Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Terrorisme palestinien

Israël exclut une trêve à Gaza sans libération de Gilat Shalit, Nidal al Moughrabi
15/02/2009

JERUSALEM - Israël affirme samedi qu’il n’acceptera aucun accord de cessez-le-feu durable avec le Hamas tant que le soldat franco-israélien Gilad Shalit ne sera pas libéré par les islamistes. ("L’Express").

14/02/09

Reuters


Manifestants demandant la libération de Gilad Shalit, à Jérusalem. Israël affirme qu’il n’acceptera aucun accord de cessez-le-feu durable avec le Hamas tant que le soldat franco-israélien, enlevé en 2006 lors d’un raid mené par des activistes palestiniens en territoire israélien, ne sera pas libéré par les islamistes. (Reuters/Ronen Zvulun)

"La position du Premier ministre est qu’Israël ne parviendra à aucun terrain d’entente sur une trêve avant la libération de Gilad Shalit", indique un communiqué diffusé par le cabinet d’Ehud Olmert.

Gilad Shalit a été enlevé en 2006, au cours d’un raid opéré par des activistes palestiniens en territoire israélien.

Israël et le Hamas, qui observent un cessez-le-feu unilatéral depuis la fin de l’offensive israélienne contre la bande de Gaza le 18 janvier, négocient indirectement par l’intermédiaire de l’Egypte pour parvenir à une trêve négociée.

Selon les médias israéliens, d’importants progrès ont été enregistrés.

Faouzi Barhoum, porte-parole du Hamas à Gaza, a déclaré, pour sa part, à Reuters que les deux parties étaient en désaccord sur la durée du cessez-le-feu. Israël réclame une trêve permanente tandis que le mouvement islamiste préfère une trêve de 18 mois renouvelable.

"Une fois surmonté cet obstacle, on pourra annoncer quelque chose", a ajouté Barhoum.

NOUVELLE DONNE POLITIQUE

Le Hamas avait indiqué dans la semaine que les principaux points de désaccord étaient surmontés et qu’un cessez-le-feu serait annoncé dimanche.

Des incidents frontaliers se sont poursuivis samedi. Selon l’armée israélienne, des activistes palestiniens ont fait sauter une charge explosive près d’une patrouille militaire du côté israélien de la frontière Israël-Gaza.

Les services d’Olmert ont noté que toute décision prise dans le cadre des pourparlers sur le cessez-le-feu tiendrait compte de la nouvelles donne politique résultant des législatives israéliennes, marquées cette semaine par une montée des partis de droite.

Le parti centriste Kadima de la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni a obtenu un siège de plus que le Likoud de l’ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu, mais ce dernier semble en meilleure position pour former le prochain gouvernement de coalition.

De sources politiques, on rapportait vendredi que Livni et Netanyahu étudiaient la mise en place éventuelle d’un gouvernement d’union composé de leurs partis et des travaillistes.

En cas d’échec de ces efforts, Netanyahu pourrait se tourner vers des partis religieux et nationalistes susceptibles de rejeter un accord de cessez-le-feu avec le Hamas.

Le mouvement islamiste refuse d’inclure le dossier Shalit dans un accord comme le demandent les Israéliens.

Le Hamas exige l’ouverture par Israël de tous les points de passage avec le territoire comme condition préalable à des pourparlers sur la libération du soldat, en échange duquel il réclame la libération de centaines de prisonniers palestiniens.

Version française Jean-Stéphane Brosse, Philippe Bas-Rabérin

© Reuters

 

Mis en ligne le 15 février 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org