Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Israël – Vatican : ne pas mettre de l’huile sur le feu, Jean-Marie Allafort
06/02/2009

Contrairement à mes habitudes éditoriales, j’ai choisi d’adjoindre à cet article les deux commentaires actuellement en ligne. (Menahem Macina).

05/02/09

Texte repris du site Un écho d’Israël.

Depuis l’affaire de la levée de l’excommunication de l’évêque intégriste Williamson, qui avait tenu des propos négationnistes, la presse israélienne consacre de nombreux articles, particulièrement modérés d’ailleurs, à ce que le quotidien Haaretz qualifie de "crise entre le peuple juif et le pape". Si les différentes interventions du Saint-Siège et de Benoît XVI lui-même ne semblent pas suffisantes pour calmer les esprits dans le monde juif, du côté de l’Etat d’Israël, on ne veut pas mettre de l’huile sur le feu. Certes, le grand rabbinat d’Israël a suspendu ses relations avec le Vatican, et le ministre des Affaires religieuses, Itzhak Cohen, a demandé la rupture des relations diplomatiques avec le Saint-Siège. Mais cet appel est passé ici inaperçu. Après plus d’une semaine de silence sur l’affaire Williamson, le ministère israélien des Affaires étrangères a publié hier un communiqué demandant au Saint-Siège de prendre fermement ses distances par rapport aux négationnistes, tout en précisant que les pas accomplis dans ce sens par le Vatican et le pape lui-même sont des signes positifs.

Un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères déclare qu’Israël veut "réduire le niveau des flammes" parce que cette affaire "a un potentiel explosif très fort". Selon lui, Il faut distinguer "les relations entre deux Etats – Israël et le Vatican – et les relations entre le monde juif et les catholiques". "Dans la relation d’Etat à Etat, nous n’avons pas à intervenir, car l’Etat d’Israël n’a pas son mot à dire dans une affaire interne de l’Eglise. On est plus prudent peut-être qu’une organisation ou une haute personnalité publique", nous explique-t-il. " Nous nous exprimons sur les propos de Williamson et non sur la décision du pape", ajoute ce haut fonctionnaire.

Benoît XVI et les Juifs : une confiance entamée

À propos d’une décision romaine
Michel Remaud
L’émotion soulevée par la récente levée d’excommunication de quatre évêques schismatiques invite à proposer sur ce sujet quelques brèves réflexions, qui ne prétendent évidemment pas épuiser le sujet
Le pape Benoît XVI n’avait sans doute pas imaginé un seul instant que la levée d’une excommunication soulèverait un tel tollé et provoquerait un incident diplomatique avec la chancelière allemande Angela Merkel qui a demandé au Souverain Pontife des explications. La réponse du Siège Apostolique n’a pas tardé, et une note de la Secrétairerie d’Etat apporte de nouveaux éléments de réponse. Cette note fait savoir que "Pour être admis aux fonctions épiscopales dans l’Eglise, Mgr Williamson devra prendre ses distances d’une manière absolument sans équivoque et publique par rapport à ses positions concernant la Shoah". Elle précise également que le pape ignorait les déclarations négationnistes de l’évêque au moment de la levée de l’excommunication. La Secrétairerie d’Etat laisse donc entendre que si Benoît XVI avait eu connaissance des propos de Mgr Williamson, il n’aurait peut-être pas levé la sanction.

Au Saint-Siège comme en Israël, les critiques émises par le cardinal Walter Kasper sur la gestion du dossier ne sont pas passées inaperçues. Le sentiment qu’il y a eu une "erreur de gestion" est partagé par beaucoup de catholiques, y compris des évêques. Le Vatican n’a pas su expliquer aux fidèles les implications concrètes de la levée des excommunications et les équivoques ont été nombreuses. Notons au passage, que dans le judaïsme la levée d’une excommunication signifie purement et simplement la réintégration du fidèle au sein de la communauté. Il n’était pas évident qu’un Juif comprenne d’emblée les nuances du droit canon romain, où, même s’il y a levée de l’excommunication, il n’y a pas un retour de facto au sein de l’Eglise catholique.

Les dégâts causés dans le monde juif sont profonds. La confiance est sérieusement entamée. De nombreuses institutions juives dans le monde veulent prendre leur distance par rapport au Vatican. Cette nouvelle affaire renforce le sentiment que l’incompréhension entre les Juifs et le pape ne cesse de se creuser ces dernières années. Déjà, le Motu Proprio et la réforme du rite extraordinaire de la prière pour les Juifs lors de la liturgie du vendredi saint avaient provoqué de vives réactions et de nombreuses incompréhensions chez certains responsables de la communauté juive. La question de la béatification du pape Pie XII, elle aussi, avait soulevé, il y a peu, une nouvelle polémique. L’interrogation que posent les Juifs aujourd’hui est double : y-a-t-il quelqu’un à Rome qui comprend le dossier des relations avec le peuple juif, et dans quelle direction le pape veut-il aller ?

