Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Prière catholique pour le peuple juif le Vendredi Saint: précisions catholiques et avis d’un rabbin
21/03/2008

Précisons que le texte qui suit n’exprime pas le contenu de la lettre que, selon les milieux bien informés, il est sur le point d’adresser aux grands rabbins d’Israël. Les points évoqués sont le fruit de diverses confidences (ou fuites ?) recueillies par des vaticanologues avertis et des journalistes rompus aux subtilités de la communication de presse vaticane. Il faudra donc attendre le texte de la lettre elle-même pour se faire une idée plus exacte de la manière dont l’Eglise va préciser sa position au regard d’une prière qui, incontestablement et quelles qu’en soient les exégèses, exprime son espérance de la reconnaissance de Jésus-Christ par les Juifs, et fait prier tous ses fidèles à cet effet. (Menahem Macina).

19/03/08

Texte repris de l’agence de presse catholique Zenit


ROME, Mercredi 19 mars 2008 (ZENIT.org) - Clarifier la position de l’Eglise lorsque, le Vendredi Saint, elle prie pour les Juifs, c’est le but d’une lettre que le cardinal secrétaire d’Etat Tarcisio Bertone pourrait adresser aux grands rabbins d’Israël, selon l’agence Reuters.

Pour sa part, un rabbin n’hésite pas à affirmer que

« lorsque Israël se réunit pour prier, il demande à Dieu d’éclairer le cœur des gentils ».

Une polémique est en effet née à l’occasion de la modification, voulue par Benoît XVI, de la prière du Vendredi saint dans le rite catholique « extraordinaire » selon le rituel de Jean XXIII, et dont la célébration a été autorisée par le pape.

Le cardinal Bertone pourrait rappeler que la prière latine, modifiée pour ne pas offenser le judaïsme, n’est

« pas un appel à la conversion ou du prosélytisme, et qu’il ne s’agit pas de tourner le dos au dialogue entre les deux religions ».

Car cette prière ne constitue en aucune façon « un appel à l’action missionnaire » en direction du judaïsme.

Le texte de référence de l’Eglise, en matière de dialogue avec le judaïsme, demeure la déclaration conciliaire sur les relations avec les religions non chrétiennes, « Nostra Aetate », adoptée par les pères conciliaires en 1965, devrait réaffirmer la lettre.

Mais vendredi prochain, le Vendredi saint, dans la très grande majorité des églises catholiques, on priera pour les juifs en utilisant la formulation habituelle du missel de Paul VI (de 1970, après la réforme conciliaire) afin que Dieu

« les aide à progresser toujours dans l’amour de son nom et dans la fidélité à son alliance ».

Sur ces deux prières, le président du Conseil pontifical de la culture, Mgr Gianfranco Ravasi, bibliste, a fait observer, dans les colonnes de la Civiltà Cattolica, la revue des Jésuites de Rome, publiée après le nihil obstat de la secrétairerie d’Etat :

« Il s’agit là de la vision chrétienne et c’est l’espérance de l’Eglise qui prie. Ce n’est pas une proposition programmée d’adhésion théorique, ni une stratégie missionnaire de conversion. C’est l’attitude caractéristique de la prière d’invocation par laquelle on souhaite aussi, pour les personnes que l’on considère comme proches, chères et importantes, une réalité que l’on juge précieuse et salvatrice. (...) C’est une manifestation d’affection que de souhaiter aussi à un frère ce que l’on considère comme un horizon de lumière et de vie ».

Il ajoute, en citant la prière habituelle de l’Eglise catholique :

« Comme le dira l’Eglise dans sa prière, le prochain Vendredi Saint, selon la liturgie du Missel de Paul VI, notre commune et ultime espérance est que "le premier peuple de l’alliance avec Dieu puisse parvenir à la plénitude de la rédemption". »

Pour sa part, le rabbin Jacob Neusner a fait observer que,

« dans le judaïsme, on demande à Dieu d’éclairer les nations et de les accueillir dans son royaume. C’est justement pour souligner davantage cette aspiration que la prière ’Il est de notre devoir’ est suivie par le Kaddish suivant : ’Puisse-t-Il établir son règne pendant votre vie et dans les jours et la vie de toute la maison d’Israël’. » 

Le rabbin apporte ces précisions après une analyse précise de différentes prières juives, également dans la Civiltà Cattolica :

« Ces passages tirés de la liturgie quotidienne du judaïsme ne laissent aucun doute sur le fait que, lorsque Israël se réunit pour prier, il demande à Dieu d’éclairer le cœur des gentils. La vision eschatologique puise sa force dans les Prophètes et dans leur vision d’une seule humanité réunie, ainsi que dans une liberté d’esprit qui s’étend à l’humanité tout entière. La condamnation de l’idolâtrie accorde peu de réconfort [*] au christianisme ou à l’islam, qui ne sont pas mentionnés. Les prières demandent à Dieu d’accélérer la venue de son règne ».

Il conclut :

« Ces prières juives correspondent à celle qu’a voulue Benoît XVI, demandant le salut de tout Israël quand sera arrivée la fin des temps et que l’humanité tout entière entrera dans l’Eglise. Les prières de prosélytisme juives et chrétiennes ont en commun le même esprit eschatologique et ouvrent la porte du salut à tous les hommes. La prière ’Il est de notre devoir’, comme la prière catholique ’Prions aussi pour les juifs’, sont l’expression concrète de la logique du monothéisme et de son espérance eschatologique ».

Nous annoncions en effet récemment que, jusqu’à l’an dernier, la liturgie du Vendredi Saint selon le rite du missel latin de Jean XXIII (de 1962, autorisé de façon exceptionnelle par Benoît XVI le 7 juillet dernier) invitait à prier pour les juifs

« afin que Dieu notre Seigneur enlève le voile qui aveugle leurs cœurs et qu’ils reconnaissent, eux aussi, Jésus Christ notre Seigneur ».

L’oraison suivante demandait :

« Dieu éternel et tout-puissant, vous ne refusez jamais votre miséricorde, même aux juifs incrédules, exaucez les prières que nous vous adressons pour ce peuple aveuglé, afin qu’en reconnaissant la lumière de votre Vérité, qui est le Christ, il soit arraché à ses ténèbres. Nous vous le demandons par le même Jésus Christ, Amen ».

Or, une note de la secrétairerie d’Etat publiée en italien dans L’Osservatore Romano du 6 février 2008, indique une modification demandée et approuvée par Benoît XVI (décret du 4 février 2008) : on prie désormais en latin pour les juifs 

« afin que Dieu notre Seigneur éclaire leurs cœurs et qu’ils reconnaissent en Jésus Christ le sauveur de tous les hommes » (cf. Zenit du 7 février 2008).

L’oraison dit ensuite :

« Dieu éternel et tout-puissant, qui veux que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité, permets, dans ta bonté, que, par l’entrée de tous les peuples dans ton Eglise, Israël tout entier soit sauvé. Par le Christ notre Seigneur. Amen ».

 

Traduction : Anita S. Bourdin.

----------------------


Note de la Rédaction d’upjf.org.

[*] Formule peu claire dans ce contexte. Il serait utile de vérifier dans l’original ce qu’a réellement écrit Rabbi Neusner.

---------------------- 

Mis en ligne le 20 mars 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org