Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Shoah

Yom Ha Shoah, le jour de la Shoah en Israël, vu par un chrétien évangélique
21/04/2007

16 avril 2007
28 nisan 5767

 

Le Yom hashoah est toujours impressionnant et émouvant à vivre en Israël ! Durant une minute de silence, à 10h ce lundi 16 avril, les habitants en Israël se sont arrêtés solennellement, debout – dans les rues, dans les bus, sur les balcons, pour le Jour de commémoration de la Shoah. C’est tout un peuple qui se souvient !

Un peuple rescapé du génocide le plus meurtrier de l’Histoire dans une Europe cultivée, humaniste ! Un peuple qui, dès le début de la création de son Etat, a failli connaître un autre génocide sur son propre sol, d’une « Shoah germano-palestinienne » (1), dont l’acteur principal, le mufti Hadj Amin el Husseini, « avait conçu le projet d’installer, après la victoire des nazis, dans la vallée de Dothan, au Nord de Naplouse, un camp d’extermination doté de chambres à gaz pour les Juifs de Palestine, d’Irak, d’Egypte, du Yemen, de Syrie, du Liban, et même du Maghreb » (2). Un peuple qui, depuis 1948 et même avant, est traqué et attaqué par ses voisins arabes au travers de guerres et d’Intifadas toujours plus difficiles et meurtrières, avec une intention évidente de destruction totale ! Un peuple, enfin, qui n’a jamais tant reçu de condamnations de la part des nations et de « résolutions » de son représentant, l’ONU.


Quel autre peuple peut se prévaloir de tant d’inimitiés et de haine... et vivre encore, respirer la joie de vivre malgré les difficultés et les menaces, et prôner la paix ! Israël est bien le témoin gênant, pourrait-on dire, qui empêche le monde de tourner rond, d’après tout ce que l’on entend des médias. Et pourtant, combien le monde est redevable au peuple juif…

 

Réagir et bénir Israël aujourd’hui !

Le temps vient où les derniers témoins de la Shoah ne seront plus. Il est important pour les nouvelles générations d’agir en amour et conscience en bénissant doublement le peuple juif en Israël, pour maintenir concrètement la mémoire de la tragédie humaine de la Shoah, vivante. En tant que Chrétiens, nous ne pouvons rester insensibles à l’évocation de cet assassinat de masse qui a bénéficié durant la dernière guerre de la complicité passive de trop de gens. Il y a de nombreux moyens pour faire vivre la mémoire de la Shoah.

 

 

- Voici le témoignage d’un chrétien allemand qui agit aujourd’hui, en Israël :

 

"A la cérémonie (3) (de commémoration) en Israël participera, entre autres, Felix Muller, 20 ans, né de longues années après l’Holocauste, mais loin de se sentir indifférent à la tragédie, pour autant. « En tant qu’Allemand, cela fait partie de mon histoire que je le veuille ou non », déclare-t-il. Felix Muller est arrivé en Israël l’été dernier en compagnie d’une dizaine de compatriotes pour effectuer une année de volontariat dans des bibliothèques, des maisons de retraite et des centres culturels. Il déclare que ces mois passés en Israël lui ont valu de très fortes expériences. Dans la maison de retraite où il s’est porté volontaire, une femme de 90 ans l’a ignoré pendant plusieurs semaines, avant d’entamer une conversation inopinée avec lui, en allemand. « Elle a dit qu’elle n’avait parlé allemand à personne depuis 60 ans. Elle avait simplement arrêté de le parler après la Shoah », a expliqué Muller.

 

- L’organisation responsable de ce programme de volontariat, Ot Hakapara ("signe d’expiation" en hébreu), a été créée en 1958 par des protestants allemands qui jugeaient que leur communauté religieuse n’avait pas assez fait pour éviter le massacre de six millions de juifs durant la Seconde guerre mondiale, a déclaré la directrice du groupe, Katharina Vonmuster. Chaque année, environ 180 volontaires se rendent en Israël ou dans d’autres pays affectés par le conflit de 1939-45, pour aider les démunis.

