Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Judaïsme

La crise financière mondiale donne des ailes à l’antisémitisme, par Shraga Blum
28/10/2008

21/10/08

 

Texte repris du site de Arouts7, en français.

 

 

Telle une loi d’airain, les situations de crises internationales – particulièrement financières – réveillent l’antisémitisme toujours latent dans les inconscients collectifs. Le lien supposé entre « le Juif et l’argent », ou « la conspiration juive pour dominer le monde », redeviennent des sujets à la mode. Sur le Net, qui permet d’atteindre les esprits des quatre coins du monde en un temps record, ce phénomène est particulièrement tangible ces derniers temps. [Témoins ces expressions que l’on] peut lire sur des sites déjà existants, ou créés pour la circonstance :

  • « La Banque Lehman Brothers a transféré des milliards de dollars vers une banque israélienne... »
  • « Le Directeur de la Compagnie AIG est un criminel sioniste... »
  • « Henry Paulson, ou Ben Shalom Bernanke – Président de la Federal Reserve – sont des marionnettes aux mains des Rothschild... »

La responsabilité de la crise actuelle est attribuée par les antisémites, entre autres à Allan Greenspan, juif lui aussi, prédécesseur de B.S. Bernanke à la tête de la Banque Fédérale américaine. Par ailleurs, le nouveau Président du Fonds Monétaire International, Dominique Strauss-Kahn, ainsi que le Président de la Banque Mondiale, Robert Zoellick, sont juifs tous les deux. Et pour couronner le tout, de nombreux dirigeants de grandes banques américaines, ainsi que bon nombre de Prix Nobel d’Economie sont juifs ! De quoi donner le tournis aux adeptes de la paranoïa antijuive et s’imaginer que l’économie du monde « est aux mains des Juifs » !

Pour « étayer » leurs assertions, certains sites font remarquer que, « de manière curieuse, les systèmes économique et bancaire israéliens paraissent pour le moment ne pas subir de plein fouet l’onde de choc de la crise américaine ».

Certains sites spécialisés en économie ou en finance internationale sont assaillis de courrier à caractère antisémite, et les blogs antisémites, issus notamment de milieux européens d’extrême droite, fleurissent.

Comme cité plus haut, l’un des sites - qui appartient probablement à un négationniste allemand - croit savoir que,

« juste avant la crise, la banque Lehman Brothers a transféré 400 milliards de dollars vers les trois principales banques israéliennes : Leoumi, Discount et Hapoalim ».

Ce même site « prévoit» qu’Israël va prochainement devenir « le refuge de nombreux délinquants financiers américains ».

De même, une accusation lourde de sens est lancée contre les juifs sur le site antisémite www.rense.com à propos de la compagnie AIG. Il y est affirmé que Ben Shalom Bernanke, « sioniste extrémiste », a demandé la nationalisation de la compagnie

« pour que ce soit le contribuable américain qui vienne au secours des gangsters sionistes qui sont à l’origine des attentats du 11 septembre »,

citant notamment Morris Greenberg, ancien PDG de AIG !

Autre source d’antisémitisme : la Russie, où, cette fois-ci, ce ne sont pas des blogs privés et anonymes, mais la « Pravda » elle-même, organe officiel du pouvoir, qui écrit que

« les dirigeants français, allemands volent au secours des banques européennes, pour le bénéfice des familles juives du monde bancaire. »

En Espagne, un journal écrit sans honte que

« la crise actuelle est la résultante du capitalisme cruel des élèves sionistes du Prix Nobel de l’Economie, Milton Friedman ».

Bien sûr, et comme en d’autres circonstances, la vague antisémite qui accompagne la crise est aussi alimentée par les déclarations de leaders arabes et du monde musulman, et une profusion de caricatures antisémites moyenâgeuses dans la presse arabe. C’est ainsi que le chef du Hamas à Gaza a mis la crise financière sur « le dos du lobby juif américain », et que le Président iranien Mahmoud Ahamdinejad a pu déclarer qu’« une poignée de sionistes dominent le monde ».

Pour Abe Foxman, le président de l’ADL (Anti Defamation League), « il s’agit vraiment d’une montée en force de l’antisémitisme » et

« l’ADL fait tout pour lutter contre ce phénomène mais aussi pour faire prendre conscience au monde juif et non juif de la gravité de la situation. La situation actuelle met en relief le fait que les anciens préjugés antisémites sont toujours à l’état de veille, et qu’il suffit d’une crise pour les réveiller un peu partout dans le monde ».

Si la crise se poursuit et s’aggrave, toutes ces accusations sur les liens entre le Juif et l’argent redeviendront monnaie courante un peu partout.

 

Shraga Blum

 

Arouts7 en français

 

Mis en ligne le 27 octobre 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org