Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

À propos d’une décision romaine, Michel Remaud
06/02/2009

Comme pour l’article d’Allafort, j’ai choisi, contrairement à mes habitudes éditoriales, d’adjoindre à cet article les commentaires actuellement en ligne. (Menahem Macina).

26 janvier 2009

L’émotion soulevée par la récente levée d’excommunication de quatre évêques schismatiques invite à proposer sur ce sujet quelques brèves réflexions, qui ne prétendent évidemment pas épuiser le sujet.

Première remarque : une fois de plus, l’opinion a réagi au quart de tour à des dépêches d’agences. Dans notre société où le virtuel tend à remplacer le réel, l’événement n’est pas ce qui se passe, mais ce qu’on en dit. Il suffit d’aller se promener sur les forums des différents journaux pour constater que beaucoup ont compris ainsi la décision romaine : le pape ouvre les bras aux négationnistes. Il faut donc rappeler que la décision de levée d’excommunication ne se réduit pas au cas Williamson, et que la décision romaine n’est pas une absolution donnée à l’un des quatre évêques schismatiques pour son antisémitisme. Il n’est pas non plus question de « réhabilitation », comme on a pu le lire ici ou là. Réhabiliter signifie : « Rendre (à un condamné) ses droits perdus et l’estime publique, en reconnaissant son innocence. » (Petit Robert). Pour que l’usage du mot de réhabilitation soit ici approprié, il faudrait admettre que l’excommunication aurait été en quelque sorte une erreur judiciaire et que le pape actuel désavouerait son prédécesseur, ce qui est d’autant moins le cas que le Cardinal Ratzinger avait été étroitement associé à la décision de Jean-Paul II. Par ailleurs, l’évêque en question n’était pas évêque avant d’être excommunié. Il n’est donc pas question de lui rendre des droits qu’il n’a jamais eus. Cette levée d’excommunication n’est qu’une première étape d’un processus dont l’issue n’est pas certaine. Sur chacun de ces points, les précisions données par le journal La Croix peuvent apporter d’utiles compléments aux dépêches de l’AFP, ainsi que sur la question de savoir pourquoi il était important, pour Rome, de ne pas dissocier les quatre évêques (Michel Kubler : "C’est un pas spectaculaire, mais le dialogue doit maintenant s’ouvrir" et Comment le pape ouvre la porte aux intégristes).

À mon avis, la question de fond soulevée par toute cette polémique est : la relation à Israël fait-elle partie des éléments non négociables de la vie de l’Église ? Il est évident qu’on n’aurait pas levé l’excommunication si les intégristes avaient nié un dogme, comme par exemple celui de la nature divine du Christ. Si la relation à Israël est une question secondaire, cela signifie-t-il que, quarante ans après le dernier concile, on ferait peu de cas de Nostra Ætate ? Mais si elle ne l’est pas, faut-il excommunier tous les bons catholiques qui n’ont pas lu cette déclaration conciliaire, et tous ceux qui n’aiment pas les Juifs ? Comme le faisait remarquer un lecteur ici même, la greffe Nostra Ætate n’a pas pris. Pour la plupart des catholiques, la question de la relation théologique au peuple juif est complètement recouverte par la question politique, généralement présentée comme humanitaire. Le « bon chrétien » est celui qui est solidaire, au moins en paroles, des pauvres et des opprimés. Il est piquant de constater que, même sur des sites ou des blogs de tendance catholique traditionnelle, le bon juif ne peut être qu’un israélien d’extrême gauche, sauvant l’honneur parce qu’anti-israélien. Bien entendu, on ne manque pas de préciser qu’on n’est pas antisémite lorsqu’on stigmatise les monstres israéliens qui exterminent les enfants de Gaza, mais combien de chrétiens seraient capables de donner un contenu concret aux formules énoncées par le concile et répétées inlassablement par Jean-Paul II, selon lesquelles le chrétien est lié au peuple juif par un lien qu’il n’a avec aucune autre religion ? On ne voit pas pourquoi il faudrait aimer les juifs pour être bon chrétien, sinon en les aimant de cette charité universelle qui embrasse généreusement toute l’humanité.

