Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (diabolisation d')

France 2/Israël: Sensationnalisme et diabolisation de Tsahal à une heure de grande écoute, M. Macina
21/07/2008

J’avais prévu le pire, hier, en rapportant la nouvelle selon laquelle Betselem avait équipé au moins une centaine de Palestiniens de caméscopes pour qu’ils puissent filmer les excès et les brutalités des soldats israéliens [*]. Eh bien, les faits n’ont pas tardé à me donner raison. Aujourd’hui, le Journal télévisé de France 2 [**] – vous savez, la chaîne nationale bien connue pour son amour excessif de l’Etat d’Israël et de son armée, et son parti pris à l’égard de… je ne vous dirai pas qui -, a présenté, à une heure de grande écoute, un reportage susceptible de rendre crédible, a posteriori, l’assassinat du petit al-Dura par les soldats israéliens. J’ai transcrit intégralement et commenté ce reportage qui en présage bien d’autres. Dangereux. Très dangereux et surtout… extrêmement injuste. En outre, il est possible que la vidéo ait été bidonnée. "Libération" en fait état (voir en fin d’article, ci-après). (Menahem Macina).

[*] A Hébron, l’Intifada des caméras, B’Tselem équipe les Palestiniens pour filmer les abus des colons.

[**] Voir JT 13h édition du lundi 21 juillet 2008 Cliquer sur le titre "Polémique en Israël autour d’une vidéo montrant une bavure".

 

 

Mis en ligne le 21 juillet 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org

 

Présentatrice du JT de 13h sur France 2

Au Proche-Orient, ce sont des images qui vont susciter de nombreuses réactions. On y voit un soldat israélien tirant à bout portant une balle en caoutchouc dans la jambe d’un Palestinien qui venait d’être arrêté. C’est une ONG israélienne qui a diffusé cette vidéo. Le soldat israélien, qui a été arrêté, affirme avoir agi sur ordre de sa hiérarchie.

 

Loïc de La Mornais (correspondant de France 2 en Israël)

(Ni’in, Cisjordanie, 6 juillet)

Ce Palestinien vient d’être arrêté par des soldats israéliens. Il a les mains attachées dans le dos et les yeux bandés. Il est emmené dans ce fourgon, et au moment d’être embarqué, le soldat israélien, à gauche de l’image, posément, vise la jambe du Palestinien et tire. Le prisonnier palestinien, tordu de douleur, ne s’est douté de rien, les yeux bandés, il n’a rien vu venir. Cette vidéo a été révélée par une association israélienne de défense des droits de l’homme, qui confie des caméras vidéo aux Palestiniens.


Commentaire de Sarit Michaeli – Association Betselem

Cet événement s’est passé en présence d’un officier de haut rang : un lieutenant-colonel. Quant au prisonnier palestinien, il a été touché à la jambe. Heureusement, c’était une balle en caoutchouc, Il est contusionné, mais son état est stable.


Loïc de La Mornais

 

Le Palestinien avait été arrêté au cours d’une manifestation comme celle-ci, qui oppose quotidiennement des Palestiniens, ainsi que des pacifistes israéliens aux soldats de Tsahal, près du village de Ni’in, où le mur est en construction.

[Le reportage enchaîne sur des scènes d’émeutes, au cours desquelles des manifestants palestiniens s’en prennent violemment à des soldats israéliens chargés de contenir l’émeute. Très significatif : le vidéaste (visiblement un amateur, sans doute un des Palestiniens que l’association Betselem a équipés de caméscopes) filme en plans rapprochés les actes de répression des soldats israéliens, et en plans éloignés, les violences palestiniennes. Particulièrement instructive est la scène - bien visible parce qu’elle commence par un plan rapproché -, où l’on voit plusieurs Palestiniens qui frappent violemment un soldat israélien, lequel tombe à la renverse. La caméra se détourne alors rapidement de cette victime-là (sans intérêt, puisque israélienne), pour faire un plan rapproché sur des Palestiniens qui courent, puis sur l’un d’eux, atteint d’une balle caoutchoutée à la jambe. On ne saura donc pas ce qu’il est advenu du soldat jeté à terre. N’a-t-il pas été "contusionné", lui aussi ?...]

 

Loïc de La Mornais


Le soldat israélien vient d’avouer qu’il avait reçu l’ordre de son commandement de tirer dans la jambe du prisonnier. L’armée israélienne a fermement condamné les agissements de son soldat et ordonné une enquête de police militaire. Elle a également annoncé avoir soigné, puis libéré le manifestant palestinien. De son côté, l’association Betselem a révélé avoir déjà filmé une cinquantaine de cas de violences perpétrées par l’armée israélienne depuis 2007.


Mon commentaire

Certes, une telle scène n’est pas faite pour redorer le blason de Tsahal, mais il convient de la replacer dans son contexte, qui est celui de la répression policière. Il faut cesser de voir les Palestiniens comme des brebis déchirées par les loups israéliens. Les Palestiniens sont extrêmement violents. Ils frappent, jettent des pierres, pour faire mal, blesser même, sachant pertinemment que les soldats, filmés de toutes parts et spécialement par les militants israéliens, dits pacifistes, n’oseront pas répliquer trop durement.

