Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme
Antisémitisme arabo-musulman

Russie : Le mufti qui déterre la hache de guerre antisioniste, Boris Kline
21/03/2008

La Fédération des communautés juives a rompu le dialogue avec le Conseil des muftis en raison des propos offensants tenus par leur vice-président, Nafigoulla Achirov. Un mufti qui embarrasse aussi les chrétiens orthodoxes, d’après les Izvestia.

21/03/2008

 

Source : Courrier International.   

  

Le vice-président du Conseil des muftis, Nafigoulla Achirov - AFP

 

 

« C’est un événement très sérieux et extrêmement fâcheux, et cela ne concerne pas que les juifs et les musulmans »,

 

s’alarme l’évêque Marc, du service des relations cléricales extérieures au patriarcat de Moscou. Le dignitaire orthodoxe réagit avec inquiétude au gel des relations entre les représentants des deux autres grandes religions monothéistes en Russie, le Conseil des muftis et la Fédération des communautés juives. Ce n’est certes pas la première fois que des divergences divisent les deux confessions, mais jamais elles n’avaient rompu leurs relations, observe-t-il. A l’origine de la rupture : les propos tenus le 4 mars par le vice-président du Conseil des muftis, Nafigoulla Achirov, qualifiant le sionisme de fascisme.

Achirov n’en est pas à sa première déclaration tonitruante, d’après le diacre Andreï Kouraev.

 

« Une fois, en s’élevant contre l’étude des Evangiles à l’école, le mufti les a comparés à Mein Kampf ! Depuis longtemps, il ne se soucie pas du fait que ses paroles sont insultantes. »

 

« Je comprends la réaction des juifs, renchérit l’évêque Marc, le mufti Achirov fait souvent des déclarations qui s’attaquent non seulement aux juifs, mais aussi aux orthodoxes. »

Cela dit, en guise d’apaisement, certains soulignent qu’Achirov ne représente pas la position de tous les musulmans et qu’il existe d’autres organisations islamiques, comme le Centre des muftis du Caucase du Nord (qui a de bonnes relations de travail avec la Fédération des communautés juives).

Néanmoins, le président du Conseil des muftis, Ravil Gaïnoutdine, a du mal à contenir l’influence de son vice-président. Il y a un an, le service de presse de l’organisation musulmane avait désavoué les déclarations antisionistes d’Achirov. Mais ce dernier a "réordonné" le service. Le 19 mars, on annonçait que Ravil Gaïnoutdine ne ferait aucune déclaration. En revanche, Nafigoulla Achirov a étayé sa position dans les Izvestia, déclarant :

 

« La Fédération des communautés juives de Russie doit déterminer elle-même si elle se considère comme une organisation sioniste. Si elle s’associe aux sionistes, alors aucun musulman qui se respecte ne les fréquentera, parce que les sionistes commettent des crimes en Palestine. Si elle soutient ces crimes inhumains, comment établir des rapports avec eux ? »

 

Boris Kline

 

© Izvestia 

 

[Texte aimablement signalé par G. Branstatter.]

 

Mis en ligne le 21 mars 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org