Que les disciples de Mgr Lefebvre soient antisémites n’a rien de surprenant, même si le cas de l’évêque Williamson est un extrême. Ils sont les héritiers d’un enseignement multiséculaire qui a contaminé peu ou prou l’ensemble du peuple chrétien, et les conséquences de cet enseignement sont encore sensibles bien au-delà du petit monde des intégristes. Le dernier concile, relayé infatigablement par Jean-Paul II, a voulu donner une impulsion officielle au mouvement inverse ; et ici, il convient de rendre justice à Benoît XVI, qui est certainement l’un de ceux qui, dans l’Église, sont le plus conscients de l’importance de cette question. Mais il reste à faire un immense travail d’éducation qui ne fait que commencer — une décision romaine ne suffit pas à changer les mentalités — et qui, même sans faire la part des inévitables oppositions, prendra des décennies plutôt que des années.

Voir aussi sur le sujet  :

- Mgr Fellay demande pardon pour les propos négationnistes de Mgr Williamson (Zenit.org)
- Pour L’O.R., les récentes déclarations négationnistes sont très graves (Zenit.org)
- Après la levée de l’excommunication des évêques d’Econe par Benoît XVI par Abbé Alain René Arbez (Un écho d’Israël).
- Benoît XVI : "Que la Shoah soit pour tous un avertissement contre l’oubli, la négation" (Documents, Un écho d’Israël)

Répondre à cet article

14 Messages de forum

  • À propos d’une décision romaine 28 janvier 09:04, par JB

    Parmi tous ceux qui ont crié leur indignation devant cette décision romaine, de Golias au Parti communiste français, on serait curieux de savoir combien l’ont fait par amour des Juifs.

    Répondre à ce message

    • À propos d’une décision romaine 28 janvier 14:27, par AD

      Bien vu JB ! En effet c’est d’abord contre l’Eglise Catholique, forte de 1,2 milliard de croyants, mais aussi pour miner l’amitié entre Juifs et Catholiques que ces critiques acerbes s’adressent. Cette amitié qui se renforce chaque jour, gêne de plus en plus beaucoup de monde, y compris parmi les Chrétiens, mais aussi parmi les Juifs ! Il faut toujours se demander à qui profite le "crime".

      Mais il y a pire ! Tout anti-Catholicisme est un anti-Judaïsme qui ne veut pas avouer ses funestes desseins. Que nos frères Juifs aînés dans la foi n’oublient jamais qu’Hitler voulait extirper la religion Catholique après avoir exterminé les Juifs ! A méditer.

      Répondre à ce message

      • À propos d’une décision romaine 30 janvier 19:46, par Simone Charrier

        Certaines personnes changent de nom , de pseudo ou d’ initiales pour envoyer leurs messages , mais ils ne changent pas d’ idée . Personnellement je préfèrerais qu’ ils changent d’ idée et qu’ ils gardent le même nom .

        Pardon , c’ est de l’ humour .

        Simone Charrier

        Répondre à ce message

  • À propos d’une décision romaine 29 janvier 12:23, par Philippe

    J’ai lu quelque part que les propos de R. Williamson auraient été tenus en novembre et que, par pure coïncidence, la radio suédoise les aurait ressortis au moment précis de la levée d’excommunication. Quelqu’un aurait-il des indications fiables là-dessus ?

    Répondre à ce message

    • Mgr Williamson a déclaré, pas plus tard que la semaine dernière, qu’il ne croyait pas que des juifs étaient morts dans des chambres à gaz. « Je ne crois pas qu’il y ait eu des chambres à gaz. Je crois que 200 000 à 300 000 juifs sont morts dans les camps de concentration, mais aucun dans des chambres à gaz », a-t-il insisté. " L’Allemagne a payé des milliards et des milliards de Deutschemarks et à présent d’euros parce que les Allemands souffrent d’un complexe de culpabilité pour avoir gazé six millions de Juifs, mais je ne crois pas que six millions de Juifs aient été gazés" a-t-il affirmé puis d’ajouter "Pas un seul Juif n’a été tué dans les chambres à gaz. Ce sont des mensonges."

      Répondre à ce message

      • À propos d’une décision romaine 29 janvier 20:41, par Philippe

        Je savais tout ça,mais ma question était : s’agissait-il d’une diffusion ou d’une rediffusion ?

        Répondre à ce message

        • À propos d’une décision romaine 30 janvier 12:14, par Bernard

          J’ai lu que cet interview de Mgr Williamson avait été enregistré en novembre dernier, soit il y a deux mois.... Ce qui en dit long, comme vous le suggérez, sur l’honneté des médias ! Le "diviseur" se frotte les mains et se délecte. D’autre part, Mgr Williamson aurait présenté ses excuses et demander pardon dans une lettre au Souverain Pontife... Cette dernière information est toutefois à vérifier. Le plus important, c’est bien de prier inlassablement pour l’Unité des chrétiens et de la rechercher chacun à notre place par tous les moyens que Dieu nous a confiés. Bernard

          Répondre à ce message

        • À propos d’une décision romaine 30 janvier 15:03, par Thierry

          Les propos de Williamson datent bien du mois de Novembre...