Visite du pape toujours à l’ordre du jour

A Jérusalem, on confirme bien que les préparatifs de la prochaine visite du pape se poursuivent même si aucun communiqué officiel du Saint-Siège n’a encore été publié. La visite du pape sera-t-elle [assombrie] par les derniers développements entre le monde juif et le Vatican ? Côté israélien, on se garde bien de raviver la polémique, mais on s’inquiète. Un haut fonctionnaire à Jérusalem a déclaré : "Tout ça commence à peser sur le projet de la visite du pape en Israël au printemps. Cela donne un autre sens à la visite, qui va à l’encontre de l’état d’esprit de ceux qui la préparent. En tous cas, cela risque d’entacher le déroulement de cette visite".

Mais pour l’heure en Israël, à quelques jours des élections, la prochaine éventuelle venue du pape en Terre Sainte est [loin d’être une des principales] préoccupations.


Jean-Marie Allafort

 

© Un écho d’Israël

 

Mis en ligne le 6 février 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org

Autres articles sur le sujet :
- Entre communication et excommunication par Nicolas Baguelin
- Après la levée de l’excommunication des évêques d’Econe par Benoît XVI par l’abbé Alain René Arbez


2 Messages de forum

  • « Dans le judaïsme la levée d’une excommunication signifie purement et simplement la réintégration du fidèle au sein de la communauté » Si le terme excommunication fait partie du vocabulaire judaïque, cela signifie-t-il que les rabbins peuvent eux aussi excommunier d’autres rabbins ? Y en a-t-il eu beaucoup d’excommuniés ? Pour quels motifs ? Y a–t-il une appellation spécifique pour désigner une dés-excommunication sans réintégration ?

    Nous en sommes au énième article dédié à lyncher, tel un bouc émissaire, Williamson ! Cet acharnement à condamner un homme sans qu’il puisse répondre d’ailleurs, va finir au final par le rendre sympathique ! Est-ce le but que les Juifs recherchent ? Dans ce cas, qu’ils le disent franchement ! Le monde entier condamne Williamson et la communication du Vatican, mais personne ne condamne le journaliste suédois qui a dévoilé cette interview avec une concomitance perverse. N’est-ce pas un peu louche tout cela ? A qui profite le crime ?

    Pour un Chrétien, Williamson a commis un péché mais nous connaissons aussi l’adage qui dit que « les plus grands saints pèchent sept fois par jour ». Y a- t-il des péchés que le Dieu plein de tendresse et de miséricorde s’interdise de pardonner ? N’y a-t-il pas là l’éternelle tentation de se mettre à la place de Dieu ? D’un Dieu justicier et père fouettard en plus ? Je suis scandalisé de la haine qui émane de la bouche des chrétiens, y compris la plupart des évêques, qui sont censés être avant tout des témoins de la Miséricorde Divine, y compris, et peut-être surtout, pour des péchés qui nous paraissent monstrueux ! N’oublions pas Job 17, 4 : « Tu as fermé leur cœur à la raison » et Jérémie 4, 4 : « Circoncisez-vous pour YHWH, ôtez le prépuce de votre cœur, gens de Juda et habitants de Jérusalem ».

    Si j’étais Président du CRIF ou du Congrès Juif mondial, je m’empresserais d’offrir à Williamson un voyage pour qu’il puisse voir de ses yeux les camps d’Auschwitz, Treblinka, Dachau, Buchenwald, etc…..N’oublions pas la phrase lumineuse de Saint Jean : « Il vit et il crut » ! Jn 20, 8.

    Répondre à ce message

  • En effet, pourquoi mettre de l’huile sur le feu ? À qui ou quoi cela profiterait-il ? Nous avons tous en mémoire le soutien (scandaleux) du regretté Abbé Pierre à son ami Garaudi. Soutien qu’il a même essayé un temps de justifier. Il ne me souvient pas d’avoir entendu une quelconque mise en cause d’un anti-sémitisme séculaire de l’Église, ou d’un soutien du Pape Jean-Paul II pour n’avoir pas retiré à l’Abbé son celebret. Ce dérapage fut considéré, avec juste raison, comme une opinion personnelle de l’Abbé, due à l’amitié qu’il portait à Garaudy. L’abbé Pierre regretta ses propos et l’affaire fut close. Tout vrai Chrétien sait que le Christ est le fruit de la Promesse, et qu’Israël est son ascendance. Aussi l’Église a-t-elle toujours condamné l’anti-sémitisme paien.