Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (diabolisation d')

Un rapport américain: Nouvel antisémitisme déguisé en haine d’Israël
21/03/2008

13 mars 2008

Sur base d’une dépêche AFP

 

Titre original : New anti-Semitism disguised by hatred of Israel, report says

 

Traduction reprise du site Objectif-Info.

 

Voir Le rapport complet du Département d’état américain, au format pdf.

 


WASHINGTON (AFP) – Au-delà de ses aspects plus traditionnels, les juifs du monde entier font face aujourd’hui à une nouvelle version de l’antisémitisme, désormais travesti en haine contre Israël. Telle est la conclusion d’un nouveau rapport américain publié ce jeudi.

 

"Ce nouvel antisémitisme est commun à l’ensemble du Moyen-Orient et aux communautés musulmanes d’Europe, mais il ne se limite pas à ces populations,"

 

écrit le Département d’Etat des États-unis dans un rapport sur l’année 2007.

 

Il souligne, par exemple, que des organismes dépendant des Nations Unies, fréquemment dénommés


"commission d’enquête, rédigent des rapports qui dramatisent les atrocités et les violations des droits de l’homme supposées commises par Israël".

 

Selon ce rapport, qu’il s’agisse de désamorcer une crise ou d’offrir une tribune pour canaliser la colère, l’effet de cette "critique inlassable d’Israël" conforte l’idée que l’Etat juif est la principale source du "viol des règles de droit".

 

En même temps, les organismes liés à l’ONU

 

"sont souvent inertes face à des régimes qui sont, à l’évidence, coupables de graves violations".

 

"Comparer la politique israélienne contemporaine à celle des nazis est devenu de plus en plus banal,"

 

déclare le rapport du Département d’état, établi conformément à la législation adoptée en 2004, qui vise à documenter et à combatte les actes antisémites dans le monde.

 

"L’antisémitisme dissimulé derrière la critique du sionisme ou d’Israël échappe souvent à la condamnation puisqu’il s’avère beaucoup plus subtil que les formes traditionnelles de ce phénomène, et que l’endoctrinement favorable aux préjugés antisémites semble ne pas faire partie des intentions conscientes de celui qui s’y livre",

 

 poursuit le rapport.

 

"Les orientations et les pratiques politiques d’Israël doivent être soumises à une critique responsable et à une observation rigoureuse, au même degré que celles de n’importe quel pays."

 

Les critiques d’Israël doivent

 

"prendre en considération, avec responsabilité, les effets que leurs actions peuvent avoir en matière d’incitation à la haine des juifs",

 

prévient le rapport, ajoutant que l’hostilité envers Israël se matérialise parfois en violence contre les juifs.

 

Il note que, de ce point de vue, il y a eu une augmentation soudaine des incidents antisémites dans le monde entier pendant la guerre entre le groupe militant libanais et Israël en 2006.

 

Le rapport désigne un certain nombre de dirigeants, de gouvernements et d’institutions liées à des Etats qui ont attisé les flammes de l’antisémitisme, avec, en tête de liste, le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad.

 

Le rapport prend également à partie le gouvernement syrien, le président vénézuélien Hugo Chavez, ainsi que les médias gouvernementaux vénézuéliens, arabes et égyptiens.

 

"Chavez a diabolisé publiquement Israël et utilisé des stéréotypes sur l’influence des Juifs et leur prise de contrôle de la finance".

 

"L’antisémitisme plus traditionnel reste un problème en Russie".

 

"En France, en Allemagne, au Royaume-Uni, et dans d’autres pays, la violence antisémite demeure un problème significatif",

 

signale le rapport.

 

"Une augmentation récente des incidents antisémites a été documentée en Argentine, en Australie, au Canada, en Afrique du Sud et au-delà."

 

© Yahoo avec AFP

 

Mis en ligne le 20 mars 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org