Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

Israël, la paix et la terre, Par Reinaldo Azevedo
17/02/2009

Terça-feira, 17 février 2009

Veja.com

Texte original : "Israel, a paz, e a terra".


Traduction française du portugais : Claude Detienne, pour upjf.org


Je peux me tromper, mais je pense que Tzipi Livni, de Kadima, a renoncé hier au poste de Premier ministre d’Israël en faveur de Benjamin Netanyahou, du Likoud, quand elle a affirmé : « Nous devons renoncer à la moitié de la Terre d’Israël ». Oui, même les pierres de l’Intifada savent qu’une solution pour la région suppose la coexistence de deux États – et l’État palestinien est encore loin d’être créé. Où ? En Cisjordanie et à Gaza, bien sûr. Et cela impliquera la restitution de territoires etc., etc. Mais à quelle condition ?

De la manière dont elle a été dite, la phrase semble attribuer la responsabilité d’un accord de paix au seul Israël. La formule de Tzipi [Livni] – « renoncer à des terres en échange de paix » - est une folie téméraire. Parce qu’elle part de la supposition que les terroristes ne veulent que de la terre. Si tel était le cas, vous pouvez me croire, les terres auraient déjà été données. Moi je pense que le principe doit être diamétralement inverse: « renoncer à la paix en échange de terres ». Je m’explique, bien sûr, vu que peu de gens ont un bouton SAP (Second Audio Program).

Penser que la restitution de terres est une condition préalable à la paix revient à flirter avec la logique de la terreur – vu que celle-ci ne se bat pas pour qu’Israël libère la Cisjordanie, mais pour qu’Israël libère la planète...

La phrase de Tzipi [Livni] ouvre de nombreuses pistes qui peuvent servir de justification aux actions terroristes. Et soyons clairs : elle n’a pas émis ce diagnostic durant la campagne. Si elle l’avait fait, je doute qu’elle eût obtenu ce siège de plus [quel Likoud] au Parlement. Au contraire, elle aurait subi un naufrage électoral.

Israël ne doit pas renoncer à la moindre parcelle de terre tant que les Palestiniens ne renonceront pas à la terreur. Sinon, il vaut mieux pour Israël renoncer à la paix... en échange de terre.

 

Reinaldo Azevedo

 

© Veja.com

 


Mis en ligne le 17 février 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org