Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Conflits, terrorisme, oppression, etc.
Terrorisme

Israël enterre les six Juifs tués à Bombay, Michael Blum
03/12/2008

02/12/08

 

Texte repris du site de France 24.

 

Israël a rendu hommage mardi aux six victimes de la tuerie du centre juif Chabad de Bombay, qui ont été enterrées lors d’obsèques émouvantes après le rapatriement de leurs corps dans un avion de l’armée de l’air. © 2007 AFP Menahem Kahana


Israël a rendu hommage mardi aux six victimes de la tuerie du centre juif Chabad de Bombay, qui ont été enterrées lors d’obsèques émouvantes après le rapatriement de leurs corps dans un avion de l’armée de l’air.

Des dizaines de milliers de personnes, en majorité des ultra-orthodoxes, vêtues du noir traditionnel, accompagnaient à leur dernière demeure les six victimes juives, dont quatre Israéliens, toutes résidant en Israël. Ils ont été tués après avoir été pris en otages par des extrémistes islamistes lors des attentats de Bombay (Inde).

Les corps étaient arrivés lundi soir en Israël, où l’Etat avait organisé une cérémonie officielle en présence d’un ministre et de personnalités rabbiniques pour les accueillir.

Les Israéliens ont été particulièrement bouleversés par la mort du couple qui dirigeait le centre Chabad de Bombay, le rabbin Gabriel Holtzberg et son épouse Rivka, laissant leur fils Moshé (2 ans) orphelin.

Les télévisions ont passé en boucle les images du bébé appelant en vain "maman" à son départ de Bombay, en compagnie de ses grands parents emportant avec eux des rouleaux de la Torah qui se trouvaient dans le centre saccagé lors de la prise d’otages. Ces rouleaux revêtent un caractère sacré pour le judaïsme.

La gouvernante indienne, Sandra Samuel, 44 ans, qui avait sauvé l’enfant en s’enfuyant avec lui, accompagnait le petit Moshé qui lui est très attaché, à la demande de la famille.

Près de dix mille personnes s’étaient rassemblées mardi après-midi à Kfar Chabad, bastion du mouvement ultra-orthodoxe Chabad (dit de Loubavitch), proche de Tel-Aviv, pour une cérémonie funéraire qui précédait l’enterrement des époux Holtzberg au cimetière du Mont des Oliviers, à Jérusalem.

 

Le président de l’Etat, Shimon Peres, le ministre de la Défense, Ehud Barak, le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu, les deux grands rabbins d’Israël étaient présents à la cérémonie. © 2007 AFP Jack Guez

 

"Les émissaires du mouvement Chabad sont une grande famille, nous avons perdu un frère", confie à l’AFP Yossi Swerdlov, un responsable du mouvement.

Un autre dirigeant, le rabbin Naftali Liebsker, a affirmé "vouloir venger le couple Holtzberg en continuant de diffuser la lumière de la Torah".

Plusieurs orateurs se sont succédé, notamment M. Peres, qui a appelé la communauté internationale à "lutter sans répit contre le terrorisme".

Avant le départ du cortège vers Jérusalem, le rabbin Shimon Rosenberg, père de Rivka Holtzberg a demandé à la foule de répéter après lui, plusieurs fois: "Jusqu’à quand ?", implorant "la pitié de Dieu" pour son petit fils, seul survivant de la famille.

Les responsables de Chabad ont annoncé que l’attaque meurtrière contre leur centre à Bombay, ne les dissuaderait pas de continuer leur action en Inde et dans le monde entier.

"Nous vous aimons, nous continuerons votre mission", a déclaré face aux corps, le rabbin Rosenberg, sa voix brisée par les larmes.

Plusieurs orateurs se sont également exprimés, en anglais, pour remercier la nourrice indienne du bébé, qui a réussi à le sortir vivant du centre Chabad.

"En sauvant le petit Moshé d’une mort certaine, vous êtes entrée dans l’histoire du peuple juif, nous resterons éternellement reconnaissants pour votre geste", a notamment déclaré le grand rabbin de Tel-Aviv, Israël Meïr Lau.

Au moins 188 personnes, dont une trentaine d’étrangers, ont péri dans une série d’attaques coordonnées, à Bombay, contre des sites importants, en particulier touristiques, entre le 26 et le 29 novembre.

 

© AFP

 

Mis en ligne le 2 décembre 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org