Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (diabolisation d')

Hind Khoury, déléguée de Palestine: "Mes compatriotes sont moins bien traités que les animaux"
27/11/2008

Sud-Ouest.com/Charente, site de ce quotidien catholique régional, se fait le relais de la campagne mondiale de délégitimation d’Israël. Hind Khoury, la nouvelle déléguée générale de la Palestine en France, est aimable et souriante, mais ne vous y fiez pas trop... Lisez plutôt. (Menahem Macina).

Titre original : "Hind Khoury, déléguée générale de la Palestine en France: «L’Europe et la France doivent agir pour la paix»", B. Ruiz

 

 

25/11/08

Texte repris du site Sud-Ouest.com/Charente


Hind Khoury : «J’ai connu la haine pendant quatre ans.

J’ai appris à la surmonter parce que la haine nous détruit».

(PHOTO T.K.)

Assise face au député Jean-Claude Viollet, Hind Khoury plaide avec la conviction d’une avocate. Comme si sa survie en dépendait. C’est d’ailleurs en partie vrai... En janvier 2006, cette ancienne ministre palestinienne, chargée notamment du dossier de Jérusalem aux côtés de Mahmoud Abbas, a succédé à Leïla Chahid au poste de déléguée générale de la Palestine en France.

En clair, Hind Khoury représente l’autorité palestinienne en France. Et, à ce titre, elle sillonne le pays pour convaincre les décideurs et l’opinion de l’urgence à agir pour la paix au Proche-Orient.

Pas facile quand on sait que, ces dernières années, le conflit irakien a largement éclipsé de la scène médiatique la réalité israélo-palestinienne.

Hier, Hind Khoury était l’invitée de l’association Charente-Palestine qui organisait une soirée-débat à Angoulême. Une façon, selon le président de l’association, Daniel Marteau, de rappeler que la création d’Israël en 1948 « coïncide avec 60 ans de violences quotidiennes subies par le peuple palestinien ». [1].


Poussée vers l’extrémisme

Aujourd’hui, cinq millions de réfugiés palestiniens sans statut vivent dans les camps [2], au coeur d’une Cisjordanie parsemée de barrages militaires et séparée d’Israël par ce gigantesque mur condamné par la communauté internationale. «Mes compatriotes sont souvent moins bien traités que des animaux», assure Hind Khoury. La déléguée générale constate, avec regret, que les résolutions internationales ne sont pas appliquées. Pas plus que le plan de paix arabe « pour lequel les Palestiniens ont fait d’énormes concessions, comme celle d’accepter de vivre sur seulement 22 % du territoire de l’ancienne Palestine ».

« Les efforts de l’autorité palestinienne ont été vains, les barrages et les check-points ont augmenté en nombre, les colonies ont été confortées par la construction d’autoroutes alors que les Palestiniens doivent se contenter des vieilles routes villageoises. Israël n’a jamais cessé sa politique de transfert de population et d’expulsion... Le désespoir palestinien est aujourd’hui bien réel ». Et le laisser-aller de la communauté internationale contribue « à affaiblir les modérés des deux camps... On risque à terme de pousser les Palestiniens dans les bras de l’extrémisme ».

Pour Hind Khoury, la solution est dans l’application des résolutions internationales. Et elle compte sur la France et l’Europe pour reprendre l’initiative dans le domaine. « Les déclarations des dirigeants politiques européens vont dans le bon sens. Mais il est temps maintenant pour l’Europe et la France d’agir. Pour la paix ».

Temps aussi de ne pas renier sa parole par des actes choquants pour le commun des Palestiniens. Hind Khoury cite le contrat remporté par deux entreprises françaises, Veolia et Alstom, pour la construction d’une ligne de tramway entre Jerusalem-Ouest et les colonies cisjordaniennes.

Une construction « illégale » selon France Palestine Solidarité qui a attaqué le contrat devant le tribunal de grande instance de Nanterre. « Cette ligne couperait en deux des villages palestiniens, sans qu’aucun arrêt ne soit prévu, soutient Bernard Ravenel, président de France Palestine Solidarité. Mais surtout, cet équipement entérine les colonies qu’il relie, alors qu’elles sont illégales du point de vue du droit international ».

De son côté, Hind Khoury place surtout ses espoirs dans l’évolution multipolaire de la diplomatie internationale.

Avec une nouvelle administration américaine qui accorderait un peu plus de crédit aux résolutions de la communauté mondiale. « Tout le monde a intérêt à trouver la paix. Mais la route est encore longue ». Et pleine d’incertitudes.

 

Bertrand Ruiz

 

© Sud-Ouest.com/Charente

 

----------------------------------


Notes de Menahem Macina


[1] Bel exemple d’anachronisme journalistique. L’auteur transpose dans le passé (1948 et au-delà) la situation conflictuelle qui prévaut en Palestine-Israël depuis que les jusqu’au-boutistes Palestiniens, certains d’avoir le soutien inconditionnel d’une grande partie de l’opinion publique internationale, ont décidé de saboter toute solution équilibrée dans le conflit territorial qui les oppose à Israël.

[2] Ce que nous voyons à l’écran n’a rien d’un camp selon l’acception habituelle du terme. Pas de tentes, ni de baraques en tôle, rien que des bâtiments en dur, disgracieux, certes, mais tout sauf des cabanes de zonards comme celles que j’ai connues personnellement, dans les banlieues du nord de Paris, par exemple, à Sarcelles et Stains, dans les années 60, et qui abritaient des Français de souche.


----------------------------------


Mis en ligne le 27 novembre 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org