Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Jérusalem

Jérusalem, si je t’oublie… Guy Senbel
21/10/2007

19 octobre 2007

Guysen International News.

Editorial de la semaine du 20/10/2007
 

Cette semaine, nous souhaiterions attirer l’attention de nos lecteurs sur un sujet capital qui risque de marquer fortement et durablement l’actualité israélienne et moyen-orientale : la question de l’avenir de Jérusalem. Quarante ans après sa libération en 1967, Jérusalem redevient un enjeu. S’ouvre à nouveau un dossier à la charge politique et symbolique forte, que certains croyaient éternellement clos. Hautement sensible, la question de la partition de Jérusalem réveillera toutes les passions : politiques, religieuses, médiatiques aussi.


La partition de la « capitale éternelle de l’Etat d’Israël » serait une des toutes dernières étapes de la construction définitive d’un accord de paix entre Israël et les Palestiniens. C’est la ligne défendue par le ministre palestinien des Affaires étrangères, Adnan Husseini, pour qui toute solution au conflit israélo-palestinien passe par l’établissement d’un Etat palestinien avec Jérusalem-est pour capitale. C’est également la proposition du Premier ministre, Ehoud Olmert, de céder des quartiers arabes de la ville en contrepartie d’une reconnaissance palestinienne du caractère juif de certains quartiers de la ville, et pour sceller un « accord de paix final ».

« Israël devra faire des concessions douloureuses pour mener à bien le processus de paix. Je préfère les risques encourus par la paix plutôt que les affres de la guerre »,

avait déclaré le Premier ministre israélien, lors de l’ouverture de la session parlementaire d’hiver de la Knesset, la semaine passée, reprenant ainsi à son compte les propos de son vice-Premier ministre, Haïm Ramon, militant de la division de Jérusalem, et chargé de préparer la déclaration commune aux Israéliens et Palestiniens, qui sera présentée à la conférence d’Annapolis, le 25 novembre prochain. Outre la question de Jérusalem, cette déclaration aborde aussi deux sujets difficiles : les réfugiés palestiniens et les frontières définitives.

La presse arabe relate déjà que Mahmoud Abbas et Ehoud Olmert auraient accepté de transférer à la Jordanie l’autorité sur les lieux saints musulmans de Jérusalem, tandis que les lieux saints chrétiens seraient placés sous l’autorité des Nations Unies. Pour les quotidiens saoudiens ou libanais, les jeux sont faits. Tandis que les grands titres de la presse occidentale adoubent déjà un projet encore improbable pour la plupart des Israéliens.

La presse israélienne, quant à elle, se fait volontiers l’écho des tensions politiques que suscite le projet de partition. La stabilité du gouvernement est menacée par les partis religieux, voire par certains leaders du gouvernement, qui menacent de le quitter, rappelant ainsi leur fidélité à une loi à valeur constitutionnelle, votée par la Knesset en 1980, qui reconnaît Jérusalem comme « capitale unie et indivisible » d’Israël.

De plus, les mouvements populaires qui s’opposent à une telle partition ne ménageront pas leur peine pour convaincre que les combats sionistes valent la peine d’être menés. Si les Israéliens sont aujourd’hui majoritairement favorables à la création d’un Etat palestinien, le retour aux frontières de 1967 et le partage de Jérusalem sont des sujets tabous. Dans la mémoire collective israélienne, Jérusalem est capitale.

« Si je t’oublie Jérusalem… », n’est pas seulement un référent religieux. « Si je t’oublie Jérusalem » résonne comme un slogan, un cri de ralliement, le symbole d’une unité autant juive qu’israélienne.

Enfin, les Israéliens gardent un souvenir amer du retrait de Gaza, devenu depuis terre interdite du Hamas, base arrière du terrorisme palestinien, dont Sdérot est la victime quotidienne. Difficile pour eux de croire qu’en contrepartie du partage de Jérusalem, Israël obtiendra de la communauté internationale et des Etats arabes, la reconnaissance de sa souveraineté sur les quartiers juifs et du choix de ce lieu comme capitale.

Le choix d’Annapolis pour l’organisation de la conférence de paix sur le Proche-Orient doit-il se lire comme un symbole ou comme un signe ? Annapolis fut la première capitale américaine, avant Washington. Mais qui s’en souvient ?

A Annapolis, les grandes puissances réunies pour parler de la paix et de l’avenir d’Israël et de l’Autorité palestinienne, aborderont peut-être aussi la question de la libération des trois soldats israéliens. On ignore si Haïm Ramon a inscrit la question au programme de la déclaration commune. Nombreux sont ceux qui espèrent encore que la libération des soldats pris en otage il y a 500 jours est le seul préalable à une paix durable.

Cette semaine, un israélien a été rapatrié du Liban, dans un cercueil. Gabriel Dwait s’était noyé au large de Haïfa, en janvier 2005. Son corps a été ramené en Israël, le 15 octobre. Aucun membre du gouvernement israélien n’a assisté à son enterrement à Beer Sheva.

Ce soir, nous pensons à Guilad Shalit, otage du Hamas, Ehoud Goldwasser et Eldad Reguev, otages du Hezbollah.

Ce soir, nous pensons à Ben Koubani (z"l), un sergent de Tsahal, âgé de 20 ans, tué mercredi 17 octobre, à Khan Younès, au cours d’un échange de tirs avec des terroristes du Hamas, des terroristes palestiniens.

 

Guy Senbel

 

© Guysen International News

 

Mis en ligne le 21 octobre 2007, par M. Macina, sur le site upjf.org