Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Contentieux palestino-israélien

La version palestinienne évolue: Les Arabes, cause du problème des réfugiés, I. Marcus et B. Crook
21/05/2008

Un quotidien de l’Autorité Palestinienne : les Arabes ont quitté leurs foyers de leur propre initiative pour faciliter la destruction d’Israël, et sont ainsi devenus des réfugiés. Ce n’est pas nouveau, mais cette brève compilation a l’avantage sur beaucoup d’autres – méritantes, au demeurant [*] - de citer les textes originaux et d’en indiquer les références précises, ce qui permet de les utiliser dans des débats honnêtes, sans encourir le soupçon de véhiculer des on-dit ? A faire circuler largement. (Menahem Macina).

[*] Par exemple, celle récente de B. Dubois : "Les dirigeants arabes affirment... Donnons leur la parole !".

Titre original anglais : "The evolving Palestinian narrative: Arabs caused the refugee problem".

 

Traduction française : Menahem Macina, pour upjf.org


Sur le site de Palestinian Media Watch (PMW)
par Itamar Marcus et Barbara Crook

 

Selon un journaliste palestinien chevronné, qui s’exprime dans un quotidien palestinien, les Arabes devenus des réfugiés en 1948 n’ont pas été expulsés par Israël, mais sont partis de leur plein gré pour faciliter la destruction d’Israël. Ce sont les Etats arabes qui ont eu l’initiative de ce départ, en promettant aux gens qu’ils pourraient revenir dans leurs foyers après la défaite d’Israël. L’article, paru dans Al-Ayyam, conclut que ces Etats arabes sont responsables du problème des réfugiés arabes.

La clé de voûte de la propagande palestinienne de langue anglaise est le mythe selon lequel Israël a expulsé d’Israël des centaines de milliers d’Arabes et créé le problème des réfugiés. Mais, ces dernières années, Palestinien Media Watch (PMW) a démontré qu’il y avait, chez les Palestiniens, une volonté croissante d’en accuser les Etats arabes et non Israël.

Ci-après, cinq déclarations accusatrices - à commencer par l’article le plus récent - qui comprennent des témoignages de réfugiés eux-mêmes, confirmés par des dirigeants palestiniens.

Il est clair qu’il y a une volonté [palestinienne] grandissante d’accuser les dirigeants arabes, ce qui corrobore la relation historique israélienne des faits.


1. Jawad Al Bashiti, journaliste palestinien de Jordanie, écrit dans Al-Ayyam, du 13 mai 2008.

« Si vous me rappelez une vraie cause parmi tous les facteurs qui ont causé la "Catastrophe palestinienne" [l’établissement d’Israël et la création du problème des réfugiés], je vous rappellerai qu’elle existe encore… Les raisons de la Catastrophe palestinienne sont les mêmes que celles qui ont produit et produisent nos Catastrophes aujourd’hui.

Au cours de la Petite Catastrophe, à savoir, la Catastrophe palestinienne, il s’est produit ce qui suit : la première guerre entre les Arabes et Israël a commencé et l’"armée arabe du Salut" est venue dire aux Palestiniens : ’Nous sommes arrivés parmi vous pour liquider les Sionistes et leur Etat. Quittez vos maisons et vos villages: vous y reviendrez en toute sécurité, au bout de quelques jours. Quittez-les afin que puissions accomplir notre mission (détruire Israël) de la meilleure manière, et ainsi vous ne souffrirez aucun dommage’. Il devint clair, déjà alors, que le soutien des Etats arabes (contre Israël) était une grande illusion. Les Arabes ont combattu comme s’ils voulaient causer la "Catastrophe palestinienne". »

[Al-Ayyam, 13 mai 2008].

 

2. Mahmoud Al-Habbash, journaliste palestinien au quotidien officiel de l’Autorité Palestinienne (AP), Al-Hayat Al-Jadida, du 13 décembre 2006.

« Les dirigeants et les élites nous ont promis, au début de la "Catastrophe", en 1948, que l’exil ne durerait pas plus de quelques jours, ou quelques mois, et qu’ensuite, les réfugiés reviendraient dans leurs foyers, que la plupart d’entre eux n’avaient pas quittés avant de faire confiance aux promesses fallacieuses [1] faites par les dirigeants et les élites politiques. Par la suite, les jours ont passé, puis les mois, les années et les décennies, et les promesses se sont perdues sous le déferlement de la succession des événements… »

[Al-Hayat Al-Jadida, 13 décembre 2006]. 


