Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Bronca sur Internet après la levée des excommunications, Céline Hoyeau
27/01/2009

L’annonce de la levée des excommunications prononcées en 1988 suscite une vague d’émoi et de colère dans la blogosphère et sur les forums chrétiens.

Texte repris du site de La Croix.

Blogpulse, outil de mesure des discussions en ligne édité par Nielsen BuzzMetrics, mettait en évidence lundi 26 janvier, un pic impressionnant de l’utilisation du mot « excommunication » dans la blogosphère : 0,02% de tous les billets de blogs ont abordé le sujet depuis jeudi dernier, soit 10 fois plus qu’en temps normal. 

L’annonce de la levée des excommunications des quatre évêques intégristes ordonnés en 1988 par Mgr Lefebvre a soulevé une véritable tempête sur Internet, où blogs et forums se sont faits l’écho de réactions vives.

Ainsi du forum « Le Vatican et les intégristes » de La Croix, assailli par les internautes samedi 24 et dimanche 25 janvier. Plus de 150 commentaires ont été postés en deux jours. Certains exprimaient leur satisfaction : « Félicitations au pape Benoît XVI d’avoir le courage, malgré toutes les critiques dans les médias notamment, de réhabiliter par étapes la Fraternité Saint-Pie-X au sein de l’Eglise », écrit Claudine.

Mais pour la majorité d’entre eux, les forumeurs de La-croix.com ont fait part de leur déception et de leur colère. « Cette décision me choque et je ne comprends pas l’ordre de priorité du pape. Il y a tellement à faire concernant le dialogue entre les religions, l’engagement auprès des plus démunis, le dialogue avec notre société, etc. », déplore Monalisa.

"Je ne comprends pas l’ordre de priorité du pape"

"J’avoue qu’en cette semaine de l’Unité des chrétiens, malgré toute ma bonne volonté pour poursuivre la réconciliation luthéro-catholique magistralement initiée par Jean-Paul II, je suis pour le moins troublé par la nouvelle de la réintégration dans l’Eglise catholique d’évêques traditionalistes qui comptent un négationniste parmi eux", écrit pour sa part Christophe Brousse.

Si le P. Nicolas Buttet, fondateur de la Fraternité Eucharistein, salue un geste du pape « prophétique sous l’angle de la miséricorde », il s’avoue « profondément déçu de l’attitude de Mgr Fellay qui s’entête dans sa démarche » : Mgr Fellay « interprète la levée de l’excommunication non comme Benoît XVI la présente, mais comme une confirmation de (sa) démarche, écrit-il. Il faut rappeler à cet homme que c’est l’orgueil qui nous damne ».

"Le Pape Benoît XVI nous rappelle, s’il en était besoin, que ce qu’un pape fait, un autre le défait, ce qu’un pape accepte, un autre le refuse. C’est une grande leçon de relativisme qui nous est ici donnée, ironise Nathanaël Barth. Bientôt seront ordonnés des hommes mariés, des femmes (...) et si, par hasard, certains voulaient dès à présent ordonner ces personnes qui ne peuvent l’être aujourd’hui en raison des règles canoniques actuelles, eh bien demain ils seront félicités et reconnus (…). N’ayons plus peur des foudres du Vatican ! Rien n’est impossible à Dieu. Yes we can !" « Je ne me sens plus "catholique" et envisage sérieusement de quitter cette Eglise », avance même Stéphane, repris par MPagnier et d’autres forumeurs.

Même son de cloche sur les forums de Croire.com : "Revenir plus de 45 ans en arrière (pas tout à fait pour la fin du Concile qui a eu lieu en 1965), franchement, c’est, vraiment, un "grand bond en avant" comme le disait feu Mao, qui se traduit, dans les faits, par un "grand bond en arrière"...", écrit Annie. "C’est dans ce genre de moment qu’on a intérêt à avoir une foi bodybuildée", lui répond Tagliatelle.

Incompréhension

De nombreux billets soulignent leur incompréhension à l’égard de l’évêque négationniste concerné par le décret du 24 janvier. « Le passé de Lefebvre n’efface pas les déclarations actuelles du négationniste Williamson qui, lui, est bien vivant et persiste et signe », estime Perplex sur le forum de La-croix.com. « Dire que tout ça va se tasser !! Allons-nous faire le gros dos, une fois de plus, avec notre arête dans la gorge, comme dit Mgr Vingt-Trois ? Pour moi, contrairement à lui, elle m’"empêche" de respirer (…). Il ne suffit pas de clamer notre indignation dans de tels forums », fulmine Perplex, appelant à lancer une pétition.

