Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (défense - apologie d')

Tsipi Livni explique à Cohn-Bendit la différence entre barrages routiers et tirs de barrage, Macina
04/12/2008

03/12/08

 

En anglais, le terme barrage a deux significations : celle d’"obstacle", comme en français, mais également celle de "tir de barrage", ou bombardement intensif.

M. Cohn Bendit, alias "Danny le Rouge", membre du parti des Verts au Parlement Européen, semble ne se préoccuper que de la première forme de barrage - israélienne et non mortelle, quoique pénalisante en termes de temps -, et ne s’émouvoir en aucune façon de la seconde - palestinienne, dévastatrice et potentiellement mortelle -, qui consiste à tirer des missiles et des roquettes sur des populations civiles

C’est ce qu’a répliqué, sur le ton direct et totalement dénué de langue de bois, qui la caractérise, la ministre israélienne des Affaires étrangères, Tsipi Livni, à Monsieur Lave-Plus-Vert, qui l’interpellait, mardi 2 décembre, estimant « inconcevable » que les enfants palestiniens « mettent une heure et demie pour aller à l’école, à cause des barrages routiers » sécuritaires, érigés par les Israéliens aux abords de la bande de Gaza.

Danny le Rouge sait ce dont il parle. Pensez donc, pas plus tard qu’il y a deux semaines, il était en visite en Israël et dans l’Autorité Palestinienne ! Il est passé par ces barrages, lui. Il a pu se rendre compte, lui, des "brimades et punitions collectives que subit la population palestinienne" - pour reprendre l’une des formules qui peuplent la presse idiote utile…

Dommage que le révolutionnaire incendiaire de 1968, reconverti dans le militantisme écologique en tant que parlementaire européen - et généreusement rémunéré à cet effet -, ne se soit pas trouvé, lui, pris sous les tirs de Qassams, roquettes et autres gracieux missiles, tirés presque sans interruption durant des années contre les localités du Negev et surtout la ville de Sderot. Il eût senti la différence entre "barrages routiers" et "tirs de barrage".

Tsipi Livni (cliché AP) - Cohn Bendit


C’est ce qu’a tenté de lui faire percevoir, en termes mesurés mais non moins nets, Tsipi Livni :

« A Sdérot et dans les agglomérations avoisinantes, les enfants israéliens ne peuvent tout simplement pas aller à l’école, à cause des missiles tirés contre cette zone à partir de la bande de Gaza. »

Et la ministre israélienne de souligner :

« Bien qu’Israël se soit retiré de Gaza, les Palestiniens ont continué a tirer des missiles contre des civils israéliens innocents. La fonction des postes de contrôle [barrages routiers] est d’aider à la guerre contre le terrorisme. Et donc la critique à leur propos ne doit pas être adressée à Israël. »

Et encore :

« Croyez-vous qu’en tant qu’être humain, je veuille qu’ils souffrent ? Je ne le veux pas, mais mettez-vous à ma place : quelles sont les alternatives ? »

« Je n’ai pas de solution-miracle pour délégitimer ce régime et combattre la terreur sans que cela ait un impact [négatif] sur la population [palestinienne]. »


Ces réponses, dignes et vraies, illustrent, s’il en était besoin, toute la différence qu’il y a entre un droit-de-l’hommiste, un brin démagogue et manichéen en la circonstance, et une femme d’Etat, honnête et responsable.

Le problème est que le premier fait partie du gotha de la société européenne bien pensante et bien tranquille, tandis que la seconde a la charge ingrate de représenter un Etat perdu de réputation et honni des nations "éclairées", qui lutte pour sa survie, dans l’incrédulité et l’indifférence générales.

 

Menahem Macina

 

© upjf.org

 

Mis en ligne le 3 décembre 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org