3. Asmaa Jabir Balasimah, une femme qui a fui Israël en 1948,
Al-Ayyam, 16 mai 2006.

« Au commencement de l’été de l’année de la "Catastrophe", nous avons entendu des bruits d’explosions et de tirs. On nous a dit : ’Les Juifs ont attaqué notre région: il vaut mieux évacuer le village et y revenir quand la bataille sera terminée’. Et effectivement, parmi ceux d’entre nous [qui fuyaient Israël], certains avaient laissé la marmite sur le feu, d’autres avaient abandonné leur troupeau [de moutons], et d’autres avaient laissé leur argent et leur or derrière eux, croyant qu’ils reviendraient quelques heures plus tard. »

[Al Ayyam, 16 mai 2006].

 

4. Le fils d’un homme qui avait fui en 1948, Télévision de l’Autorité Palestinienne, en 1999.

Un téléspectateur arabe appelait la chaîne de l’Autorité Palestinienne pour citer son père qui avait dit qu’en 1948, le responsable du secteur arabe avait donné l’ordre à tous les Arabes de quitter la Palestine, sous peine de passer pour des traîtres. En réaction, le député Ibrahim Sarsur, alors Chef du Mouvement Islamique en Israël, avait maudit ces dirigeants, reconnaissant ainsi la version israélienne des faits historiques.

« Monsieur Ibrahim [Sarsur], je m’adresse à vous en tant que musulman. Mon père et mon grand-père m’ont dit que, durant la "Catastrophe" [en 1948], notre responsable du secteur arabe, avait décrété que quiconque restait en Palestine et à Majdel [près d’Ashkelon, dans le sud d’Israël] était un traître. »

Réponse d’Ibrahim Sarsur, alors chef du Mouvement Islamique en Israël, et aujourd’hui député :

« Celui qui a donné cet ordre interdisant [aux Palestiniens] de rester ici, en porte la culpabilité durant sa vie et [jusque] dans l’au-delà, au travers de l’histoire et jusqu’au Jour de la Résurrection. »

[Télévision de l’Autorité Palestinienne, 30 avril 1999].

 

5. Fuad Abu Higla, [journaliste] palestinien chevronné, Al-Hayat Al-Jadidah, 19 mars 2001.

Fuad Abu Higla, qui écrivait alors régulièrement dans le quotidien officiel de l’Autorité Palestinienne, Al Hayat Al Jadida, a rédigé, avant un Sommet arabe, un article critiquant les dirigeants arabes. L’un des échecs qu’il évoquait, au nom d’un prisonnier, était qu’une génération antérieure de dirigeants arabes les avait "forcés" à quitter Israël en 1948, imputant à nouveau la responsabilité de la fuite aux dirigeants arabes.

« J’ai reçu d’un homme détenu dans la prison d’Acre, une lettre destinée au Sommet arabe : ’Aux rois et présidents [arabes et musulmans], la pauvreté nous tue, les symptômes nous épuisent et nos âmes quittent nos corps, et pourtant vous en êtes encore à chercher le moyen de nous fournir de l’aide, comme quelqu’un qui cherche une aiguille dans une botte de foin, ou comme les armées de vos prédécesseurs qui, au cours de l’année 1948, nous forcèrent à quitter [Israël], sous le prétexte d’évacuer les civils des champs de bataille…" Alors, que va faire votre Sommet à présent ? ».

[Al Hayat Al Jadida, 19 mars 2001].

 

Conclusion

Il ressort clairement de ces déclarations qu’il y a une reconnaissance générale, parmi les Palestiniens, du fait que les dirigeants arabes portent la responsabilité de la fuite massive des Arabes hors d’Israël, en 1948, et qu’ils ont été la cause du problème des "réfugiés". De plus, le fait que cette information soit confirmée par des personnes publiques et des réfugiés, dans des médias de l’Autorité Palestinienne elle-même, confirme que cette responsabilité est bien connue – même si, pour les besoins de la propagande, ses dirigeants continuent à accuser publiquement Israël de "l’expulsion".

 

Itamar Marcus and Barbara Crook


© Palestinian Media Watch (PMW)

 

------------------------------------

Remarque du traducteur


[1] Littéralement, "des promesses d’Arkuv", du nom d’un personnage de la tradition arabe, connu pour faillir à ses engagements et pour ses mensonges.


------------------------------------


Mis en ligne le 20 mai 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org