          Au mois de Novembre, la télévision suédoise l’a interrogé en Allemagne.

          Extrait d’une dépèche AFP :

          Le parquet de Ratisbonne (sud de l’Allemagne) a déclaré vendredi avoir ouvert une enquête sur un évêque britannique intégriste ayant nié les chambres à gaz dans une interview à la télévision suédoise.

          L’entretien de six minutes a été enregistré en Allemagne dans le cadre d’un séminaire de la Fraternité sacerdotale intégriste Saint-Pie X, a déclaré l’adjoint du procureur Edgar Zach.

          "Notre journaliste est allé enregistrer l’émission en Allemagne en novembre dernier", avait dit à l’AFP le producteur de l’émission "Uppdrag gransning", Lars-Göran Svensson qui a rediffusé en différé l’interview mercredi soir...

          Richard Williamson avait alors déclaré : "Je crois qu’il n’y a pas eu de chambres à gaz (...) Je pense que 200.000 à 300.000 juifs ont péri dans les camps de concentration, mais pas un seul dans les chambres à gaz".

          Mgr Williamson, qui était interrogé sur des propos négationnistes tenus au Canada, a également commenté : "Il y a certainement eu une grande exploitation (de ces faits). L’Allemagne a payé des milliards et des milliards de deutschemarks et à présent d’euros parce que les Allemands souffrent d’un complexe de culpabilité pour avoir gazé six millions de juifs, mais je ne crois pas que six millions de juifs aient été gazés".

          Tout cela n’enlève rien à l’ignominie du propos mais par contre en effet on peut se demander à qui profite le crime ou qui avait intérêt à faire ressortir prescisemment au même moment une telle interview.

          Répondre à ce message

    • À propos d’une décision romaine 2 février 21:32, par Tigrounet

      Il faut regarder l’intégralité de l’émission suédoise, qui dure une heure. Pour qui ne comprend pas le suédois, une version légèrement abrégée de 54mn sous-titrée en anglais est disponible : http://svtplay.se/v/1426080/uppdrag....) Son véritable sujet est le problème que posent à l’église suédoise (luthérienne) les défections de fidèles et de clercs consécutives à des décisions, comme la bénédiction d’unions homosexuelles. Le fait déclencheur semble avoir été le départ d’un curé après 30 ans de ministère, non pas pour une église protestante, anglicane ou catholique, mais pour la fraternité Saint-Pie-X. L’intention affichée de la fraternité Saint-Pie-X de convertir la Suède au catholicisme inquiète sans doute les suédois attachés à leur église nationale indépendante. L’obtention d’une interview de Mgr Williamson et surtout le renouvellement de ses propos négationnistes antérieurs tenus au Canada semble avoir une surprise pour les enquêteurs, qui leur permet de peindre la fraternité intégriste de manière défavorable, de façon à contrecarrer son projet missionnaire suédois. Cela dit l’émission est assez neutre. Si tel est le but des promoteurs de l’émission, il paraît logique qu’ils en aient décidé la diffusion au moment de la levée des excommunications, qui risquait d’être interprétée comme une réhabilitation, ainsi que nous le voyons actuellement dans les média

      Répondre à ce message

  • À propos d’une décision romaine 30 janvier 10:03, par Michel Salamolard

    Cet article donne des précisions et des informations très justes et utiles. Il manque toutefois un élément important pour comprendre ce qui se passe et aussi pour répondre à certaines craintes expérimées dans l’article. Les 4 évêques n’ont pas été excommuniés pour leur opinions théologiques et politiques, mais uniquement pour avoir accepté une ordination épiscopale non approuvée par le pape. C’est donc seulement la sanction sur ce point qui est levée. Mais c’est un pas important, car il permet à présent la poursuite des démarches en vue d’une pleine unité dans la foi, ce qui requiert l’acceptation par les évêques concernés de l’enseignement de Vatican II, y compris Nostra Aetate. Le chemin sera sans doute encore long pour y parvenir, mais au moins il peut commencer officiellement. J’ajoute une hypothèse à considérer. La publication des propos de Mgr Williamson a peut-être été orchestrée par un courant dur et négationniste au sein de la Fraternité Saint Pie X. Pourquoi ? Peut-être afin d’essayer d’empêcher la levée des excommunications, laquelle ouvre le chemin indiqué plus haut. Dans ce cas, ceux qui déplorent que le pape ait tout de même levé les excommunications seraient peut-être mieux inspirés de s’en réjouir. Cordialement.

