Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Hamas

Hamas exige d’Abbas que l’Autorité Palestinienne cesse les pourparlers de paix avec Israël
26/01/2009

25/01/09

Associated Post, The Jerusalem Post

Texte original anglais : "Hamas to Abbas: End talks with Israel".

 

Traduction française : Menahem Macina

 

L’un des officiels de haut rang du Hamas a déclaré, dimanche, que l’Autorité palestinienne doit mettre un terme aux pourparlers et à la coordination sécuritaire avec Israël, si elle espère se réconcilier avec le Hamas.

Osama Hamdan a aussi promis solennellement que le Hamas continuerait à faire entrer des armes à Gaza, malgré le blocus israélien du territoire côtier.

Les remarques de Hamdan sont de nature à compliquer les efforts arabes pour réconcilier le groupe islamique, qui contrôle Gaza, et la faction du Fatah, dirigée par le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, qui gouverne la Cisjordanie.

Hamdan est le représentant du Hamas au Liban et c’est un proche du haut dirigeant Khaled Mashaal, qui réside à Damas.

Ses dures conditions ont été émises une semaine après qu’Israël ait mis fin à une offensive de 23 jours destinée à faire cesser les tirs de roquettes du Hamas, opération qui a tué environ 1 300 personnes. 13 Israéliens ont également trouvé la mort.

Saeb Erekat, un haut conseiller de Abbas, a rejeté les déclarations de Hamdan et affirmé que les discussions devaient avoir lieu sans conditions. Il a déclaré à Associated Press :

« Ce qui est important, c’est de mettre fin à la division et de constituer un gouvernement d’union nationale pour mener à bien la reconstruction de Gaza. Toutes les factions palestiniennes devront participer au dialogue sous l’égide de l’Egypte sans aucune condition. »

Le Hamas a enlevé, par la force, le contrôle de Gaza aux forces du Fatah, laissant les Palestiniens divisés entre deux gouvernements. Pour aider à reconstruire la bande côtière sinistrée, les fonctionnaires arabes cherchent à apaiser le désaccord entre les Palestiniens et à les rassembler, une fois de plus, sous un gouvernement unifié.

Dans une allocution prononcée au cours d’un rassemblement à Beyrouth, Hamdan a dit que son organisation acceptait volontiers un dialogue inter-palestinien, mais qu’elle liait la réconciliation avec le Fatah à la cessation, par l’Autorité Palestinienne, des pourparlers de paix avec Israël, et à son soutien à la résistance armée contre l’Etat juif.

« Nous déclarons clairement », a-t-il dit, « que nous accueillons volontiers un dialogue palestinien national, mais ce dialogue doit inclure ceux qui appartiennent réellement à la Palestine et à la cause palestinienne. »

Les fonctionnaires du Hamas ont accusé le gouvernement de Abbas de travailler avec Israël contre leur organisation. Hamdan a dit :

« Ceux qui ont commis des erreurs doivent corriger leurs erreurs en déclarant clairement et franchement, qu’ils cessent la coordination sécuritaire avec l’occupation [israélienne], qu’ils exigent la libération des prisonniers [du Hamas], et qu’ils mettront fin, plus tard, aux négociations [avec Israël], parce que le processus de paix est irréversiblement fini. »

Et d’ajouter :

« Il est temps pour nous de parler d’une réconciliation fondée sur un programme de résistance en vue de libérer le territoire [occupé] et de récupérer [nos] droits. »

L’Autorité Palestinienne a mené des pourparlers de paix avec Israël durant plus d’un an.

Le Hamas est considéré par les Etats-Unis et Israël comme un groupe terroriste. Il s’est juré de détruire Israël, une posture qui a conduit les efforts internationaux à isoler Gaza sous son autorité.

Les dirigeants du Hamas qui prétendent avoir remporté la "victoire" dans la guerre de Gaza, exigent que le Hamas seul ait le contrôle des dons versés pour reconstruire Gaza, affirmant qu’on ne peut faire confiance au Fatah pour gérer l’aide.

Dans son discours de dimanche, Hamdan, a promis solennellement que le Hamas continuerait à faire entrer des armes à Gaza, malgré le blocus israélien et les offres internationales d’aide à la prévention de la contrebande d’armes. Et d’affirmer :

« C’est notre droit que d’acquérir des armes. Nous continuerons à en faire venir à Gaza et en Cisjordanie. »

Hamdan a affirmé que depuis que le cessez-le-feu a pris effet, dimanche dernier, le Hamas a commencé à reconstituer son arsenal et à moderniser les armes qu’il possède.

Il a également dit que l’envoi de navires de guerre pour empêcher la contrebande d’armes vers Gaza n’affecterait pas la force militaire du Hamas.

 

© Associated Post, The Jerusalem Post

 

Mis en ligne le 26 janvier 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org