Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)

Rabbi Shear Yashuv Cohen : un modèle de ce que doit être le rôle d’un rabbin, I. Leibler
18/10/2008

Je mets en ligne la traduction de la note biographique qui concluait l’article d’Isi Leibler mis en ligne ici, il y a peu [*]. Elle paraîtra peut-être dithyrambique à certains. Pourtant, les quelques recoupements que j’ai pu faire corroborent, pour l’essentiel, cet éloge. J’ai équipé de liens utiles les termes techniques qu’il contient. J’ai également rédigé une note qui peut aider à comprendre la genèse de la décision d’inviter le Grand Rabbin au synode de l’Eglise catholique sur les Saintes Ecritures [1]. (Menahem Macina).

[*] "Un rabbin courageux parle aux membres du synode catholique".


17/10/08

Source : "A courageous rabbi talks to the Catholic synod".


Traduction française: Menahem Macina, pour upjf.org

 

Rabbi Shear Yashuv Cohen est né en 1927. Il est le dix-huitième descendant d’une famille de rabbins. Il a étudié à la Yeshivah Mercaz haRav et est devenu un proche du Grand Rabbin Abraham Isaac Kook. Il a servi dans la Haganah et, durant la Guerre d’Indépendance, il a pris part, avec le Etzel [Irgoun], aux combats pour Jérusalem, au cours desquels il fut blessé et fait prisonnier de guerre par les Jordaniens.

Par la suite, il fonda l’Institut Ariel, de Jérusalem, pour l’ordination de rabbins en Israël et à l’étranger. Il est devenu Grand Rabbin de Haïfa en 1975, et a gagné l’affection et l’admiration de toutes les communautés, y compris des Juifs laïques et des Arabes.

Rabbi Shear Yashuv Cohen fait preuve d’une douceur et d’une compassion, telles qu’on en rencontre rarement chez ses pairs. Elles s’expriment dans la manière dont il s’efforce de trouver des solutions, conformes à la loi religieuse, aux difficultés personnelles des individus, contrairement à ceux qui affichent leur piété en appliquant les interprétations les plus rigoureuses. Ces qualités se reflètent également dans la manière dont il gère les défis auxquels est confronté le  judaïsme contemporain, tels la conversion, la shmita [réglementation relative à l’obligation de jachère septennale], le divorce et d’autres points de la Halakhah [loi religieuse], qu’il s’efforce toujours, sans compromis avec les principes fondamentaux, d’harmoniser avec les exigences d’un Etat moderne.

En tant qu’ami personnel du Premier ministre, Ariel Sharon, il est intervenu personnellement auprès de lui, sans succès, pour tenter de le convaincre de ne pas procéder au désengagement unilatéral. Plus tard, il a amèrement condamné ce processus en ces termes :

« Je ne puis imaginer une action plus cruelle et plus funeste que celle du gouvernement d’Israël à Goush Katif. » 

Rabbi Shear Yashuv Cohen représente ce qu’il y a de meilleur parmi les sionistes religieux qui ont contribué à former une génération de jeunes qui se consacrent à l’observance religieuse, tout en s’engageant à assumer les sacrifices qu’exige la défense de leur Etat. Rabbi Cohen a toujours cherché à parvenir à un modus vivendi avec les non-observants et promeut le maintien d’une société tolérante. Il l’a dit en mainte occasion :

« Je ne divise pas les Juifs en laïques et religieux. Pour moi, ils sont tous Juifs ».


Isi Leibler

 

© Jerusalem Post

 

------------------------------

Note d’upjf.org

[1] Il se pourrait que le Vatican ait invité le G.R. Shear Yashuv Cohen au Synode sur l’Ecriture Sainte, à cause de la bonne impression qu’il semble avoir faite sur les participants à la 7e réunion du Comité bilatéral de la Délégation pour les Relations avec l’Eglise catholique du Grand Rabbinat de Jérusalem et de la Commission du Saint-Siège pour les Relations religieuses avec le Judaïsme, qui a eu lieu à Jérusalem, du 11 au 13 mars 2008, sur le thème : « Les libertés de religion et de conscience et leurs limites » (dont un bref compte-rendu figure ici). En effet, Rabbi Shear Yashuv Cohen en assurait la présidence, conjointement avec le cardinal Jorge Mejía. On peut lire également d’intéressants détails biographiques peu connus sur la jeunesse du Grand Rabbin et sur son extrême dévotion religieuse, dans l’article de John L. Allen Jr, "Synod: A Rabbi, a Jesuit and the Pope walk into a bar". [Note de M. Macina].


------------------------------


Mis en ligne le 17 octobre 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org