Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Texte de la Note de la Secrétairerie d’Etat concernant les intégristes et l’évêque négationniste
05/02/2009

 

Texte publié par la Salle de Presse du Vatican, le 5 février 2009.

 

NOTE DE LA SECRETAIRERIE D’ETAT

 

CITE DU VATICAN, 5 FEV 2009 (VIS). Hier après-midi la Secrétairerie d’Etat a diffusé la note suivante:

 

« A la suite des réactions qui ont suivi le récent décret de la Congrégation pour les évêques levant l’excommunication des quatre évêques de la Fraternité St.Pie X et les déclarations négationnistes ou réductionnistes de Mgr.Williamson à propos de la Shoah, il est apparu nécessaire de préciser certains points:

 

1. La levée de l’excommunication

Comme cela a déjà été expliqué, le décret du 21 janvier constitue un geste de bonne volonté du Saint-Père, répondant aux sollicitations présentées plusieurs fois par le Supérieur général de la Fraternité. Le Pape a ainsi voulu éliminer l’obstacle qui empêchait l’ouverture du dialogue. On attend désormais qu’une disponibilité semblable soit exprimée par les quatre évêques, en adhésion totale à la discipline de l’Eglise.

La grave sanction de l’excommunication latae sententiae encourue par ces prêtres, le 30 juin 1988, confirmée formellement le 1er juillet suivant, découlait de leur ordination épiscopale illégitime par Mgr Lefebvre. Si la levée de la sanction les libère d’une sanction canonique, cela ne change rien à la situation juridique de la Fraternité St Pie X, qui ne jouit d’aucune reconnaissance canonique au sein de l’Eglise catholique. Quoique libérés de l’excommunication, ces quatre évêques n’exercent pas de fonctions canoniques dans l’Eglise et leur ministère est illicite.


2. Tradition, doctrine et concile

La condition indispensable à une reconnaissance de la Fraternité est l’adhésion au concile Vatican II, ainsi qu’au magistère de Jean XXIII, Paul VI, Jean-Paul I, Jean-Paul II et Benoît XVI. Comme le précise le décret du 21 janvier, le Saint-Siège ne manquera pas, selon les modalités retenues opportunes, d’approfondir avec les intéressés les questions demeurant ouvertes, de manière à trouver une solution complète et satisfaisante des raisons d’une fracture aussi douloureuse.


3. Déclarations à propos de la Shoah

Parfaitement inacceptables, les positions de Mgr Williamson à ce sujet sont fermement rejetées par le Saint-Père, comme il l’a lui-même souligné le 28 janvier dernier. A cette occasion, le Pape a évoqué nos frères destinataires de la Première Alliance [les Juifs], déclarant que le souvenir de ce monstrueux génocide devait pousser l’humanité à réfléchir sur l’incroyable puissance du mal lorsqu’il a conquis le coeur de l’homme. La mémoire de la Shoah, avait ajouté le Pape, doit être pour tous un avertissement contre l’oubli, le négationnisme ou le réductionnisme, car la violence contre un seul homme signifie la violence contre tous les hommes.

Dans la perspective d’une admission à des fonctions épiscopales dans l’Eglise, Mgr Williamson devra également revenir publiquement et sans équivoque sur des propos que le Saint-Père ignorait au moment de la levée de son excommunication.

Le Pape demande que tous les fidèles s’unissent à ses prières afin que le Seigneur éclaire le cheminement de l’Eglise. Puisse l’implication des pasteurs et des laïcs se renforcer dans le soutien à la délicate mais imprescriptible mission du Successeur de Pierre, gardien de l’unité au sein de l’Eglise. »

 

SS/PEXCOMMUNICATIONS:LEFEBVRE/... VIS 090205 (490)   

 

© Service de Presse du Vatican

 

Mis en ligne le 5 février 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org