 

- Autre exemple : un pasteur japonais (4), Makota Otsuka, qui sera présent lors de la Marche des Vivants, organisée chaque année en Pologne entre les camps de la mort d’Auschwitz et de Birkenau, qui s’est épris d’Israël et a créé dans son pays un centre d’information sur la Shoah. Il parle couramment l’hébreu et s’est rendu à plusieurs reprises en Israël. Il a décidé, dans la mesure de ses moyens, de tout mettre en œuvre pour que le monde n’oublie pas la Shoah. Makota est le leader religieux d’une communauté chrétienne forte d’une dizaine de milliers de fidèles. Il fera la marche avec quinze d’entre eux qui ont effectué avec lui le voyage en Pologne. C’est la première fois que ces derniers participent à cet événement. Le pasteur a expliqué : « Nous aimons tous Israël car nous nous basons sur la Bible et nous sommes guidés par le verset suivant : « Si je t’oublie Jérusalem, que ma droite m’oublie ».

 

Lire aussi « Pour l’amour de Colette », de Sylvaine Cuartero, une chrétienne française de la ville d’Ambrières, qui agit avec amour et passion pour bénir Israël. Elle raconte l’histoire de la petite Colette, 12 ans, partie de Drancy pour Auschwitz, et qui n’est bien sûr pas revenue, tandis que sa sœur, Anette, unique survivante d’une famille décimée, et qui a pu échapper à l’enfer, pleure encore. Une histoire émouvante...

 

Israël, témoin de l’Histoire et conscience de l’humanité


Le peuple juif a ce rôle peu enviable d’être le témoin de l’Histoire et la conscience de l’humanité. C’est le choix de D.ieu et c’est à la fois un honneur et un fardeau. D.ieu est avant tout derrière Israël, et lorsque Israël est attaqué, c’est le nom de D.ieu qui est bafoué. Chacun connaît cette histoire de l’Empereur demandant à son aumônier : « Quelle est la preuve de D.ieu ? », et lui de répondre : « Sire, les Juifs ! ». C’est pourquoi, tout chrétien devrait se tenir aux côté d’Israël aujourd’hui, Jésus lui-même n’a-t-il pas dit : « Le salut vient des Juifs ! ». La Shoah est un symbole, le plus fort, le plus terrible, qui existe dans l’Histoire humaine, qui place l’homme devant son péché, son hypocrisie et son manque de courage. Les génocides et les massacres n’ont pas cessé aujourd’hui, l’homme oublie trop vite. Mais Israël demeure après deux mille ans de persécutions, et il est le symbole de la vie et un paradoxe étonnant qui nous oblige à croire à une existence divine, supra humaine, qui conduit le monde et tente de persuader l’homme d’aimer le D.ieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Les plans de D.ieu sont parfaits, même s’ils nous dépassent. Le peuple juif est « la prunelle des yeux de D.ieu » et comme Job, il sera restauré et béni au-delà de ce qu’il pense. C’est notre prière en tous cas, en ce Jour de la commémoration de la Shoah.

 

« J’établirai pour elles (les brebis d’Israël) une plantation qui aura du renom ;
elles ne seront plus consumées par la faim dans le pays, et elles ne porteront plus l’opprobre des nations.
Et elles sauront que moi, l’Eternel, leur D.ieu, Je suis avec elles, et qu’elles sont mon peuple,
elles, la maison d’Israël, dit le Seigneur, l’Eternel. Vous, mes brebis, brebis de mon pâturage,
vous êtes des hommes ;
Moi, Je suis votre D.ieu, dit le Seigneur, l’Eternel » - Ezéchiel 34 :23-31

 

Pasteur Gérald Fruhinsholz,

le 16 avril 07 – 28 nisan 5767



 

(1) Lire le nouvel ouvrage de Paul Giniewski, Le contentieux Israélo-Arabe.

(2) Voir p. 104 de son livre

(3) Joël Saget AFP/Archives | laprovence.com

(4) Article de Claire Dana Picard pour Arouts sheva - le 15 avril 2007.