Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

Défense : Un géopoliticien congédié pour son support aux théories du complot
06/02/2009

Hervé Morin : "Sur onze pages [du "Point"], on nous parle d’un complot israélo-américain imaginaire visant à la conquête du monde. Quand j’ai appris cela mardi soir, j’ai donné pour consigne au général Desportes, le directeur du Collège interarmées de défense [le supérieur de M. Chauprade], de ne pas conserver ce monsieur Chauprade dans son corps enseignant. Il n’a absolument rien à faire à l’École militaire".

05/02/09

Aymeric Chauprade, professeur au Collège interarmées de défense, conforte de son autorité "scientifique" les théories complotistes sur le 11 Septembre 2001

Le ministre français de de la Défense, Hervé Morin, n’aura pas tardé à réagir à l’article du Point paru cette semaine, pointant la complaisance apparente d’Aymeric Chauprade, titulaire de la chaire de géopolitique du CID ( Collège interarmées de défense , anciennement École de guerre), vis-à-vis des thèses conspirationnistes relatives aux attentats du 11 Septembre 2001.

En arrivant sur le porte-avion Charles de Gaulle qui navigue au large de Toulon, Hervé Morin a déclaré jeudi au Point : "J’ai découvert un texte au travers duquel passent des relents inacceptables. Sur onze pages, on nous parle d’un complot israélo-américain imaginaire visant à la conquête du monde. Quand j’ai appris cela mardi soir, j’ai donné pour consigne au général Desportes, le directeur du Collège interarmées de défense [le supérieur de M. Chauprade], de ne pas conserver ce monsieur Chauprade dans son corps enseignant. Il n’a absolument rien à faire à l’École militaire". Une décision à valeur de renvoi pour Aymeric Chauprade.

Aymeric Chauprade est un géopoliticien qui ne cache pas ses convictions. Directeur de campagne de Philippe de Villiers aux européennes de 2004, en charge de la Revue française de géopolitique, il est très réservé sur l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, et a planché en juillet 2007, parmi d’autres intervenants aux idées affirmées, lors des Universités d’été du mouvement Renaissance catholique sur le thème : " le nationalisme est-il un péché ? " Il s’est montré critique sur le récent Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, ce qui ne manque pas de courage pour un enseignant censé se trouver en phase avec la politique de défense nationale.

Chroniqueur expert au Figaro, auteur prolifique dont les livres sont acquis chaque année à des centaines d’exemplaires par nombre d’écoles militaires, il a récemment publié un gros ouvrage très illustré sur le thème du choc des civilisations, cher à l’Américain Samuel Huntington décédé le mois dernier. Logiquement, s’agissant d’un spécialiste de géostratégie, Aymeric Chauprade s’intéresse au monde de "l’après-11-septembre", dont il décline les évolutions d’une manière conforme à sa conception politique. Certes, c’est son droit. C’est tout juste si l’on se demande s’il est logique que le ministère de la Défense confie à un idéologue aux convictions aussi affichées, la chaire de géopolitique du CID ( Collège interarmées de défense, anciennement École de guerre).

Rappelons que tous les officiers français promis à un avenir d’encadrement dans les armées, mais aussi de très nombreux officiers étrangers, soit plusieurs centaines de cadres militaires chaque année , suivent son enseignement à l’École militaire, à Paris.

Or, il se trouve que ce professeur affiche dans son livre une perception pour le moins curieuse des attentats du 11-septembre. Dans son introduction générale qui s’étend sur dix pages, il présente les théories du complot qui foisonnent autour de cet événement, comme "une hypothèse qui ne manque pas d’arguments à défaut de forcément convaincre". Cette "hypothèse" étant en réalité la vision de "ceux qui pensent qu’un machiavélique complot américano-israélien a été le point de départ d’une guerre américaine contre le reste du monde". Le point de vue est-il balancé, les sources contradictoires ? Non. Des recherches personnelles de celui qui se présente comme ayant "puissamment contribué à la renaissance des études géopolitiques en France" viendraient-elles conforter des sources inédites, des travaux scientifiques incontestables, sur ce prétendu complot ? Pas davantage. Le lecteur a seulement le droit à une compilation complaisante et sans recul, le plus souvent à l’indicatif.


Autorité "scientifique"

L’attaque des tours jumelles du World Trade Center de New York et du Pentagone par des terroristes préparés par al-Qaïda ? "Le nouveau dogme du terrorisme mondial", une "version officielle", donc sujette à caution. Au World Trade Center, "l’incendie n’a pas été si violent que le prétend la commission d’enquête". "L’onde de choc n’a pas pu provoquer l’effondrement. (...) Seule une démolition contrôlée par des explosifs permet d’obtenir un effondrement aussi rapide et parfait." Le reste est à l’avenant.

Ce qui pose problème sous la plume de cet enseignant qu’on penserait enclin à une certaine rigueur, c’est qu’il conforte de son autorité "scientifique" ces théories complotistes qu’il ne conteste pas, avec lesquelles il ne prend pas de distance. Un seul exemple : il prend à son compte la fable accusant George W. Bush et/ou les services secrets américains d’avoir organisé les attentats pour justifier une entrée en guerre. Cette version voudrait qu’il existât un "mystère" autour de l’effondrement du bâtiment 7 du World Trade Center, lequel a été détruit sans avoir été touché par un avion. Alors que les services officiels américains ont pris la peine de répondre à ces questions, dans un document publié le 21 août dernier, le professeur Chauprade ne cite pas cette source dans son ouvrage imprimé en décembre 2008 ! Comment s’en étonner, puisque la bibliographie qu’il propose sur ce sujet comprend sept sources univoques, toutes favorables à la thèse du complot ?

À la fin de ces dix pages intégralement biaisées, l’auteur se pose une question : "Comment une telle conspiration n’a-t-elle pas pu être démasquée dans un pays où tant de contre-pouvoirs peuvent jouer ?" Mais c’est tout simple, professeur : elle n’a pas existé !

(Source : Jean Guisnel)

© DR

Texte repris des Brèves de l’Upjf (document pdf.)