Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)

Devinez qui pleure les Palestiniens morts ? Les Juifs ! Par Dennis Prager
13/01/2009

Extrait : « …dans la confusion morale du monde d’aujourd’hui, seules des milliers de victimes israéliennes sembleraient justifier une invasion "proportionnelle" de Gaza. Mais pour Israël, il est plus important de vivre avec la désapprobation du monde que de mourir avec sa compassion ». (D. Prager).

FrontPageMagazine.com | 13 janvier 2009


Texte original anglais : "
Guess Who Cares About Dead Palestinians? Jews!". 

 

Traduction française : Jean Szlamowicz


Pour ceux qui, suite à l’invasion de Gaza par Israël, arrivent à trouver une équivalence morale entre Israël et les Palestiniens (et il s’agit à peu près de toute la classe journalistique du monde entier), voici quelques idées pour clarifier le débat.

Tout d’abord, il serait très difficile, et même quasiment impossible, de trouver des Israéliens ou d’autres Juifs qui célèbrent la mort des civils palestiniens. Les Juifs d’Israël ou d’ailleurs ressentent un sentiment d’écœurement quand ils voient des images de cadavres d’hommes, de femmes ou d’enfants palestiniens à Gaza. Depuis des milliers d’années, lors des Seder de Pessah, les Juifs retirent le vin de leurs lèvres pour pleurer formellement la mort des Egyptiens lors de l’exode des Juifs (Egyptiens qui les tenaient en esclavage depuis 400 ans). Les Juifs n’ont jamais cessé de pleurer la mort de leurs ennemis.

C’est l’inverse qui est vrai dans le cas d’une grande majorité de Palestiniens. Il serait très difficile de trouver un nombre important de Palestiniens qui ne célèbrent pas la mort des Israéliens juifs et des Juifs non israéliens. Ce ne sont pas seulement les sondages palestiniens qui nous le disent en montrant un soutien majoritaire au terrorisme (et le terrorisme consiste à tuer des Juifs innocents), ce sont aussi les médias palestiniens, les écoles et les mosquées palestiniennes qui passent leur temps à glorifier les assassins de Juifs et à parler de tous les Juifs comme de « singes ».

Prenons par exemple la réaction palestinienne à l’attentat à la bombe de la pizzeria Sbarro à Jérusalem, en 2001 qui causa la mort de 15 Juifs, dont deux familles entières, et 130 blessés [1], dont certains sont handicapés à vie [2]

L’horrible réalité...

Selon l’Associated Press, un mois plus tard, « des étudiants d’université palestiniens ouvrirent une exposition présentant une lugubre reconstitution » de ce massacre. Ces étudiants avaient construit une réplique de la pizzeria Sbarro, avec du faux sang, des bouts de pizzas, une main en plastique pendant du plafond, et une fausse jambe tranchée avec son jean et sa basket noire ensanglantée [3]. L’exposition présente également un gros rocher posé devant un mannequin portant un chapeau et un costume noirs comme en portent les Juifs ultra-orthodoxes. A l’intérieur du rocher, on a placé un enregistrement qui répète : « Ô musulman, il y a un Juif derrière moi. Viens le tuer ! », de manière à paraphraser un verset du Coran [en fait un haddith, ndt]. C’est vite devenu une attraction touristique pour les Palestiniens qui y emmenaient leurs enfants.


...et sa blasphématoire reconstitution palestinienne (photos ajoutées par upjf.org

Voici la question que j’aimerais poser : est-ce que qui que ce soit peut imaginer des Juifs, en Israël ou ailleurs, où que ce soit dans le monde, y compris parmi des radicaux d’extrême droite, réaliser une exposition analogue pour célébrer la mort de civils palestiniens ? J’ai parlé avec des communautés juives de la Côte Est et de la Côte Ouest des Etats-Unis depuis l’invasion de Gaza et je n’ai entendu que regrets et chagrin.

L’abîme moral qui sépare Israël de ses ennemis et qui sépare les Juifs de leurs ennemis, ne fait que confirmer ce que le Hamas ne cesse de dire de lui-même : « nous aimons la mort plus que les Juifs n’aiment la vie ». Cette devise est tellement vraie que le Hamas, non content de ne pas pleurer les morts israéliens, ne pleure pas non plus ses propres morts. Ils utilisent des Palestiniens vivants comme boucliers et des Palestiniens morts comme outils de propagande. Le déséquilibre moral est tel, que les Juifs pleurent davantage la mort de civils palestiniens que le Hamas.

L’autre point que je soulève pose des questions de perspective historique.

Si, durant la Seconde Guerre mondiale, les médias avaient parlé des victimes civiles allemandes et japonaises avec le même luxe de détails et la même empathie qu’ils le font pour les victimes civiles de Gaza, on peut penser que les militaires nazis et japonais n’auraient jamais perdu la guerre. En tout cas, les efforts de guerre anti-nazi et anti-fascistes auraient été sérieusement compromis.

L’analogie est des plus appropriées, car le Hamas se situe au même niveau de moralité que les deux grands ennemis de la Seconde Guerre mondiale. Est-ce que ceux qui condamnent Israël pour ses attaques contre les combattants du Hamas - qui ont provoqué la mort tragique de centaines de civils - condamnent aussi les bombardements alliés des objectifs militaires allemands et japonais, qui ont provoqué des morts civils ? J’imagine que non, car même ceux qui sont critiques envers Israël considèrent, malgré tout, la Seconde Guerre mondiale comme une guerre morale. La question principale est donc de savoir si l’on considère que le combat contre le Hamas est un combat moral.

Si c’est le cas, alors la mort non intentionnelle de civils palestiniens est une tragédie, mais pas une cruauté (sauf de la part du Hamas qui fait exprès de placer ses combattants et ses missiles au sein de la population civile, même dans les écoles).

Troisièmement, si le Hamas avait les mêmes possibilités techniques de bombarder Israël que celles dont Israël dispose à l’encontre de Gaza, est-ce que le nombre de victimes civiles juives serait de quelques centaines ? Ou bien l’holocauste, dont rêvent le Hamas et ses mécènes iraniens, aurait-il bel et bien lieu ?

La réponse est tellement évidente, que cette seule considération fait du combat d’Israël pour détruire le Hamas une guerre morale. D’ici peu, le Hamas disposera de missiles plus précis et de plus longue portée. Avec un seul missile, ce sont des milliers de civils qui pourraient périr. Avec un seul missile, on peut détruire un avion de passagers arrivant à l’aéroport Ben Gourion, faisant ainsi cesser tout trafic aérien des compagnies étrangères vers Israël. C’est le caractère inévitable d’un tel développement, qu’Israël est en train de combattre. Mais dans la confusion morale du monde d’aujourd’hui, seules des milliers de victimes israéliennes sembleraient justifier une invasion « proportionnelle » de Gaza. Mais pour Israël, il est plus important de vivre avec la désapprobation du monde que de mourir avec sa compassion.

 

Dennis Prager

 

© FrontPageMagazine.com

 

-------------------------


Notes de la Rédaction d’upjf.org

 

[1] Voir : "Suicide bombing at the Sbarro pizzeria in Jerusalem - 9-Aug-2001".  Photos.


[2] A ce sujet, voir : "
Souffrance en Terre Sainte: des survivants affrontent l’agonie d’attentats-suicide".


[3]
Video: The Hamas terror exhibition at Nablus University.

 

 

-------------------------


Mis en ligne le 13 janvier 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org