Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Après la levée de l’excommunication des Evêques d’Econe par Benoît XVI, Abbé R. Arbez
27/01/2009

27/01/09

 

Les réactions qui se manifestent de divers côtés et en tous sens, tant chez les chrétiens que chez les juifs, démontrent la gravité de l’enjeu. Ce geste du pape Benoît XVI est-il compris ? Cela ne semble pas être le cas.

Beaucoup imaginent que le Vatican va désormais intégrer la pensée des Lefebvristes dans sa posture envers les juifs. C’est un non-sens absolu : Nostra Aetate restera la référence immuable pour les temps à venir, et toute la dynamique renouvelée des relations judéo-catholiques de ces quarante dernières années continuera de porter ses fruits d’estime, d’amitié, d’étude commune de l’Ecriture et des traditions respectives. L’exégèse récente, avec son insistance sur la judéité de Jésus, des premiers apôtres, et de la doctrine apostolique initiale, consolide d’ailleurs les acquis des nouvelles relations entre catholiques et juifs.

Certains ont cru décrypter que par sa décision, le pape préférait aujourd’hui l’unité des catholiques au dialogue judéo-chrétien. Cette interprétation ne résiste pas un instant à l’examen. En effet, sur quoi se fonde le dialogue authentique et respectueux entre communautés? C’est la vérité qui est à la base de tout dialogue ; or, c’est précisément ce souci de vérité qui implique, pour Benoît XVI, de faire en sorte que les fidèles de sensibilité traditionnelle ne soient pas exclus de la communion catholique, laquelle étant par elle-même unité dans la diversité.

Des organisations juives ont réagi en se sentant mises en danger par la levée de l’excommunication des Lefebvristes. Mais la position antérieure du Saint Siège n’a pas changé après ce geste d’ouverture, qui n’est que le début d’un processus de réintégration dépendant formellement de certaines exigences.

Des juifs athées ne demeurent pas exclus de la communauté juive en raison de leur athéisme, les portes de la synagogue leur restent ouvertes. Des juifs antisionistes ne sont pas interdits de séjour en Israël, pays démocratique, ils ne sont pas refoulés à l’aéroport. Pourquoi des chrétiens traditionalistes resteraient-ils considérés comme des pestiférés, alors même que des hommes d’Eglise les rejetaient, sans hésiter, par ailleurs, à donner la parole à des militants marxistes ou à des imams occidentophobes ?

En réalité, le pape Benoît XVI fait montre d’un certain courage pastoral en levant le verrou de l’excommunication aux Lefebvristes. Alors qu’ils l’ont insulté, calomnié, déformé sa pensée de manière sectaire, il leur manifeste aujourd’hui la mansuétude de l’Eglise. Il ne cautionne en rien leurs idées excessives, souvent insupportables en ce qui concerne les juifs. Par conséquent, Benoît XVI est aux antipodes de la pensée consternante d’un Mgr Williamson, l’ex-prêtre anglican négationniste. (Il est d’ailleurs intéressant de se demander pourquoi la vidéo a été mise dans le circuit juste après l’annonce de la levée d’excommunication…) [1].

Les catholiques romains sont un milliard deux cent millions dans le monde. Les intégristes de Mgr Lefebvre, deux cent mille. Le magistère – pas plus que le dialogue entre personnes de bonne volonté – ne sont en rien menacés par la levée de l’excommunication d’un groupe si marginal.

Déjà Paul VI et Athénagoras avaient fait ensemble un geste symbolique de levée  d’excommunication historique entre catholiques et orthodoxes, comme témoignage d’un engagement courageux vers l’unité.

La décision de Benoît XVI pose les bases d’un processus réciproque de reconnaissance. Pour que la finalité soit atteinte, un chemin exigeant reste à faire, il n’est pas sûr qu’il puisse aboutir, mais le message d’espoir a été donné.

En revanche, la fraternité fondamentale retrouvée entre chrétiens et juifs a toutes les chances de poursuivre sa marche en avant, pour autant que la confiance soit aux rendez-vous. A nous tous d’en assurer les meilleures conditions, sans nous faire piéger par les idéologies !

 

© Abbé Alain René Arbez


---------------------------


Note d’upjf.org


[1] Selon le Journal Libération ("Le pape aurait réhabilité Richard Williamson, évêque négationniste", 22 janvier 2009), certains des propos rapportés par la presse ont été tenus le 21 janvier par l’évêque négationniste, au cours de l’émission «Uppdrag gransning» (mission investigation), programme hebdomadaire de la télévision publique suédoise SVT. Toujours selon Libération, "le producteur de l’émission Uppdrag gransning, Lars-Göran Svensson, a expliqué à l’AFP que la diffusion de cet entretien était une «pure coïncidence» avec les informations de la presse italienne. Notre journaliste est allé enregistrer l’émission en Allemagne en novembre dernier. L’évêque était d’accord avec cet entretien et nous n’avions pas connaissance hier de la décision du pape», a-t-il dit." 

 

---------------------------


Mis en ligne le 27 janvier 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org