Mon avis est que la scène à laquelle nous avons assisté est un règlement de comptes. Le civil en question était probablement l’un des agresseurs violents dont j’ai parlé ci-dessus. Il est clair que les soldats ont voulu le punir sans attenter à ses jours. Une balle de caoutchouc, surtout quand celui qui la tire sait exactement la partie du corps qu’il vise, par exemple, le mollet ou le gras de la cuisse, ne rend pas invalide (en témoignent et la responsable de l’organisation Betselem, et le correspondant, Loïc de La Mornais, qui nous apprennnent, l’une, qu’il s’agissait d’une « contusion » sans gravité, l’autre, que le manifestant a été « soigné, puis libéré » par Tsahal), mais elle laisse un souvenir cuisant. Et tel était, me semble-t-il, le but de cet acte. Le gradé qui a donné cet ordre a certainement voulu que l’épisode serve de leçon aux manifestants violents. Malheureusement pour lui, le tireur s’est fait piéger par une vidéo qui a filmé la scène.

Choquant, certes, mais est-ce si rare ? Toutes les armées, toutes les polices du monde se conduisent avec brutalité. Les membres des forces de l’ordre sont eux-mêmes l’objet de violences extrêmes, il n’est pas étonnant que, de temps à autre, ils aient recours à un exutoire de leur rancoeur. Notons encore qu’on n’a jamais réprimé une émeute en récitant des versets bibliques, ou en chantant des chansons d’amour.

Je voudrais qu’on distribue des caméras à tous les protestataires du monde et qu’on diffuse leurs prises de vues à tous les journaux du midi et du soir. Il faudrait des heures pour visionner les centaines d’actes de violence commis par les forces de l’ordre…

La question qu’il faut se poser est la suivante : un incident aussi mineur, qui se produit, en pire, dans toutes les répressions de manifestations violentes de par le monde, valait-il qu’on y consacre un reportage spécial, dont le but est manifestement d’insinuer, voire de convaincre que cet incident n’est ni isolé ni rare, qu’au contraire, c’est la routine à Tsahal ? Car, comme chacun sait, le soldat israélien est violent, bestial, nazi, etc., etc.

Merci à France 2 d’avoir ajouté au climat de diabolisation d’Israël, en présentant cet incident comme s’il était une spécialité de l’armée de défense de l’Etat juif.

Je termine par un vœu : que les Juifs de la Diaspora se cotisent pour acheter des centaines de caméscopes qui seront distribués aux soldats et aux habitants des implantations, afin qu’ils filment les exactions dont ils sont victimes chaque jour, et les violences palestiniennes extrêmes qu’aucun reporter ne filme jamais. Nous verrons alors si France 2 et d’autres chaînes haineuses à l’égard d’Israël, consacreront un reportage à ces excès de la prétendue « victime » palestinienne.

 

Menahem Macina

 

© upjf.org

 

Mis en ligne le 21 juillet 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org

 

----------------------------

 

Selon Libération, bidonnage possible

 

Voir sur le site de Libé: "Une vidéo amateur sème le trouble entre Israéliens et Palestiniens". 

 

Selon l’ONG, l’incident s’est produit le 7 juillet dans le village de Nilin, dans le nord de la Cisjordanie. Une zone à laquelle l’armée a imposé un couvre-feu après des manifestations contre la construction de la barrière de sécurité, qualifiée de «mur de l’apartheid» par les Palestiniens.

Après une plainte de l’association et la diffusion de la cassette vidéo par une télévision palestinienne, l’armée a annoncé l’ouverture d’une enquête sur cet incident.

« Le soldat a été arrêté pour interrogatoire. A la fin de l’enquête, des mesures seront prises »,

a déclaré un porte-parole de l’armée. Cependant, les images soulèvent de nombreuses questions.

« Il est aisé de se rendre compte, en visionnant le film, qu’il y a des ruptures et que les images n’ont pas été filmées en une seule fois (...) Où sont les séquences manquantes ? Que contiennent-elles ? Pourquoi les images ont-elles été montées après coup? »,

s’interroge Avital Leibovich, porte-parole de l’armée chargée de la presse étrangère. Quoi qu’il en soit, le ministre de la défense israélienne, Ehud Barak, a, d’ores et déjà, condamné l’incident.

«Les soldats ne doivent pas agir ainsi»,

a-t-il déclaré lors d’une intervention télévisée.

B’Tselem affirme que le manifestant, Ashraf Abou Rahma, 27 ans, a été légèrement blessé à la jambe. De son côté, l’armée assure qu’il est rentré chez lui avec un doigt de pied enflé et n’a pas porté plainte. La veille, douze Palestiniens avaient été blessés par balles en caoutchouc, selon les services d’urgence palestiniens.