Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Etats du monde
Etats-Unis

Un lapsus d’Obama donne des armes à ses critiques, Christina Bellantoni
10/09/2008

Plusieurs internautes ont attiré mon attention sur un très bref extrait vidéo qui figure sur YouTube, dans lequel Barack Obama est censé commettre un lapsus qui "dévoilerait" sa vraie foi, qui serait musulmane. Plutôt que d’aller à la remorque d’une foultitude de blogueurs et de listes qui diffusent en boucle le prétendu "lapsus" d’Obama, j’ai préféré traduire le seul article de la presse américaine qui en traite, de manière relativement équilibrée. Je m’exprimerai prochainement sur cette affaire qui ressemble à un soufflé hypertrophié qui ne tardera pas à se dégonfler. (Menahem Macina).

07/09/08

Sur le site du Washington Times

Texte original anglais : "Obama’s verbal slip fuels his critics".


Traduction française : Menahem Macina pour upjf.org

 

St Louis, Missouri.

Les ennemis du Sénateur Barack Obama se sont jetés, dimanche [7 septembre], sur un bref lapsus du candidat à l’investiture présidentielle, qui, alors qu’il parlait de son christianisme, a dit accidentellement « ma foi musulmane ».

Ces trois mots – immédiatement corrigés – ont été émis au cours d’un échange avec George Stephanopoulos, de ABC News, dans l’émission "This Week" [Cette semaine], alors qu’Obama s’efforçait de critiquer la campagne de diffamation qui suggère, à mi-mot, qu’il est musulman.

Dans l’heure qui suivit, des groupes anti-Obama ont sorti ce lapsus de son contexte et l’ont diffusé de tous côtés par e-mail. Ils l’ont également diffusé sur des blogs. Ce qui illustre la difficulté qu’a le sénateur d’empêcher la diffusion de fausses rumeurs concernant sa foi.

M. Obama, qui est chrétien et dit souvent avec fierté combien sa foi a influencé son action publique, a affirmé qu’il trouvait « profondément blessants » les efforts « qui sont faits dans le camp républicain pour suggérer que je ne suis peut-être pas ce que j’affirme être, s’agissant de ma foi ».

L’échange a eu lieu après que M. Obama ait affirmé que des Républicains tentent d’effrayer les électeurs en suggérant qu’il n’est pas chrétien, propos que Rick Davis, le directeur de campagne de McCain, a qualifiés de « cyniques ».

Interrogé à ce propos, sur ABC News, M. Obama a dit : « Ces types aiment jeter des pierres et cacher leurs mains ».

« La campagne de McCain n’a jamais suggéré que vous aviez des liens musulmans », a objecté M. Stephanopoulos, qui a interrompu M. Obama à plusieurs reprises durant l’interview.

Et M. Obama de répondre : « Il ne me semble pas que ce soit le cas quand on regarde ce qui est proclamé, disons-le, sur Fox News, et par les commentateurs républicains qui sont étroitement liés à ces types… »

Interruption de M. Stephanopoulos : « Mais John McCain a dit que c’était faux ».

M. Obama fait remarquer que quand la candidate républicaine à la vice-présidence, Sarah Palin, « a été contrainte » de parler de la grossesse de sa fille de 17 ans, il a fait une vigoureuse déclaration aux journalistes, disant que cette manière de couvrir l’événement « n’était pas admissible ». Mais il affirme que la campagne de McCain a tenté de lui attribuer des liens avec « des blogs libéraux qui soutiennent Obama », et « attaquent le Gouverneur Palin ».

« Cessons de nous défiler », a-t-il dit : « Ce que je suggère – vous avez tout à fait raison de dire que John McCain n’a pas parlé de ma foi musulmane. Et vous avez tout à fait raison de dire que cela n’a pas eu lieu. »

M. Stephanopoulos l’interrompt en disant : « foi chrétienne ».

« Ma foi chrétienne », dit rapidement M. Obama. « Enfin, ce que je veux dire, c’est qu’il n’a pas suggéré que je suis musulman. Et je crois que les cadres supérieurs de sa campagne ne l’ont pas fait non plus. Ce qu’il me semble honnête de dire, c’est qu’il y a eu, dans le camp républicain, des efforts tendant à suggérer que je ne suis peut-être pas ce que je dis être, s’agissant de ma foi – ce que je trouve « profondément blessant », et que cela a duré pas mal de temps ».

Comme on sollicitait sa réaction à propos de l’affirmation erronée, qui illustre la difficulté de la question, Bill Burton, le porte-parole d’Obama, a fait le commentaire suivant : « Je ne suis pas surpris de ce que le seul média à avoir traité de ce sujet soit le Washington Times ».

On peut entendre dans leur contexte les commentaires de M. Obama sur ABC. [Voir la vidéo].

 

Christina Bellantoni

 

© Washington Times

 

Mis en ligne le 10 septembre 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org