Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

A propos de l’apologue de « la grenouille cuite à petit feu », M. Macina
20/08/2008

On lira, ci-après, l’appendice promis à l’article d’Olivier Clerc, précédemment mis en ligne sur notre site (*). (Menahem Macina).

(*) Olivier Clerc, " Sommes-nous déjà à moitié cuits ? (ou l’inconscience du changement) ".


19/08/08

 

Le [ou la] journaliste du site L’Express.ch, qui, le 23 février 2006, interviewait l’écrivain Olivier Clerc (1), suite à la parution de son livre, La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite et autres leçons de vie (éd. JC Lattès, 2005), lui posa la question suivante :

« Vous élaborez ces leçons de vie à partir de métaphores (2). Les avez-vous inventées ou empruntées? »

Et l’auteur de répondre :

« C’est un mélange. On retrouve un peu partout, par exemple, l’histoire de la grenouille, mais il est difficile d’en connaître l’origine. »

                                                                                                                                                                                                                                               Site Zone franche, qui renvoie à un ouvrage de 1987
A défaut d’en avoir découvert l’origine, je puis au moins confirmer qu’avec d’autres apologues de cette nature, on "retrouve un peu partout" celui de la grenouille. Témoin l’utilisation qu’en faisait, en 1988, un professeur américain de sociologie (3) :

" Dans son roman, It Can’t Happen Here, Sinclair Lewis prétend que le changement viendrait sous le masque de la tradition, avec l’érosion progressive des libertés. La participation volontaire, les raisons d’être bienfaisantes et les changements de langage et de définitions culturelles en obscurciraient les aspects négatifs. On dit que si l’on laisse tomber une grenouille dans de l’eau très chaude, elle sautera hors de l’eau tout de suite. Mais qu’est-ce qui arrive lorsqu’on la met dans de l’eau froide que l’on fait chauffer tout doucement ? "

Mais l’usage le plus ancien que j’ai pu trouver de cet apologue, dans un contexte politique, remonte à 1960. Il figure dans un article dû au journaliste américain Walter Trohan, qui s’en servait pour mettre en garde ceux qui éprouvaient de la sympathie pour l’Union soviétique (4).

Plongée dans l’eau bouillante, la grenouille a le réflexe de s’en échapper en sautant, mais plongée dans l’eau froide elle peut être ébouillantée à mort avant qu’elle réalise qu’elle est en grave danger. Ainsi en est-il de nous, Américains et de notre civilisation dans cette crise qui grandit. Nous devons prendre garde à ceux qui veulent dégeler la guerre froide à tout prix. Nous pourrions être cuits avant de nous en être rendu compte. "


Telle est ma contribution à cette question, qui serait frivole n’était la prégnance des implications, de l’universalité et de l’actualité de ce célèbre apologue, dont, à mon grand regret, je n’ai pu retracer l’auteur.

Si l’un de nos internautes avait cette chance, qu’il ait l’obligeance d’en faire part à la blogosphère.

 

Menahem Macina


© Upjf.org

 

----------------------------------


(1) Dominique Bosshard, "La grenouille à petit feu".

(2) En fait, il ne s’agit pas de métaphores, mais d’apologues. A preuve, ces définitions du Petit Robert. Métaphore : "Figure de rhétorique […] qui consiste dans un transfert de sens (terme concret dans un contexte abstrait) par substitution analogique […] V. Comparaison, image. « La racine du mal, une source de chagrin »...". Apologue : "Petite fable visant essentiellement à illustrer une leçon morale. « L’apologue est la démonstration d’une maxime par un exemple »…"

(3) Gary T. Marx, « La société de sécurité maximale », Paru dans Déviance et société, 1988, Vol. 12, No. 2, pp. 147-166.

(4) Walter Trohan, "Report from Washington," Chicago Tribune (6 June 1960) : 2. Voici le passage original traduit par mes soins : "The frog dropped into boiling water has sense to leap out, but the frog dropped into cold water can be cooked to death before he realizes he is in serious trouble. So it is with us Americans and our civilization in this mounting crisis. We must beware of those who want to thaw the cold war out at any cost. We may be cooked before we realize what has happened.". Original cité par Wikipedia, article "Boiling frog".

 

----------------------------------

 

Mis en ligne le 19 août 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org