Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme

Des camps de vacances gérés par des néonazis
14/08/2008

13/08/08

 

Sur le site de 24heures

 

ALLEMAGNE - Des dizaines de jeunes de 8 à 14 ans ont été embrigadés dans un camp de vacances organisé par des nostalgiques du IIIe Reich.

Les camps de la HDJ sont organisés aux quatre coins de l’Allemagne. Ils durent environ trois semaines et visent à inculquer aux enfants: «l’ordre, la discipline, l’esprit de camaraderie et le goût du combat».

Le camp dissous par la police et les services de protection de la jeunesse, ce week-end, après une perquisition en règle, comprenait 14 petites tentes blanches et trois grandes toiles communes plantées dans la verdure parmi les arbres, près de Güstrow, au cœur du Mecklembourg-Poméranie occidentale.

Ce sont des voisins inquiets qui ont prévenu les autorités. Quelque 50 personnes, dont 39 jeunes de 8 à 14 ans, vivaient là depuis une semaine, portant l’uniforme interdit de la HDJ (Heimattreue Deutsche Jugend, «jeunesse patriotique allemande»), chemise bleue ou T-shirt blanc avec le sigle HDJ. Celui-ci évoque évidemment son ancêtre: la HJ, Hitlerjugend, les jeunesses du Führer.


Ordre, discipline et goût du combat

En fouillant le camp, les policiers ont mis la main sur un tas d’ustensiles évoquant le régime nazi. La croix gammée décorait les serviettes de toilette comme les cahiers et agendas des enfants. La tente du chef était baptisée Führerbunker. Des recueils de chants nationalistes côtoyaient des cartes du Reich, avec les régions allemandes avant la Seconde Guerre mondiale, telles que la Prusse orientale.

Les camps de la HDJ sont organisés régulièrement aux quatre coins de l’Allemagne. Ils durent environ trois semaines et visent à inculquer aux enfants: «l’ordre, la discipline, l’esprit de camaraderie et le goût du combat». L’emploi du temps? Après le rassemblement et la levée du drapeau, place à l’instruction paramilitaire et au bourrage de crâne. Le soir, c’est grillades, chants et danses traditionnelles.

Les néonazis forment leurs enfants dans ces stages, préparant ainsi la relève. «Ils font de la propagande dans les écoles pour recruter de nouveaux adhérents», s’inquiète une mère d’élève.


Un réseau organisé

Selon les services de renseignements berlinois chargés d’observer l’extrême droite, les HDJ font partie du réseau développé autour du parti NPD, représenté notamment aux parlements régionaux du Mecklembourg et de Saxe. Des membres de la HDJ siègent à la direction du NPD et entretiennent des liens étroits avec son organisation de jeunesse et les «cercles de camarades» où se retrouve l’extrême droite la plus radicale et brutale. Le langage utilisé par la HDJ a des relents d’antisémitisme.

La police avait perquisitionné en mai dernier les appartements de deux de ses cadres, à Osnabrück, qui étaient accusés d’avoir projeté dans un camp de loisir le film de propagande nazi interdit Le juif éternel.

La HDJ a pris de fait la relève des «Jeunesses Vikings», une organisation de jeunesse néonazie, interdite en 1994. Armin Jäger, président du groupe parlementaire démocrate-chrétien du parlement du Mecklembourg-Poméranie occidentale, estime qu’il est urgent d’interdire la HDJ. Des représentants de tous les partis, des Verts au Libéraux, en passant par le SPD et la Gauche, sont du même avis. Pour l’instant seul le port de l’uniforme est interdit. Et ils s’en moquent.


© 24heures

 

Mis en ligne le 13 août 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org