Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)

Les soldats israéliens rendus par le Hezbollah inhumés dans la retenue
18/07/2008

Rares sont les dépêches de l’AFP qui nous satisfont. Celle-ci fait exception à la règle. Elle traduit avec sobriété la douleur digne, caractéristique des funérailles juives, en général, et israéliennes, en particulier. (Menahem Macina).

18/07/08

 

AFP-Google

 

NAHARIYA (AFP) — Israël a inhumé jeudi, dans la sobriété et l’émotion, ses deux soldats dont les corps ont été restitués la veille par le mouvement chiite libanais Hezbollah.

Les funérailles militaires d’Ehud Goldwasser, enlevé avec son camarade Eldad Regev par le Hezbollah le 12 juillet 2006 près de la frontière libanaise, se sont déroulées dans la matinée, dans un silence pesant, au carré militaire de Nahariya (nord).

Des milliers d’Israéliens - parents, proches, amis et anonymes - ont assisté à la cérémonie, retransmise en direct par la télévision israélienne.

"On dit que le temps panse les plaies, mais depuis ce matin du 12 juillet 2006, à 09H06, notre vie a été brisée et la réalité est devenue effrayante pour moi, pour nous tous",

a déclaré, dans un éloge funèbre, Karnit Goldwasser, la jeune veuve du soldat, tout de noir vêtue.

"Je voulais croire au rêve, et c’était un cauchemar (...) Pour toi, défendre le pays était un privilège, pas un devoir, et je t’ai embrassé chaleureusement, comme d’habitude, avant que tu partes. Je ne t’oublierai jamais, toi et ta voix caressante (...) Sans toi, je souffre. Udi, mon Udi, en deux ans, tu es devenu le Udi du monde entier",

a ajouté la jeune femme en essuyant ses larmes.

Son mari devait célébrer ses 33 ans vendredi. Depuis son enlèvement, la jeune femme a mené, de concert avec la famille Regev, une véritable croisade internationale pour que les deux soldats soient rendus.

Le 25 septembre 2007, Karnit Goldwasser avait même directement apostrophé le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, de passage aux Nations unies, à New York. Israël accuse l’Iran de financer et d’armer le Hezbollah.

Eldad Regev, qui aurait eu 28 ans en août, a, quant à lui, été inhumé en début d’après-midi au cimetière militaire de Haïfa (nord), en présence de plusieurs centaines de personnes.

"Je suis fier. Je suis fier de mon pays qui s’est battu pour que tu reviennes. Je suis fier de faire partie de ceux qui aiment et pas de ceux qui haïssent",

a déclaré Opher Regev, un des trois frères du soldat, dans son éloge funèbre.

"Je suis fier de toi Eldad, mon petit frère (...) Repose en paix Eldad, tu es rentré à la maison",

a-t-il conclu, la voix étranglée par l’émotion.

Les trois frères Regev et leur père, Zvi, se sont ensuite serrés dans les bras les uns des autres. La mère d’Eldad Regev est décédée il y a quelques années.

La famille du soldat Gilad Shalit, détenu par le Hamas dans la bande de Gaza depuis juin 2006, a assisté aux deux cérémonies, de même que de nombreux députés et ministres.

"Nous voulions vous embrasser et vous voir sourire (...) Mais ce sont nos larmes qui vous accompagnent aujourd’hui. Nous avons le coeur lourd et la tête haute",

a déclaré le ministre de la Défense Ehud Barak, lors des deux cérémonies.

"En tant que ministre de la Défense, je le répète, si par malheur l’un d’entre nous tombe aux mains de l’ennemi, nous ferons tout notre possible, tout ce qui est humainement et raisonnablement possible, pour le ramener à la maison. C’est un engagement du peuple d’Israël tout entier",

a encore dit M. Barak.

Lors des deux cérémonies, les cercueils des soldats, drapés aux couleurs bleu et blanc d’Israël, ont été portés par des camarades de leur unité, précédés d’un rabbin lisant des psaumes. La foule s’est ensuite rassemblée autour de la fosse, avant la mise en terre et la lecture du kaddish, la prière juive pour les morts.

Des gerbes ont ensuite été déposées, et les camarades de Ehud Goldwasser et Elad Regev ont tiré trois salves d’honneur.

 

© AFP

 

[Texte aimablement signalé par Roseline.]

 

Mis en ligne le 18 juillet 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org