Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Judaïsme

Connaissance du judaïsme : l’arche sainte, Jean-Marie Allafort
25/05/2007

25/05/07

 

Israël célèbre la fête de Shavouot, le don de la Tora à Moïse. Le moment principal de la liturgie de ce jour est la lecture solennelle de la Tora. Comme chaque shabbat, le rouleau du texte sacré, gardé dans une armoire appelée « arche sainte », est sorti en procession.
L’arche sainte contient non seulement les rouleaux de la Tora, mais également les livres des prophètes et les autres Ecrits. Elle
rappelle l’arche d’alliance qui a accompagné Israël quarante ans dans le désert et qui fut ensuite amenée par David à Jérusalem, puis placée dans le sanctuaire par Salomon. L’arche d’alliance contenait, entre autres, les tables de la Loi.

Dans les synagogues aujourd’hui, l’arche sainte est adossée au mur indiquant la direction de Jérusalem vers laquelle le fidèle dirige son regard pour prier. Près de l’arche sainte, appelée également tabernacle, une lumière perpétuelle brille rappelant la prescription du livre de l’Exode ordonnant à Aaron et ses fils de faire brûler une lampe devant le Témoignage, du matin au soir (Ex 27, 20).

L’arche est considérée comme la partie la plus sainte de la synagogue et elle est généralement très décorée. Lors des liturgies, chaque fois qu’on ouvre l’arche sainte, les fidèles se tiennent debout, en signe de respect pour les rouleaux de la Tora qu’elle contient.

Dans les anciennes synagogues, à l’image de l’arche d’alliance, l’arche sainte était toujours en bois et mobile comme le signale le Talmud. Aujourd’hui encore, cette coutume se perpétue dans certaines communautés juives à travers le monde. Cependant, dans la plupart des synagogues, l’arche sainte est insérée dans le mur.
Dans le cas où l’arche peut se transporter, on a l’habitude, les jours de jeûne, de la sortir de la synagogue dans la cour ou un autre lieu public où la communauté peut se réunir.

L’arche sainte est toujours recouverte d’un rideau richement décoré rappelant le rideau qui séparait le Saint du Saint des Saints, dans le temple de Jérusalem, selon le commandement donné à Moise (Ex 26, 31-37). Il est encore bien souvent de couleur pourpre ou violette. Les rideaux de l’arche sainte sont brodés de dessins représentants les symboles du judaïsme : le chandelier à sept branches, l’arche d’alliance, les tables de la Loi etc.

Les décorations de l’arche sainte varient suivant les lieux. Dans certaines synagogues, trois à sept marches y conduisent, symbolisant la montée vers le Sinaï, lieu du don de la Tora.

Autour de certaines arches saintes, deux chandeliers de neuf branches, utilisés pour la fête de Hanoukka, viennent embellir l’ensemble. L’essentiel étant de manifester aux fidèles que le cœur de la synagogue est l’arche sainte et la Tora qu’elle contient.

 

VOIR DOSSIER SUR SHAVOUOT

 

© Un écho d’Israël

 

Mis en ligne le 25 mai 2007, par M. Macina, sur le site upjf.org