Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Contentieux palestino-israélien

Annapolis : La preuve par l’ambassadeur, Michel Gurfinkiel
22/11/2007

Quand Saëb Erekat, le négociateur en chef palestinien, propose de "déjudaïser" Israël, c’est à dire de l’islamiser...

20/11/07

Sur le blogue de M. Gurfinkiel.


Dis-moi quel ambassadeur tu m’envoies, et je te dirai quelle paix tu me proposes.

En 1995, au lendemain des accords d’Oslo, Yasser Arafat avait nommé un certain Saëb Erekat à la tête de l’équipe chargée de négocier un règlement final avec Israël. Cet homme, alors âgé de quarante ans, présentait trois qualités : c’était un journaliste – il occupait les fonctions de rédacteur en chef au journal nationaliste palestinien Al-Quds – ; il parlait parfaitement l’anglais, ayant fait des études supérieures en Californie et en Angleterre ; enfin, il manifestait une docilité politique absolue. Ce profil ne faisait pas nécessairement de lui un bon diplomate, ni, a fortiori, l’homme d’Etat qui pouvait trouver et imposer des solutions aux nombreux problèmes encore en suspens entre la république juive et le mouvement palestinien. Mais telle n’était pas, en réalité, sa mission. Ce qu’Arafat attendait de lui, c’était de mener, sous prétexte et sous couvert de négociation, une offensive médiatique contre Israël, qui, à plus long terme, allait justifier la rupture du processus de paix et une nouvelle offensive terroriste. Dans ce rôle, Erekat fut, en effet, efficace pendant cinq ans, et quelquefois brillant. Soufflant tour à tour le chaud et le froid, il préserva le concept de pourparlers bilatéraux jusqu’au sommet de Camp David, pendant l’été 2000, où Arafat rejeta le plan de paix extrêmement généreux présenté par le  Premier ministre, Ehud Barak, et même au-delà, jusqu’au déclenchement de la "Seconde Intifada" au début de l’automne.

La suite fut moins convaincante. Au printemps 2002, alors qu’Israël, saigné à blanc par les attentats-suicide palestiniens, réoccupait la Cisjordanie, il consacra beaucoup de temps à promouvoir la thèse d’un « massacre de civils »  [prétendument] perpétré par Tsahal à Jénine, au nord du territoire : affirmant, le 10 avril, que les Israéliens avaient tué 500 civils palestiniens; faisant état, le  12 avril, de 300 victimes, enfouies dans des fosses communes ; le 15, de « crimes de guerre », sans plus de précisions ; revenant, le 17, au chiffre de 500 morts, dans une interview à CNN. Visiblement, Erekat s’oubliait, et laissait le propagandiste qu’il était, supplanter, en lui, le négociateur qu’il était censé être. Qui plus est, en s’obstinant dans des accusations fluctuantes et sans fondement.

En 2003, Erekat fit semblant de rompre avec le système Arafat. Il démissionna de ses fonctions de négociateur, au mois de mai, mais accepta de le reprendre au mois de septembre de la même année. En succédant au raïs, fin 2004, Abbas s’empressa de confirmer Erekat à son poste. Le mouvement islamiste Hamas fit de même, en 2006, quand il prit le contrôle du gouvernement de l’Autorité palestinienne.

Aujourd’hui, Erekat prépare la conférence d’Annapolis au nom de Mahmoud Abbas et de son nouveau premier ministre, le libéral Salem al-Fayed. Le 13 novembre, il a fait savoir que les Palestiniens ne signeraient aucun accord avec Israël tant que celui-ci se définirait comme un « Etat juif », dans la mesure où « la religion et la politique doivent être séparées ». Pour un représentant de l’Autorité palestinienne où l’islam est la religion officielle, ce n’est pas trop mal. Pour un négociateur mandaté par une entité membre de la Ligue arabe, dont vingt-et-un membres sur vingt-deux se définissent comme « islamiques », ce n’est pas mal non plus.

Dis-moi quel ambassadeur tu m’envoies, et je te dirai quelle paix tu me proposes. Si Abbas – et al-Fayed – se font représenter par Erekat en 2007, et si celui-ci tient de tels propos, cela signifie quelque chose. Exiger d’Israël qu’il renonce à son identité juive, c’est formuler en fait deux nouvelles revendications, activables dès la signature éventuelle d’un traité de paix :

1. Un Israël qui ne serait plus défini comme « juif » devrait abolir la Loi du Retour, qui permet à tous les Juifs du monde, et même aux non-Juifs pouvant établir une ascendance juive partielle, d’y immigrer, ou d’y bénéficier d’un asile.

2. Un Israël « déjudaïsé » devrait accéder à toutes les revendications de sa minorité arabe et se transformer en Etat binational judéo-arabe. Les Palestiniens disposeraient ainsi de leur Etat proprement dit, régi par la chariah, et d’un Etat-bis, une sorte de second Liban, où une laïcité de façade couvrirait une islamisation rampante.

Revendications habiles. La faiblesse idéologique structurelle dont Israël fait preuve face au nationalisme palestinien,  depuis la « révolution constitutionnelle » de 1992 – qui a placé la Cour suprême au dessus du parlement -  et les accords d’Oslo de 1993,  ont favorisé l’émergence d’un formidable mouvement sécessionniste chez tous les Arabes israéliens : en Galilée, à Gaza, dans le Néguev, chez les paysans sunnites, mais aussi chez les Bédouins et même les Druzes, jusqu’ici plutôt fidèles à l’Etat. Près de 20 % de la population israélienne aujourd’hui, 25 % demain. Il n’y a guère que les Arabes chrétiens, à faible démographie et peu à peu instruits par le sort de leurs frères du Liban et de Cisjordanie, pour adopter un profil plus bas dans cette affaire.

Le 14 novembre, les étudiants arabes des universités israéliennes ont célébré le « Jour du keffiyeh » en arborant cette coiffure pour mieux défier leurs professeurs et camarades juifs. Au nom des droits de l’homme, la démocratie israélienne leur garantit 17 % au moins de toutes les admissions universitaires, et leur en accorde en fait plus : de 30 %, à Haifa, et près de 25 %, à Jérusalem.

Un Comité arabe de veille politique, toléré par les autorités israéliennes, au nom des droits de l’homme et de la liberté d’expression, chapeaute le mouvement sécessionniste. Le 16 novembre, il votait à l’unanimité une résolution soutenant la revendication palestinienne sur la déjudaïsation de l’Etat.

Le 19 novembre, un professeur arabe israélien refusait d’admettre à ses cours, au Collège Sapir, une faculté de sciences économiques et de management, un étudiant réserviste qui s’était présenté en uniforme.

Tsipi Livni, la ministre israélienne des Affaires étrangères, a fort justement remarqué le 18 novembre, en recevant son homologue français, Bernard Kouchner, que la création d’un Etat palestinien en Cisjordanie et à Gaza devait éteindre toute revendication irrédentiste palestinienne ou arabe, tant à propos des frontières d’Israël que de sa politique intérieure. « On ne peut pas gagner sur les deux tableaux », a-t-elle observé.

Le fait est, malheureusement, que Mahmoud Abbas et même l’honorable Salem al-Fayed montrent, en conservant Erekat à son poste et en encourageant les sécessionnistes arabes israéliens, que c’est exactement leur intention.

© Michel Gurfinkiel

 

Mis en ligne le 22 novembre 2007, par M. Macina, sur le site upjf.org