Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Mouvements d'idées, Groupes d'influence, etc.

Le front des ONG dans le conflit de Gaza. L’exemple d’Oxfam (NGO Monitor)
09/01/2009

Traduction de la version originale anglaise mise en ligne sur notre site [*]. Notre reconnaissance va au traducteur qui accomplit bénévolement et avec une grande compétence un travail inestimable. (Menahem Macina).

[*] "The NGO Front in the Gaza War: Oxfam".

09/01/09

 

Traduction française : Jean Szlamowicz pour upjf.org

Pour le rapport complet, cliquez ici.

Entre le lancement de l’opération "Plomb fondu" à Gaza par Israël le 27 décembre et le 8 janvier 2009, 35 ONG se réclamant des droits de l’homme et de l’humanitaire ont publié plus de 132 communiqués concernant les combats, et ce chiffre ne cesse d’augmenter. Ces communiqués révèlent une partialité considérable, une subjectivité qui fait deux poids deux mesures, condamne quasi exclusivement Israël, omet les droits de l’homme et les victimes du côté israélien, ou passe rapidement sur leur évocation.

Derrière une façade de moralisme universaliste, ces ONG exploitent le lexique du droit international et gomment notamment les violations du droit humanitaire commises par le Hamas, en particulier, son usage de boucliers humains.

Ces textes font partie intégrante de la guerre "douce" qui est engagée contre Israël - parallèlement à la version "dure", celle des roquettes et des attentats terroristes - et reflètent une perspective idéologique particulière, qui focalise les regards de manière excessive sur ce conflit.

Dans un contraste édifiant, on constate que de nombreuses ONG restent totalement silencieuses sur les violations des droits de l’homme dans le reste du monde, durant la même période. Par exemple, le 27 décembre (qui correspond au début de l’opération israélienne), 189 habitants d’un village ont été massacrés par des rebelles ougandais au Congo. Pourtant, aucune des principales ONG n’a rédigé de compte-rendu sur ce massacre.

NGO Monitor établit une liste de ces communiqués pour apporter un état des lieux des efforts de ces ONG en matière de relations publiques concernant ce qui se passe à Gaza. Afin de donner un coup de projecteur sur certaines ONG, la rubrique de NGO Monitor « Le front des ONG » choisira, chaque jour, une ONG différente en commençant aujourd’hui par le rôle d’Oxfam.

 

Oxfam : Des attaques disproportionnées… envers Israël !

Oxfam est financé par l’Etat britannique ; la branche américaine d’Oxfam a reçu 9 millions de dollars de la Fondation Ford en 2007.

  • Suite à la prise du pouvoir par le Hamas à Gaza et à la montée en puissance des attaques de roquettes contre les civils israéliens en 2007, Oxfam a joué un rôle de premier plan dans la campagne menée par différentes ONG contre la politique israélienne à Gaza, accusant Israël de procéder à un « siège illégal », d’infliger « une sanction collective », et de « poursuivre l’occupation ». Cette campagne a contribué au conflit lui-même et a donné aux dirigeants du Hamas l’assurance d’un soutien international pour ses activités terroristes.
  • Oxfam a publié huit communiqués depuis le 27 décembre [2008], et a créé une page spéciale sur son site, consacrée au conflit.
  • Ces communiqués incluent des assertions juridiques fallacieuses, telles que l’idée qu’Israël est coupable « d’un usage disproportionné de la force » et « d’une [politique de] sanction collective illégale ».
  • En toute impudeur morale, Oxfam met sur le même plan les attaques à la roquette, perpétrées de manière délibérée par le Hamas contre les civils israéliens, et la légitime défense exercée par Israël (un droit qui est garanti par l’article 51 de la Charte des Nations Unies).
  • Oxfam reprend les accusations palestiniennes, cent fois rabâchées, selon lesquelles Israël aurait créé une crise humanitaire, malgré les preuves détaillées du contraire, fournies par la Banque Alimentaire Mondiale.
  • Oxfam utilise ces assertions dans un but politique clairement anti-israélien, et demande notamment une pression diplomatique accrue, exigeant aussi de l’Union Européenne et d’autres institutions mondiales qu’elles suspendent leurs accords avec Israël. Aucune exigence similaire n’a été formulée envers le Hamas, l’Autorité Palestinienne, l’Egypte ou l’Iran.

 

Pour approfondir:

"EU and NIF-funded NGOs Lead Condemnations in Gaza Conflict ," NGO Monitor, (Updated daily)

"Did Israel Use "Disproportionate Force" in Gaza?" Dore Gold, Jerusalem Viewpoints, Vol. 8, No. 16, 28 December 2008

"International Law and the fighting in Gaza ," Justice Reid Weiner and Avi Bell, MESI, December 29, 2008

 

Pour le rapport complet de NGO Monitor, avec les citations des textes publiés par Oxfam, cliquez ici.

 

© NGO Monitor

 

Mis en ligne le 9 janvier 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org