Le jugement a tenu compte du contexte. Lors de cette conférence de presse, Dieudonné s’en était pris au "lobby sioniste, qui cultive l’unicité de la souffrance", et aux "autorités sionistes (qui), avec l’argent public, confisquent la création culturelle et ont déclaré une guerre au monde noir".