Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Hamas

Selon le CRIF, au moins un tiers des fonds du Hamas proviendrait de la France
19/01/2009

19.01.2009

Texte repris du Blogue "Vu de Jérusalem"

SOURCE : http://www.crif.org/

Des associations sont soupçonnées d’apporter un soutien financier aux islamistes de Gaza, informe l’Express du jeudi 15 janvier 2009.
Chèques, promesses de dons, virements postaux... Le déclenchement de l’opération israélienne dans la bande de Gaza a eu, en France, un effet immédiat: le Comité de bienfaisance et de secours aux Palestiniens (CBSP) a vu sa collecte de fonds prospérer plus vite qu’à l’ordinaire.
Depuis au moins trois ans, l’association loi 1901, dont le siège est à Paris, réunit chaque année environ 5 millions d’euros. L’argent est ensuite transféré en Egypte, où une autre association s’occupe de l’affecter à des projets humanitaires à Gaza, ainsi que dans les camps palestiniens au Liban.
Selon Israël et les Etats-Unis, le CBSP serait en réalité un financier occulte du Hamas. George W. Bush lui-même a cité comme telle l’association installée en France dans un discours officiel en 2003. De ce côté-ci de l’Atlantique, le CBSP a aussi fait l’objet de soupçons. Mais ils n’ont jamais pu être confirmés. Fondé en 1990 à Nancy par deux étudiants palestiniens, le comité dispose de bureaux à Lille, à Lyon et à Marseille. En 2001, le Crédit lyonnais, qui était alors sa banque, avait signalé à deux reprises au service antiblanchiment du ministère de l’Economie et des Finances, des mouvements de fonds suspects.
L’intérêt porté par les services de renseignement français aux associations caritatives musulmanes d’aide aux Palestiniens s’est renforcé.
Selon Antoine Sfeir, directeur des Cahiers de l’Orient, « au lendemain de la guerre du Golfe, en 1993 et 1994, près de 30 % des fonds collectés par le Hamas provenaient déjà de France ».
 
Photo (logo de l’association CBSP) : D.R.

 

Mis en ligne le 19 janvier 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org