    Répondre à ce message

  • À propos d’une décision romaine 2 février 00:36, par Christophe Claudel

    Pourquoi tant de ratiocinations et rationalisations ?

    Il ne s’agit pas de justifier la décision du pape. Il s’agit au contraire de reconnaître, comme le font une majorité de Chrétiens et de médias catholiques (cf. ‘La Vie’ de cette semaine), que cette décision est inique et scandaleuse.

    Elle fait hélas suite à beaucoup de précédents. Joseph Ratzinger s’étant fait une spécialité depuis des années de faire et de défaire ses propres allégations, au gré de ses inspirations, dans un même élan tout aussi indécis qu’incompréhensible.

    Qu’on se souvienne du soutien mitigé à l’initiative des Rencontres d’Assise voulu par Jean-Paul II en 1986. Et que Joseph Ratzinger fut prié d’ordonnancer. Puis de son empressement à défaire l’ouvrage de son prédécesseur alors qu’il en tenait la plume hésitante dans une encyclique sur le dialogue interreligieux qui allait faire grincer beaucoup de dents quelques années plus tard.

    Qu’on se souvienne des propos douteux lancés l’an dernier à propos de l’Islam. Et des efforts de diplomatie et de rhétorique qu’il fallut à l’imam de la Grande mosquée de Rome pour gommer la brouille provoquée par cette saillie papale.

    Et que penser de cette façon désinvolte de gommer le négationnisme d’un évêque réhabilité à quelques semaines d’un voyage papale en Israël - oui je dis bien « réhabilité » ? Et dans le même temps d’assurer le peuple juif de son indéfectible soutien ?

    De qui se moque-t-on ? En tant que Juif et en tant que Chrétien, il y a de quoi avoir des hauts le coeur.

    La vraie question est : jusqu’à quand les Catholiques vont-ils laisser un pontifie d’un autre âge dicter le dogme de la foi et zigzaguer à vue, de dénonciations des uns en relapse des autres ?

    Jusqu’à quand les Catholiques vont-ils accepter de voir leur église régresser dans des abysses d’obscurantisme médiéval ? De voir le message lumineux du Christ noyé dans les arcanes théologiques d’un Thomas d’Aquin ou d’un Augustin ?

    On sent bien l’exaspération monter parmi des fidèles de moins en moins fidèles. On sent bien que des évolutions significatives se font jour chez les ‘Catholiques de la Chrétienté d’en bas’, de plus en plus détachés des élites vaticanes. On sent bien que le vrai schisme, qu’il serait urgent de colmater, se creuse entre des prélats détachés du réel, de la vraie vie et de la foi à l’épreuve des faits, et des Chrétiens qui vivent cette foi selon leur conscience et dans leur siècle, indépendamment du Code de la route qu’on leur assigne.

    Mais de là à faire entrer l’église e Rome de plein pieds dans le 3e millénaire, il y a encore du chemin à faire.

    Répondre à ce message

  • À propos d’une décision romaine 4 février 08:00, par MR

    Si on peut déjà se permettre de tirer la morale de l’histoire, il y a un très sérieux problème d’information :

    À l’intérieur même de l’Église, comme l’a souligné Mgr Simon. Il n’était pas normal que les évêques soient informés par Rome trois jours après les premières fuites dans la presse.

    Du côté des organes d’information eux-mêmes : agences, journaux, etc., ou se cumulent un manque évident de professionnalisme dès qu’il est question de religion (un grand quotidien de gauche a réussi à fourrer dans son éditorial un nombre impressionnant de bêtises) et une recherche systématique du scandale qui fait vendre (« coïncidence » entre la décision de Rome et la rediffusion d’une interview remontant au mois de novembre, amalgame entre négationnisme et levée de l’excommunication). Le caractère obstinément répétitif des dépêches, qui continuent à parler de réintégration et de réhabilitation, est un véritable matraquage de désinformation.

    Après cela, lorsqu’on voit certaines signatures au bas de certaines communiqués ou déclarations, on peut se demander où les signataires, même connus, avaient puisé leur information.