Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

La presse israélienne salue « le prince catholique des Juifs », Jean-Marie Allafort
10/08/2007

09/07/07 

 

Texte repris du site de Un écho d’Israël.


L’annonce du décès du cardinal Lustiger a été largement couverte par la presse israélienne, tant écrite qu’électronique. Le quotidien Haaretz, dans son édition du 7 août, a annoncé la mort de l’ancien archevêque de Paris en première page avec une photo de Mgr Lustiger portant une croix sur les épaules, en titrant : « le cardinal français est né Juif et est mort entre la première et la seconde Alliance ». Haaretz a consacré deux articles au sujet. Revenant longuement sur la vie et le parcours singulier de l’homme, le quotidien a rappelé l’importance de la contribution de Mgr Lustiger à l’amélioration des relations entre l’Eglise catholique et le peuple juif, et celle de « son soutien à Israël ». Comme les autres quotidiens, il souligne que le cardinal était un proche de Jean-Paul II.

Le second article est une interview avec l’ancien Grand Rabbin de France, René Samuel Sirat, qui raconte sa relation personnelle avec Mgr Lustiger. Il rappelle qu’il a surpris, à plusieurs reprises, le cardinal sortant de la synagogue, où il était venu réciter le Kaddish pour sa mère. Le Grand Rabbin Sirat conclut son interview par ces mots : « Si Lustiger était revenu à la foi (juive), il aurait été juste de lui donner mon fauteuil de Grand Rabbin. »

Le correspondant de Yediot Aharonot à Paris, Sefi Hendler, relate sa dernière rencontre avec Mgr Lustiger qui lui avait accordé une longue interview (l’une des dernières qu’il a données) avant son voyage à Auschwitz pour le 60ème anniversaire de la libération du camp de la mort. Hendler ne cache pas combien l’homme l’a profondément touché. Il titre son papier « Le prince catholique des Juifs ». Selon lui, « Les Juifs se sont majoritairement trompés en voyant dans Lustiger un de leurs représentants dans le monde catholique. En réalité, Lustiger était le représentant de l’Eglise chez les Juifs. Il était le catholique des Juifs plus que le Juif des catholiques ». La sympathie envers le cardinal, qui se dégage de ce reportage, n’aura échappé à aucun lecteur israélien.

Le quotidien Maariv a, lui aussi, consacré un article au décès de Mgr Lustiger, de la plume de son correspondant à Paris, Or Heller. Ce dernier explique que le cardinal était aimé aussi bien des chrétiens que des Juifs, et qu’il n’a jamais renié son identité juive. « Il était très aimé par la communauté juive de France et a beaucoup lutté contre l’antisémitisme », écrit Heller.

Une seule fausse note : le Jerusalem Post qui titre « Apostate French cardinal dies at 80 » [Le cardinal français apostat meurt à l’âge de 80 ans. NDLR d’upjf.org]. Le Jerusalem Post, lu surtout par les étrangers, a-t-il vraiment une influence sur la société israélienne ? Pour certains Israéliens, particulièrement dans le monde religieux, Lustiger n’est rien d’autre qu’un apostat.

Les Israéliens se souviendront sans doute que, tout en étant catholique, le cardinal Lustiger est resté Juif, et que c’était un ami d’Israël.

 

Jean-Marie Allafort

 

© Un écho d’Israël

 

Mis en ligne le 10 août 2007, par M. Macina, sur le site upjf.org