi qu’il en soit, nous mettons en ligne ce témoignage intéressant et qui semble sincère, pour ce qu’il vaut. Nous avons choisi de publier ce texte tel quel, sans retouches du style, de la syntaxe ni de l’orthographe de l’auteur, de manière à conserver à son message son caractère original. (Menahem Macina).

Texte reçu par e-mail directement de l’intéressé.

 

23/06/07

 

CHALOM


L’antisémitisme n’est pas une fatalité

Dans mon enfance, je ne savais pas exactement ce qu’était un juif. Je n’en avais jamais rencontré. Tout ce que je savais, c’était que les juifs étaient « des soldats terrifiants » qui voulaient tuer les enfants arabes palestiniens et détruire les maisons sous leur tête. Il semble hélas qu’aujourd’hui aussi, que le monde arabe voulait continuer à surfer sur la misère de Gaza (qui n’est plus sous la tutelle israélienne) pour que ces gens continuent à vivrent dans des conditions intolérables, condamnés à combattre Israël en n’ayant nulle part ou aller, et même pas la possibilité de se rendre dans les pays arabes sans visa.

J’ai très vite appris à mentir, craignant que la haine envers les juifs puisse se transformer en haine à mon égard, si je ne disais pas ce qu’on me demandait de dire. On nous disait que les juifs avaient créé la pauvreté à Gaza. Mais nul ne m’a jamais expliqué les causes de la pauvreté en Egypte, au Yémen, au soudan, au Maroc, en Syrie, Or la pauvreté que je connais dans ces pays était pire encore que celle que je voyais à Gaza.

Dans le monde arabe, la signification du mot djihad est très claire : c’est une guerre sainte contre « les infidèles », une lutte armée contre quiconque n’est pas musulman. C’est un combat au nom d’Allah, destiné à promouvoir la domination planétaire de l’islam. Les appels à la prière étaient presque toujours suivis d’appels à détruire les juifs et les infidèles !!!

J’ai réalisé à quel point la jeunesse du monde arabe continue à être mal informée… Je ne veux pas voir la propagande, la désinformation, la haine, l’antisémitisme exacerbé , que j’ai connu dans à mon enfance se disséminer à la nouvelle génération . Le terrorisme n’est pas un accident, il fait partie intégrante de la doctrine officielle et de la culture du djihad, de la marche pour la domination mondiale qui s’est enclenchée voici des décennies dans le monde musulman… Ils maîtrisent à la perfection l’art de jouer avec les faiblesses de l’Occident et utilisent à cette fin des mots tels que l’islamophobie.

La façon dont les juifs ont été traités au Proche-Orient avant la libération d’Israël est une disgrâce. Et le monde d’aujourd’hui, à l’exception des Etats-Unis, a presque abandonné Israël de façon à se concilier avec les dictatures islamo- nazie producteurs de pétrole.

 De leur coté , les Arabes palestiniens ont été sacrifiés et maintenus en position d’otages pour constituer la ligne de front du djihad… Pourquoi le reste du monde reste-t-il passif et ne fait-il rien pour arrêter les lanceurs des Quassam contre Israël ?… Je crois que le monde musulman a perdu son éthique et devrait prendre d’urgence la voie de la réforme. L’obsession paranoïde envers Israël qui l’imprègne est de plus en plus intolérable, et l’Occident ne devrait pas l’excuser… Nous sommes dans une guerre sans précédents. Pire que le nazisme et le communisme, le Djihad global est porté par des fanatiques qui croient qu’ils doivent conquérir le monde à la soumission. Nous devons mener cette guerre et, en même temps, œuvrer pour la réforme de l’islam.

 

Ftouh souhail, Tunis

 

Mis en ligne le 15 juin 2007, par M. Macina, sur le site upjf.org