Jérôme Perrin, directeur de recherche chez Renault et étudiant en théologie, publie, toujours sur le forum de La-croix.com, l’extrait d’une lettre envoyée le 25 janvier au cardinal Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France : « J’attends de vous une déclaration condamnant fermement les propos de Richard Williamson, et une action (...) pour demander que Richard Williamson soit suspendu en tant qu’évêque, condamné publiquement par l’Eglise et appelé à une repentance publique. Si rien de tel ne devait se produire dans les prochaines semaines, je considèrerais que la communion ecclésiale au sein de l’Eglise catholique est gravement atteinte et je serais moi-même devant un grave cas de conscience quant à mon identité de catholique... ». 

Sur Facebook, un groupe a été lancé dimanche pour protester contre la réhabilitation de Mgr Williamson.

Modération

Certains tentent de modérer les réactions et de donner des explications aux internautes. « Le pape ne pouvait-il pas condamner fermement cette brebis égarée au lieu de la réintégrer dans le giron de l’Eglise ? Certes. Mais le pape peut-il sélectionner les bons et les mauvais catholiques en fonction de leurs opinions politiques, même les pires – sauf à être accusé, alors, de rétablir l’Inquisition ? », interroge le journaliste et blogueur Bernard Leconte.

Le blogueur politique Koz tente, dans un premier temps, de se faire l’avocat d’une Eglise passionnée d’unité, pour qui « la division est comme la marque d’un échec manifeste, comme une trahison de la volonté de Dieu » : « Pourquoi le Pape s’obstine-t-il à se réconcilier avec les intégristes ? s’interroge-t-il. C’est vrai, quoi : sur les 1.115.000.000 de catholiques, ils sont une minorité et ils ne nous apportent que des emmerdes. On reviendra sur le cas Williamson, mais comme emmerde, celle-là, c’en est une copieuse. Mais il se trouve que l’Eglise catholique a cette manie de vouloir rechercher l’unité. On peut discuter des conditions de cette unité, mais le fait est qu’elle la recherche ». Avant d’avertir : « Si je dis que "plus tendue, la main, tu meurs", c’est que Benoît XVI devra prendre garde de ne pas susciter, par des concessions excessives, d’autres ruptures dans l’Eglise. Susciter un schisme, éventuellement silencieux, pour en résorber un autre ne serait pas un bon calcul »…

« Avant que la bronca prévisible n’étouffe toute réflexion et n’entrave l’accueil filial que l’on doit aux décisions du Saint-Père, ne faut-il pas se placer d’abord dans la perspective qui est (celle du pape), celle d’une priorité absolue donnée à la recherche de l’unité ? » relève, pour sa part, le think tank Liberté politique. « Les clivages internes de la communauté lefebvriste et les questions que pose sa survie étant notoires, ne convient-il pas de « donner du grain à moudre » à ceux qui, en son sein, sont réellement disposés à rechercher la communion ? », avance le rédacteur du billet daté du 23 janvier. Et de souligner qu’« avec la nouvelle génération, les perceptions étant plus apaisées et les frontières souvent plus floues, la question de l’unité peut être abordée plus sereinement. Faut-il prendre le risque de laisser se creuser une division qui serait considérée comme irréversible et dont les perspectives de sortie s’estomperaient au fil du temps qui passe ? »

Non possum

Pas si sûr, à en lire un jeune laïc de la génération Jean-Paul II, Matthieu Grimpret, essayiste, auteur de La Révolution de Dieu – Jeune, catholique et heureux de l’être (Anne Carrière, 2000), qui publie une tribune intitulée « Honte d’être catholique » sur La-Croix.com : « Je suis un esprit libéral, certes, mais dans un corps conservateur ; l’obéissance à l’autorité légitime est, pour moi, une question de principe (…) Mais là, désolé, non. Non possum ». « Le personnel de l’Eglise donne au monde la détestable impression que, pour les catholiques, il vaut mieux être antisémite que divorcé… »

Peu de prêtres blogueurs avaient réagi lundi. « Ma première réaction fut partagée entre incompréhension et colère, écrit le P. Sylvain Brison, du diocèse de Nice, sur son blog. Beaucoup ont l’impression que tout effort de réconciliation est fait du côté de Rome, sans que la FSSPX (ndlr : Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X) fasse de concession. Cette impression est malheureusement fondée », explique-t-il dans un long billet. « Cette situation a le mérite de nous renvoyer sur nos propres enjeux spirituels », ajoute-t-il, pour les uns, avant de souligner concernant Vatican II, pour les autres : « Dogmatiquement il est impensable qu’il puisse y avoir un « retour en arrière ». « La discussion qui pourrait s’ouvrir – espérons-le – avec la FSSPX ne pourra faire l’économie de cette question de fond qui perturbe les relations par des non-dits et qui est à la vraie racine du schisme. »

Céline HOYEAU

© La Croix-Forum

 


Mis en ligne le 27 janvier 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org